[ Retour sur le site ]

Discussion Générale

Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Parlez de tout et de rien, c'est "no limit" ou presque...

Retourner vers Discussion Générale


Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 23 Déc 2016, 07:29

Chapitre 152 : Un brouillard qui se dissipe

Spoiler :
Devant la grande tour

Akino : On y est… Si tu n’avais pas lancé ton marteau aussi loin, on serait arrivé plus tôt. En espérant que Kisa et Kumiko n’ait pas entendu l’essentiel de ce qu’il a à dire, je veux que tu écoutes aussi ce qu’il aura à répondre face à moi et tout ce qui se passe.

Teruki : Pff, héé, remercie-moi plutôt de ne pas l’avoir lancé plus près dans ta figure, j’ai été indulgent à vouloir t’écouter.

Akino : Faisons la course jusqu’en haut pour rattraper le temps, ça te va?

Teruki : J’en ai pas envie, juste montons cette tour pour enfin en finir avec cette histoire.

[Teruki était le premier à entrer dans la tour. Akino semblait mitiger sur le comportement de Teruki à l’instant, mais peu de temps après, elle ne s’en souciait guère. Une fois entré, leurs réactions étaient elles aussi bien différente que les deux précédentes qui étaient entrée ici. Ils regardèrent de droite à gauche, sans se soucier du silence qui régnait et ils continuèrent immédiatement en montant les étages.]

____________________________________________________________________________________________________

Grand lac

Tomo avait réussi son coup en surprenant Machi! Il l’avait transpercé directement sur le dos de l’abdomen et l’épée semblait bien encrée… Mais ce n’était qu’une impression de la part de Machi puisque lors de la retomber de Tomo au sol, son épée suivit avec lui.

Machi : Il a réussi à m’atteindre…* Sarcastique * quel talent tu as, je crois que je vais en mourir…

Tomo (Sourit) : Tu ne crois pas si bien dire!

L’épée s’enleva enfin complètement d’où la guêpe avait été transpercée. Une chose étonnante suivi l’épée par contre, le sang de la bête semblait couler d’une manière vraiment très étrange, c’était inexplicable! Même qu’à un moment, ce sang semblait suivre l’épée et ça n’arrêtait pas de sortir du corps de Machi!

Machi (Surprise) : Cette épée… et cette technique..!? Si tu crois que je vais te laisser me faire vider de mon sang sans réagir…!

L’insecte s’éloigna pour bien distancer l’épée. Cependant, ça ne changea rien à l’effet de l’épée, même qu’à prendre de la distance, le sang avait tendance à sortir beaucoup plus rapidement!

Sur le moment, ça déconcerta la guêpe noire, ne sachant nullement quoi faire face à cette étrange et meurtrière technique.


Machi : Peu importe si je me distance, mon sang a été scellé à cette épée j’ai l’impression et il s’écoule de plus en plus. Si j’attends trop longtemps, je n’aurais plus assez de force pour faire quoique ce soit et il m’achèvera avec facilité. Mon sang semble suivre son épée seulement quand elle s’éloigne de moi ou si moi je m’éloigne d’elle… je dois agir...

Machi tenta quelque chose délicatement, sans trop vouloir s’approcher de son adversaire qui avait enfin remis les pieds sur le lac, qui était maintenant pratiquement devenu complètement rouge.
Ce qu’elle voulut essayer, c’était de reprendre la hauteur qu’elle avait au tout départ.


Machi (Étonnée) : C’est ce que je pensais! Si j’avance, mon sang réintègre mon corps. Quelle étrange technique… mais si je reste à cette hauteur, j’arriverai peut-être à faire quelque chose… Je dois seulement attendre encore quelques minutes pour avoir récupérer un peu de mon venin et je lui relancerai.

Tomo : Oublie cette idée!

* Étonnement de Machi *

Tomo : Aaah!

Tomo fit un mudra simple devant lui et tout à coup, lentement mais sûrement, le sang commençait, petit à petit, à sortir du corps de la guêpe noire. Plus elle attendait, plus le sang semblait sortir avec un meilleur rythme. Rien d’alarmant pour le moment, mais potentiellement vital dans une dizaine de minute!

Fusazô : Merde, il l’a eu… Je n’ai aucune autre invocation qui puisse faire l’affaire sur ce plan d’eau. Naru se ferait happer par la grande murène en un rien de temps… comme tous les autres d’ailleurs… que faire…!?

Machi : Ça va mal… très mal. Je ne peux plus me distancer autant qu’avant et maintenant, grâce aux traits de sang, il sera capable de suivre encore mieux mes mouvements. Il veut absolument que j’aille le rejoindre en bas pour que ce monstre de serpent m’envoie dans ces eaux et là, je ne pourrai plus m’en sortir... Machi, si tu as une idée, c’est le moment de la dire…!

Machi bougeait légèrement dans tous les sens, comme si elle faisait les cents pas, mais avec un certain stresse. Elle cherchait les solutions, mais peu était viable vis-à-vis la situation. Elle tenta de couper l’alimentation du sang en coupant le trait en deux mais inutile. Elle tenta de boucher la coupure du mieux qu’elle le pouvait, mais rien non plus, le liquide arrivait à se frayer un chemin tout de même.

De retour à Fusazô, celui-ci chercha toujours des solutions… quelque chose qu’il pourrait faire malgré son affaiblissement, mais lui non plus, aucune idée ne lui venait à l’esprit. Par le stresse de cette scène qui se déroulait sous ses yeux, un bruit le fit sursauter de peur ; quelqu’un arrivait depuis la forêt!


Fusazô (Étonné): Hirosuke!? Tu n’étais pas en direction de la tour avec les autres?!

Hirosuke (Étonné) : C’est à moi que tu dis ça?! Qu’est-ce que toi tu fais ici? Et… attend, mais cette bête, c’est donc toi qui l’a invoqué? Qui est-ce que tu combats? * Étonnement * Et ce manteau! Ne me dis pas que…

Fusazô : Attend Hirosuke! Les filles avaient raisons, elles et ce type ne sont pas ici contre nous, mais pour nous, j’en suis certain!

Hirosuke : Tu t’es fait influencer…!?

Fusazô : Non Hirosuke! À ce moment, quand ce Sasari, à la serre aux papillons, a fait ces gestes étranges avec ses feuilles, tu te souviens?

Hirosuke : Avec Itomi…?

Fusazô : Oui… Ces gestes correspondaient à ceux de l’invocation du panda Dakki, ce dont je t’aie déjà parlé auparavant. Ni Akino, ni Shizu et ni même Mifuyi n’étaient au courant du lien que je pouvais avoir avec cette invocation, mais lui si!

Hirosuke : Comment je peux être certain que ces gestes ont bien un lien avec ça, il t’a peut-être bien lavé le cerveau pour t’y faire croire..!?

Fusazô : Car tu les connais aussi Hirosuke!

Hirosuke : Tu te trompes, je n’ai jamais rien vue de tel.

Fusazô : C’est faux!

* Étonnement d’Hirosuke *

Fusazô : Orochimaru… mon père… je me suis souvenu que mon père m’avait parlé que cette homme en avait en sa possession. Hirosuke! Si tu ne te souviens plus de ça, c’est que ce doit Reïtarô qui a dû effacer cette partie de ton passé de ta mémoire! Tu as travaillé pour le compte d’Orochimaru par le passé, tu dois en être un minimum au courant!

Hirosuke (Étonné) : Imp… Impossible…

Fusazô : Souvient toi Hirosuke! Fait comme moi et cesse de jouer le jeu de Reïtarô… Fait comme nous et sauve les membres de cette organisation… les vrais membres de la Canopée!

Hirosuke, un peu sous le choc de voir son camarade lui mettre autant de pression, resta pensif face à ce dilemme qu’il avait. La tête, devenu plus basse, il réfléchissait à tout ce qu’ils avaient traversé, il tentait de chercher dans son esprit tout ce qu’il pourrait ce souvenir, il tentait de former des chemins logiques… et certains venaient le perturber sur la vision qu’il avait sur l’organisation, sur Takeru, sur Reïtarô… Au loin, dans sa réflexion, il vit sur l’étendue d’eau, au travers le brouillard qui tendait peu à peu à disparaitre, Tomo fixant l’insecte qu’avait invoqué Fusazô. L’eau était d’un rouge effrayant, l’épée de Tomo était un peu au-dessus de lui aspirant le sang de sa victime… tout pour rendre cette scène très peu rassurante.

____________________________________________________________________________________________________

[L’équipe de Takeru avait bien avancé depuis. La tour n’était plus très loin et mais leur rythme de marche était plutôt lent pour la situation, à cause de Mifuyi et Shizu qui avaient encore du mal à se remettre. De leur côté, eux aussi se voyaient avoir une meilleur vision au vue du brouillard qui semblait s’enlever, mais la noirceur de la nuit allait peu à peu prendre le dessus tout de même.]

Takeru : Enfin, on y est presque… dépêchez-vous, une fois là-bas, tout sera bien plus simple.

Mifuyi : Je veux bien récupérer, mais pourquoi doit-on aller vers la tour? D’autres ont certainement dû déjà l’atteindre pour prévenir ceux à l’intérieur. On devrait rester à l’extérieur pour trouver les ennemis, non?

Takeru : Leur objectif principal est probablement d’atteindre Reïtarô-sama et il est à la tour. On n’aura pas besoin de les chercher si c’est eux qui viennent à nous. Vos mieux mettre le plus de ninja autour du maitre pour le protéger…

Takumi (Sourit) : Et nous protéger aussi d’ailleurs.

Takeru : Les Kokage se chargeront de l’extérieur.

Shizu : Quelqu’un s’approche… il est seul.

[D’un coup, dans l’étonnement, tous se dirigèrent en fonction du regard de Shizu pour regarder qui arrivait dans leur direction. N’attendant même pas de savoir de qui il pouvait s’agir, Takeru avait déjà un kunai de sortit, prêt à se défendre.

Shizu semblait dubitative sur le comportement de celui qui arrivait. Elle était certaine que cet individu n’était pas l’un des leurs, mais il n’avait aucune posture prêt pour l’attaque ou quoique ce soit, il s’avançait de plus en plus sans nécessairement ce caché.
Quelques secondes suffire pour que cette silhouette se dévoile enfin devant eux… Sasari était debout face à eux.]


Takeru : Alors toi, tu n’as pas froid aux yeux à devoir de montrer à un contre cinq.

Takumi : C’est l’allier dont vous parliez, Takeru-sensei?! Je ne reconnais ni Akino, ni Itomi sur son visage…

Mifuyi : Je ne le reconnais pas non plus…

[Les dernières paroles firent un choc à Sasari. Il y a quelques heures de cela, Mifuyi avait complètement retrouvé la mémoire et voilà que maintenant, elle ne le reconnait nullement à nouveau. Shizu aussi paraissait ne pas le reconnaitre, c’est ce qu’il avait déduit par son regard.

La question qui avait survolée l’esprit de l’Uchiwa était de se demander qui pouvait réellement effacer la mémoire, ce serait Takeru qui aurait cette technique… mais rapidement, ces interrogations s’envolèrent dans l’esprit de Sasari pour être de nouveau bien mécontent que ses amies aient été piégées. Elle ne portait déjà plus leurs manteaux et elles n’avaient pas l’air de le reconnaitre non plus…]


Sasari : Takeru-sensei… Que cherche Reïtarô dans tout ceci… pourquoi fait-il tout ça? Pourquoi vous nous cachez tant de choses?

Takeru : Désolé, mais je ne vois pas ce dont de quoi tu parles… et même si je savais, je ne te dirai rien. Qu’est-ce que toi tu cherches en venant ici plutôt?

Sasari (Furieux) : Vous foutez de moi!!! Vous m’enlevez mes amis et vous osez me faire passer pour ce type à qu’il ne faut pas faire confiance! Qu’est-ce que vous cherchez à prouver dans tout ça!? Pourquoi je dois subir ça!? Qu’est-ce qu’on a fait pour mériter ça!?

Takumi : Personne n’est manipuler ici, d’accord! C’est toi qui as rendu Akino-san et Itomi-san dans cet état! T’as été le méchant en faisant tes techniques sur Mifuyi-san et Shizu-san, mais on a réussi à les soigner et maintenant on va t’arrêter! C’est fini!

Sasari, à lui-même (Ébranlé) : Dite moi que je rêve…!

Reon, à Takeru : Qu’est-ce qu’on fait, Takeru-sensei, on s’occupe à nous cinq de lui?

Takeru : * Regarde Reon * Non, le maitre à besoin de toi… et de Mifuyi aussi. Si le maitre à envoyer les Kokage à un moment pareil, c’est qu’il est bientôt prêt et vous ne serez pas en manque… on ne peut pas se permettre d’attendre plus. * Regarde devant lui, Takumi * Toi aussi Takumi, Mitsumi n’arrivera pas à tout faire à elle seule.

Takumi : Mais… Et vous…

Takeru : Je reste avec Shizu… on a plus le choix.

Sasari : Mifuyi… je ne te laisserai pas partir une seconde fois.

[Le regard bien bas, ses cheveux cachant son regard, une larme semblait tomber de son œil droit, puis un autre dans son œil gauche. Ces deux larmes tombaient le long de ses joues et à un moment, progressivement, elles se teintèrent d’un rouge sang.

Mifuyi pu revoir, même si elle l’avait complètement oublié, la lueur rouge dans le regard du garçon devant lui et un frisson la traversa… Cet individu ne pouvait pas être n’importe qui.]


Mifuyi : Qui es-tu?

____________________________________________________________________________________________________

Grand lac

[De nouveau au lac, rien n’avait changé. Tomo et Machi était toujours l’une face à l’autre et Fusazô était dans son coin avec Hirosuke qui devait prendre une décision difficile. Il devait accorder sa confiance en la bonne personne. Soit il aiderait son camarade Tomo à faire en sorte qu’il remporte ce combat, soit il faisait confiance en Fusazô et aux autres en défiant Reïtarô et ceux qui sont toujours près de lui.

Décidé, il commença à s’avancer enfin vers Fusazô. Ce dernier ne connaissait toujours pas ses intentions par contre. Hirosuke approchait d’une manière très embarrassé, comme si celui-ci n’assumait pas entièrement la décision qu’il semblait avoir choisis. Il avait les poings fermé, le corps tendu dans sa marche, le regard encore un peu bas… Rien ne pouvait dire à Fusazô que son ami se dirigeait vers lui avec de bonnes ou de mauvaises intentions.

Son réflexe aurait été de prendre ses gardes face à cette approche, mais il se résigna à ne rien faire et à laisser Hirosuke s’approcher. Le ninja médecin était enfin aux côté de son ami invocateur qui lui était agenouillé, ne voulant pas regarder ce qu’il allait faire… Un moment passa. Un moment que Fusazô s’impatientait de connaitre le dénouement. Puis…

Les paumes des mains d’Hirosuke se collèrent au dos de Fusazô et il commença à lui prodiguer des soins.]


Hirosuke : J’ai du mal à croire ce que je suis en train de faire… mais vous devez avoir raison… Akino, Shizu, tout le monde… et même Sadami… ils doivent avoir raison. Ce flou dans mon passé, les intentions de Reïtarô-sama… tout n’est pas claire et ça met un doute dans mon esprit quant à ses intentions envers nous. Ne me fait pas regretter mon choix, Fusazô.

Fusazô : J’ai dû mal à me convaincre encore entièrement, mais plus ce combat avance contre Tomo, plus une face cachée de notre organisation vient à se révéler et elle ne me plait pas du tout.

[Hirosuke regarda à nouveau Tomo toujours au même endroit, fixant son adversaire se faire siphonner son sang et la grande murène qui tournait autour de lui, dans l’eau.]

Fusazô : Tu aurais une idée pour Machi?

Hirosuke : Cette guêpe? Je ne sais pas, je n’ai jamais vue cette technique qu’utilise Tomo. Son épée semble aspirer le sang de sa victime et elle ne peut pas s’y en échapper. On dirait que plus elle s’éloigne de la lame, plus le sang sort vite de son corps, mais inversement, si elle se dirige vers la lame, le sang réintègre son corps…

Fusazô : Oui et malgré ce qu’elle essaie, elle ne peut ni couper son sang, ni boucher sa coupure… * Étonnement *

Hirosuke : Si la lame réintégrait son corps, peut-être que ça annulerait l’effet… mais j’ai comme l’impression que c’est le piège que veux lui tendre Tomo.

Fusazô (Étonné) : Non! Il faut que tu la soignes! Si tu arrives à refermer sa plaie, il n’y aurait plus de raison pour que le sang sorte.

Hirosuke : Il faudrait arriver à l’atteindre à cette hauteur, elle ne doit pas trop se distancer de lui non plus… mais c’est une solution valable, il faut trouver un moyen pour que Tomo ne nous empêche pas, lui et la grande murène, d’atteindre ton invocation.

Fusazô : Je dois regagner un peu en force et je m’occuperai de le distraire, Machi est notre seule chance de pouvoir bien rivaliser contre Tomo. On doit réussir!

____________________________________________________________________________________________________

Dans la grande tour

[Du côté de Teruki et Akino, ils eurent la même réaction que ceux qui les avait précédés en montant cette tour. Personne n’y était, c’était comme si tous étaient partie et avait abandonné le bâtiment. Rendu au haut de la tour, comme pour Kisa et Kumiko, ils y trouvèrent les deux gardes devant la porte de la grande salle.

D’un coup, en voyant Akino, ses derniers sortirent les kunai en direction de la jeune fille!]


Haruka : On peut savoir ce qui te prend d’emmener Akino aussi proche du maitre, Teruki!? Tu sais qu’elle est considérée comme une traîtresse et qu’elle est notre ennemie, non!?

Akino : Kisa et Kumiko sont passé ici avant nous pour parler à Reïtarô. On est venu entendre ce qu’il a à lui répondre! C’est Reïtarô qui trahis notre confiance, ce n’est ni moi, ni les autres!

Haruka : Tu es armé, c’est inacceptable que tu puisses entrer dans ces conditions. Si tu veux entrer, tu devoir me donner tout ce que tu possèdes.

Akino : Pff… vous êtes sérieux…

Sakuzô : Enlève ce manteau et toutes tes armes maintenant d’ailleurs. Nous n’hésiterons pas à t’éliminer si tu ne fais pas ce qu’on te demande Akino

[L’idée de devoir se débarrassé de toutes les armes qu’elle possède sur elle lui déplaisait beaucoup. Teruki ne semblait pas vouloir s’y opposer, tout dépendait de ces choix à elle. Akino n’avait pas le choix. Avec embarras, elle retira le manteau de Furûtsu, détacha son sac de kunai et de shuriken puis remis également les parchemins d’invocations de lames qu’elle avait sur elle.

Sakuzô s’approcha du tas d’armes et l’écarta pour le mettre derrière lui et Haruka.]


Sakuzô : C’est tout?

Akino : Comment c’est tout? Oui c’est tout, je vous aie tout remis!

Sakuzô : Désolé Akino, mais je reste avec des doutes, je dois te fouiller.

Akino : Tss… fait vite dans ce cas! Merde!

Haruka, à Teruki
: Suit moi, tu peux entrer déjà.

Teruki : Ce n’est pas la grande porte?

Haruka : C’est différent au vue de la situation, fait seulement que me suivre et ne pose pas plus de question qu’il n’en faut…

[Alors que Sakuzo examinait Akino pour être certain qu’elle n’ait pas d’autres armes sur elle, Haruka emmena Teruki vers la porte secrète pour l’y faire entrer.
Akino observait Teruki entrer dans pièce tranquillement. À un moment, ça lui déplu. Sakuzô passa dans le dos d’Akino et alors qu’elle ne s’y en attendait pas, le garde lui lia les mains au dos et un * clic * se fit entendre!

Alors que le dernier des pas qu’avait franchis le seuil de ce passage mystère, cette dernière se referma brusquement!]


Akino : Putin, merde!

Haruka : Tu es une traîtresse, Akino, et on ne peut pas tolérer ça. Avec un tel caractère comme le tient, ce serait difficile de te faire entendre raison donc, vos mieux qu’on se charge de toi.

* Étonnement d’Akino *

Kisa, à l’intérieur de la grande pièce, à Teruki : Non! Ne les laisse pas refermer la porte!

[Du point de vue de Teruki, il entendit un fracas de roche tout juste derrière lui et lorsqu’il se retourna, la voie était fermée. Kisa était ici, il se précipita pour voir où elle était et il l’a vie enfin… seule dans cette grande pièce!]

Teruki : Où sont les autres!? Reïtarô-sama… Kumiko, elle n’était pas avec toi!?

Kisa : C’était un piège Teruki! Akino et les autres avaient raison! On est enfermé dans cette pièce!

Teruki (Bouleversé) : Tu te fous de moi…! * Se retourne * Mais Akino est toujours à l’extérieur avec les gardes!

Kisa : Tu dis que Kumiko n’étais pas avec vous à attendre à l’extérieur? Qu’est-ce qui lui ont fait..?

Teruki : Merde!

À l’extérieur, Akino tenta d’atteindre Sakuzô à proximité d’elle avec son pied, mais en le frappant, ce dernier disparût en fumée… un simple clone! Les deux gardes étaient devant la porte et l’un avait le bras tendu vers les choses d’Akino.

Sakuzô : C’est bon, elle n’a plus rien avec elle et ces mains son lié avec ma technique.

Haruka : Katon!

Devant ses yeux, Akino vit ces choses prendre complètement feu d’une boule envoyé par Haruka. Parchemins, sac et manteau, tout avait pris feu! Les rouleaux et le sac étaient partie en fumée rapidement, seule le manteau semblait montrer une résistance intéressante et Akino ne put se retenir de voir ce bien prendre feu ainsi. Malgré que ses bras lié dans son dos, Akino fonça directement vers les gardes avec comme seul arme : son corps!

Les deux gardes sortirent les sabres qu’ils avèrent avec eux et se préparèrent à recevoir les attaques d’Akino. Mais quelque chose les surpris d’un coup! Un énorme tremblement venant de derrière eux se fit sentir! La grande porte avait reçu un immense coup et tous l’avaient ressenti!

Akino, assez concentré, arriva à proximité des gardes et l’un d’eux, Sakuzô, balança un premier coup de lame avec une certaine nervosité. Le coup avait été donné à l’horizontale, mais il fut suffisamment peu précis pour Akino, qu’elle put l’éviter sans problème. Elle ne fit que se pencher pour que le coup passe au-dessus d’elle puis, elle se releva rapidement pour donner un coup de tête en guise de riposte.
Ce n’était rien de très conséquent, mais se fut assez pour déstabiliser Haruka une fois de plus.
Alors que Sakuzô allait lui aussi profiter de l’opportunité, Akino se servit d’Haruka comme bouclier pour qu’il ne l’atteigne pas, puis cette dernière donna un coup de pied à Haruka pour qu’il tombe sur Sakuzô.

Facilement, Akino fit un saut sur place pour passer ses bras devant son corps. Elle ramassa vite fait son manteau de Furûtsu et se dépêcha de courir vers la sortit. Ce ne fut pas long pour les gardes de reprendre l’équilibre, mais ils perdirent cette équilibre une fois de plus par un second grand et terrible tremblement qui provenait de la salle à coté. Pas le temps de se soucier de Teruki et Kisa qui tentaient probablement de s’échapper, Akino était la plus importante à attraper.
Cette dernière avait déjà commencé à descendre les étages à toute vitesse. Tant pis pour les marches, elle courait sur les murs en sautant d’un à l’autre pour descendre plus rapidement. Elle eut également l’idée d’arrêter à l’étage des chambres. Kumiko y était!

Surprise, ne s’attendant nullement à voir Akino ici et seule, elle voulut s’approcher d’elle pour mieux comprendre, mais Akino avait déjà ouvert la porte d’une des chambres pour sauter par la fenêtre.


Kumiko : Elle ne portait plus son manteau ni aucune arme et ses mains étaient lié… Elle se serait faite capturé? Il faut que je la rattrape…

De pars la fenêtre, à l’aide de son sharingan, Kumiko scruta les parois de la tour, mais rien par le bas. Elle releva la tête et un flux de chakra était bel et bien en train de grimper. Sans perdre un instant, Kumiko fit la même chose qu’Akino et courra les murs extérieurs de la grande tour pour l’atteindre.

Akino : Merde, les fenêtres de la pièce de Reïtarô sont complètement bouchées… Le brouillard c’est presque dissiper entièrement, Itomi l’aurait arrêté? * Regarde derrière elle * Kumiko… tu dois m’aider.

Akino continua jusqu’au-dessus de la tour et s’arrêta à cette endroit pour attendre sa poursuivante…
Kumiko arriva elle aussi au haut de la tour… Les nuages dans le ciel se dégagèrent peu à peu et la lumière de la lune éclairait de plus en plus le haut de la tour.
Le manteau d’Akino avait cessé de prendre feu et elle le déposa même.


Kumiko : C’est moi qui rêve ou tu as réussi à gagner contre Teruki… ou tu as perdu et tu t’es fait capturer par les autres…

Akino : Ni l’un, ni l’autre n’avons gagné, j’ai réussi à convaincre Teruki devenir écouter ce qu’avait à dire Kisa à Reïtarô dans la grande salle, mais ces fichus gardes l’ont enfermé avec Kisa aussi probablement.

Kumiko (Étonnée) : Enfermé..!?

Akino : Les fenêtres de la grande salle ne sont pas fermer pour rien.

Kumiko : Les gardes avaient expliqué que c’était pour la sécurité de Reïtarô-sama, qui dit qu’il n’est pas avec eux dans la grande salle…

Tout à coup, sous les pieds des deux jeunes filles, une vibration importante se fit sentir.

Akino : Ça, ça peut te donner un indice.

Kumiko (Impressionnée) : Qu’est-ce que c’est…!

Akino : Ça, c’est Teruki qui frappe de son marteau dans la grande pièce. Si Reïtarô est avec eux, c’est probablement que ça va mal et s’ils sont piégé, il tente probablement de sortir… j’espère que ça te suffit à me croire…

Kumiko (Intriguée, étonnée) : Non pas, ça… cette sensation dans l’atmosphère… je reconnais cette sensation!

* Étonnement d’Akino *

[Kumiko détourna le regard dans la direction du lac. Certes elle arrivait à entendre les fracas à l’intérieur de la grande salle sous leurs pieds, elle entendait aussi le bruit des ailes de Machi qui vibraient dans tout l’endroit, mais autre chose attira son attention et elle voulut s’approcher du bord de la grande tour.

Rien n’était visible, mais elle arrivait à le ressentir dans tout son corps et à un moment, Akino pu aussi comprendre de quoi Kumiko voulu parler, elle le ressentait elle aussi… une aura terrifiante et meurtrière.]


Kumiko : Mifuyi… Mifuyi utilise le Susanô!?

* Étonnement d’Akino *

Kumiko (Méprisante) : Si elle l’utilise, c’est qu’il doit y avoir une raison… votre allier s’en prend à nous!

Akino (Étonnée) : … Non…

* Étonnement de Kumiko *

Akino : J’en suis certaine, ce n’est pas Mifuyi qui a dû utiliser le Susanô… c’est Sasari qui a dû le faire.

Kumiko (Ébahie, confuse) : Qu’est-ce que tu viens de dire à l’instant… ce nom… * Regarde au loin * Qui… * Se prend un horrible mal de tête * Ce nom… * S’évanouie *

Akino (Étonnée) : Que… Qu’est-ce qui t’arrive!? Kumiko!

Fin du chapitre 152


____________________________________________________________________________________________________

Chapitre 153 : L’ultime guerrier

Spoiler :
Quelque part dans la forêt

[Il n’y avait plus que la tour qui était encore sous les nuages, le reste de la région laissait peu à peu s’éclairé de la vive lumière de la lune complètement blanche. Les nuages avaient laissé de plus en plus de places au grand ciel qui lui à son tour, laissait à paraitre les étoiles.

Ce phénomène n’était pas dû par un simple hasard. Depuis un moment déjà, Itomi, toujours dans son coin depuis le départ, avec quitter son poste pour se rendre en direction de la tour pour espérer porter son aide.]


Itomi : Ça fait déjà beaucoup trop de temps qu’ils sont partit, ça ne sert plus à rien de devoir attendre. L’explosion de tout à l’heure, ce bruit de tonnerre… il a des sensations dans l’air qui ne me plaisent pas… En espérant que je n’ai pas pris cette décision de bouger un peu trop tardivement.

[Par contre, Itomi ne savait pas trop par où commencer. Akino et Kisa étaient censé trouver d’autres membres de la Canopée pour discuter avec eux et les convaincre de prendre la bonne voie. Tant dis que Sasari a dû être impliqué dans cette explosion il y a de ça un moment… il devait forcément être en plein combat.

Elle tenta de se remémorer environ d’où venais le bruit de l’explosion qu’elle avait entendu il n’y a pas si longtemps. Elle décida que c’était peut-être la meilleure direction à prendre pour retrouver Sasari ou Akino.]

____________________________________________________________________________________________________

En haut de la grande tour

[Alors qu’une aura plutôt terrifiante avait surgit d’un endroit de la forêt, Kumiko, en entendant le nom qu’avait prononcé Akino, s’était évanouie complètement. Akino ne put qu’accourir vers elle pour comprendre ce qu’il se passait et vérifier son état…]

Akino : Qu’est-ce qu’elle a… Elle n’a pourtant utilisé que très peu de chakra et elle n’a aucune blessure. Ce pourrait être les gardes qui lui auraient administré quelque chose? Non, impossible, elle n’est pas aussi idiote, elle est même brillante à ce qu’on m’a dit, elle n’aurait pas pu se faire avoir d’une manière aussi banal… Est-ce que ce serait qu’en entendant le nom de Sasari? Satané Reïtarô et cette technique maudite…!

[Tout à coup, d’une manière complètement incompréhensible pour Akino, Kumiko cracha du sang, mais ce restant toujours inconsciente. À un autre moment, une coupure au niveau du ventre apparut et Akino pu s’en rendre compte par le rouge que les vêtements imbibaient.]

Akino (Confuse, étonnée) : Mais qu’est-ce qui lui arrive bon sang..!? Ce n’est pas une maladie ordinaire ça… Pourquoi tout d’un coup..?

[Au loin, à nouveau, l’aura peu rassurante s’intensifia de plus en plus, Akino pouvait connaitre approximativement la direction d’où cette aura provenait. Qui Sasari pouvait-il combattre? Mifuyi devait forcément être dans les parages… ou quelqu’un de détestable lui bloquait le chemin… Takeru ou Tomo.
Akino se concentra à nouveau sur l’état de Kumiko qui, elle, semblait avoir cessée de souffrir. Elle ne crachait plus de sang et aucune autre coupure ne semblait se former sur son corps.]


Akino : Je dois choisir… Si je décide de porter Kumiko vers Itomi pour la mettre en lieu sûr, je laisse Sasari combattre seul Takeru et les autres qui l’accompagnent et le connaissant, il n’est certainement pas seul. En plus, si le ciel c’est aussi rapidement dégagé et que le brouillard a disparût, ça veut dire qu’Itomi à quitter l’endroit où elle était, j’en suis certaine. * Regarde Kumiko inconsciente * Mais si je la laisse ici, les autres pourraient la trouver et tout ce qu’on aura pu lui dire n’aura servie à rien, ils lui laveront le cerveau à nouveau… Merde!

[Akino déchira un bout de son vêtement qu’elle portait et s’en servit pour faire un bandage à Kumiko pour que l’hémorragie soit atténuée jusqu’à son réveille. Malgré que ses mains étaient liées, elle arrivait à se débrouiller. Elle l’a déposa au sol, en haut de la tour.]

Akino : Désolé Kumiko, mais Sasari a probablement plus besoin de mon aide maintenant. En espérant que personne ne te trouve ici… On te sauvera, c’est promis.

[Akino se leva, se dirigeant vers son manteau et fouilla à l’intérieur. Avec chance, elle avait réussi à dissimuler une seule et une unique lame à l’intérieur… rien de très grand, mais suffisant pour l’aider. Enrober d’un drap de protection, elle découvrit la lame pour qu’elle point vers le haut. Elle invoqua un clone pour qu’il tienne la lame fermement. Akino se concentra et d’un coup assurant, en fermant les yeux, elle réussit à briser les liens sur ses mains.

Elle ramassa rapidement ses choses, regarda une dernière fois Kumiko au sol… avec regret et elle sauta du haut de la tour en direction de la forêt!]


____________________________________________________________________________________________________

Au grand lac

[Hirosuke avait prodigué des soins expéditifs à Fusazô. Le chakra de l’invocateur avait repris de la vigueur, il était prêt à reprendre du combat et à exécuter un plan contre Tomo pour tirer Machi de sa malédiction.]

Hirosuke : Tu sais comment on procède?

Fusazô, se relève : Pas trop non… la murène va être une vraie gêne pour s’approcher de lui et le temps qu’on s’en occupe, il aura réagi. Je n’ai aucune autre invocation qui vole et qui pourrait te porter sur son dos. Aucune assez puissante pour te propulser à la distance où elle est, d’ailleurs. C’est elle qui doit descendre.

Hirosuke : Moi si… j’ai peut-être un plan.

Fusazô : Je n’en attendais pas moins de toi, Hirosuke. Dit moi à quoi tu penses.

Machi : Merde, je n’aurais pas cru que d’avoir retiré cette quantité de sang pourrait autant m’affecter sur ma fatigue. Pour le moment ça va, mais à force, je n’aurais plus d’énergie pour battre des ailes ce sera terminé pour moi… je ne peux pas perdre comme ça… dépêche-toi de faire quelque chose, Fusazô, sinon, je serai forcé de partir…

Tomo : Elle a enfin arrêté de s’agiter… elle sait qu’elle a perdu. Et Fusazô qui ne trouve rien à faire sur la plage… son invocation a dû lui couter tout son chakra… quel imbécile de s’en remettre qu’à une seule invocation… Quoiqu’il ait perdu de toute manière, il m’aura donné une belle opportunité de refaire cette technique si jouissive. Et si on accélérait les choses un peu.

[Sans devoir fournir un certain effort, l’épée commençait à extrait le sang légèrement plus rapidement et avec le temps, le débit augmentait lui aussi plus rapidement, de quoi mettre en stress Machi toujours là-haut.]

Hirosuke : Compris?

Fusazô : … C’est un risque à prendre, mais si ça marche, on a toute nos chances..!

Hirosuke : C’est partit alors!

Fusazô : Kuchiyose no jutsu!

À nouveau Naru fit son apparition ainsi qu’un autre ours de la même trempe que lui. Pendant que Fusazô tentait d’expliquer à ses bêtes ce qu’ils devraient faire cette fois-ci, Hirosuke s’occupa de monter sur le dos de l’une d’elle, peu rassurer, mais il avait tout de même confiance.

Tomo : Il décide enfin d’agir… Aller, amène toi, la murène n’attend que toi pour jouer. Son sang boue.

Les instructions étaient claire pour les deux bêtes dotés, mine de rien, d’une bonne intelligence. Les deux se mirent en position en prenant Hirosuke dans leurs pattes avant.

Fusazô : Paré?

Hirosuke (Angoissé) : T’as intérêt à ce que toute cette histoire en vaille la peine…

Fusazô : Si on survie, j’en suis maintenant persuadé. * Sourit *

Hirosuke : Je suis prêt…

Fusazô : Très bien…À mon signal….! Lancez-le!

Ce n’était qu’un lancer d’ours, avec de grosses pattes sans poigne, mais ce fut suffisant pour lancer Hirosuke haut dans les airs droits en direction de Machi!

Fusazô, à ses bêtes : Merci. Je ne souhaite pas vous en demander plus… si ça tourne mal, prend soin de toi, Naru.

Les bêtes disparurent en fumée laissant maintenant plus que la place à Fusazô et Hirosuke. L’invocateur se remit à se concentré, ne regardant maintenant plus que son ami volant en direction de Machi… Il sortit un autre parchemin aux apparences importantes…

Comme prévue par Fusazô précédemment, le lancer des deux bêtes ne serait pas suffisant pour qu’Hirosuke puissent atteindre la guêpe noir à la distance où elle était… mais Hirosuke avait prévu la chose. Il sortit de ses choses un kunai lié à une longue ficelle et se prépara.


Tomo : * Regarde du coin de l’œil * Décidément, tu es perdu mon pauvre…

Hirosuke semblait attendre le bon moment et…! Enfin! D’un mouvement bien confiant et assez puissant, Hirosuke lança son kunai en direction de Machi! Il n’était pas assez rapide pour qu’elle ne puisse pas l’esquiver, mais assez pour qu’elle le voit devant elle. Ça attira son attention sur Hirosuke…

Machi : Qui c’est celui-là? Il est avec ce type en bas? Qu’elle tentative désespéré, il ne vaut pas la peine que je m’occupe de lui…

Au même moment, alors qu’Hirosuke était à une certaine hauteur, tout juste sous lui, sortant vivement de l’eau, la murène se projeta dans les airs pour tenter de gober Hirosuke qui allait pour tomber!

Machi (Étonnée) : Non! Il est avec Fusazô! Merde, mais quel idiot, ce serpent va n’en faire qu’une bouché! Mais celui avec l’épée en bas * Regarde Tomo sur l’eau * Il est seule maintenant…

Hirosuke : Tomo!!! Vise Tomo!!!

* Étonnement de Machi *

Le kunai et la corde retombèrent pile devant Tomo, ce qui permit de le déconcentrer en direction de Hirosuke toujours dans les airs, juste au-dessus de la grande murène.

Tomo (Étonné) : Hirosuke..!?!

Concentré ailleurs, Machi avait compris le message et laissa le jeune homme responsable de ses choix et fonça en une fraction de seconde sur Tomo qui ne l’entendit pas venir sur le coup, toujours aussi sourd. D’un puissant revers de la queue, à proximité de son adversaire, Machi donna un puissant coup qui fit couler sévèrement Tomo au fond du lac. Par conséquent, par contre, l’épée suivit son porteur et elle aussi plongea dans l’eau, son sang coulait toujours dans l’eau. Peu importait pour le moment, Machi se dévira en direction de la Murène et de Hirosuke! Il était trop tard aux yeux de la guêpe, il ne fallait quelques centimètre au grande monstre pour qu’il ne fasse qu’une bouché du jeune garçon!

Fusazô : Kuschiyose no jutsu! Ketsueki no Utsubo! (Murène de sang)

La grande murène, haute dans les aires, à deux doigts de ne faire qu’une bouchée d’Hirosuke, disparût d’où elle était et fut invoqué sur la plage, droit devant Fusazô! Ça étonna grandement Machi, mais nullement Hirosuke qui se redressa dans sa chute et se prépara à plonger pour amortir sa chute!

La murène se débattait sur le sable, beaucoup moins à l’aise hors de l’eau. Elle poussait des cris et sa folie n’aidait surement pas à la calmer. Une nouvelle fois, par contre, ç’avait coûté, à Fusazô, tout son chakra qu’il avait dû regagner, il était à bout de souffle, un genou au sol.

Hirosuke émergea de l’eau et se mit en direction de Machi. Loin d’être sotte tout de même, elle s’approcha de lui.


Machi : Je ne m’attendais pas à un tel sauvetage, vous vous êtes bien débrouillé… Mais faites vite! Je l’ai frappé trop fort et l’épée s’éloigne de moi et aspire encore plus mon sang!

Hirosuke : Tu as de la chance que l’allié qu’a reçu Fusazô ait été moi, sinon tu ne serais pas tiré d’affaire avec cette malédiction.

Machi : Tu sais comment la retirer? Je n’aie pas envie d’avoir ce sabre dans mon champ de vision pour le reste de mes jours, tu vois.

Hirosuke : Te soigner devrait régler le problème à mon avis. Connaissant Tomo, il est doué pour le combat singulier et cette technique doit être faite exprès contre ceux qui ne connaissent pas les techniques de soin comme moi.

La murène était toujours sur la plage et avait de la difficulté à se remettre en place pour plonger à nouveau dans l’eau, elle était d’ailleurs plus prêt de la forêt que de l’eau, ce qui comme distance, était plutôt déplaisant.
Tomo n’était toujours pas remonté à la surface, ça permis ainsi assez de temps pour Hirosuke pour soigner la plaie et boucher l’accès au sang. Ça fonctionna!
Cependant, Machi avait tout de même perdu une certaine quantité de sang.


Machi : Ça va aller comme ça. Sort vite de la surface de l’eau avant que ce monstre ne revienne… cette fois, je ne crois pas qu’il puisse te sauver.

Hirosuke : Toi aussi. C’est inutile de jouer au jeu de Tomo, il a eu ce qu’il mérite pour le moment, mais si vous restez encore trop longtemps pour espérer qu’il perde ici, vous aller être déçu… Vos mieux allé ailleurs pour qu’il vous suive et qu’il soit en désavantage.

Machi (Conciliante) : Tu n’as peut-être pas tort… je ne devrais pas trop m’acharner pour rien… Accroche-toi.

Machi se mit à battre des ailes à nouveau et elle empoigna Hirosuke pour qu’ils se sortent de ce cercle infernal. Elle y allait tranquillement cette fois, voler trop vite pourrait être dangereux pour lui et de toute manière, ce manque de sang l’affaiblissait certainement.
La murène était encore loin du bord de l’eau, aucune inquiétude à y avoir. L’eau était même revenue calme après tout ce chalutage qu’elle avait reçu, assez calme pour être miroir et se voir au travers.
À ras le sol, Hirosuke pouvait se voir en train d’être transporter par Machi. La lumière de la lune était assez forte pour ça.

À un moment, par contre, quelque chose clocha. Un trait rapide avait passé au-dessus d’eux et Machi commençait à perdre de la hauteur drastiquement, au point de forcer la désinvocation! Hirosuke tomba sur la surface de l’eau, à près de 25 mètres du bord de la plage!
Il ne fallut que quelques secondes plus part pour entendre un bruit retentir… un coup de fusil!


Hirosuke : Les Kokage sont revenu… merde...!

____________________________________________________________________________________________________

[Une aura meurtrière faisait face à cinq ninjas. Une aura, d’un rouge cramoisie, flamboyait autour de la personne qu’était Sasari. Inévitablement, chaque ninjas sur place ressentait ce sentiment d’angoisse face à cette apparition. C’était la première expérience pour Reon et Takeru, c’était impressionnant… Mais Takeru se ressaisit rapidement et remis les autres à l’ordre.]

Takeru : Partez rapidement! Maintenant je vous dis! Shizu tu restes avec moi!

Shizu (Peu rassurée) : Qui est-il, Takeru?

Takeru : Une grande menace pour nous tous.

Takumi : Dépêchons-nous, Reon-san, Mifuyi-san.

[Pris dans son sentiment de colère intérieur, Sasari ne vit même pas Mifuyi s’éloigner de lui... d'ailleurs, la principale envie qu’il avait en ce moment était d’éliminer le plus violement possible l’homme devant lui. La cage thoracique commençait lentement à se former, les larmes de sang coulaient de plus en plus. Il ne restait plus que Takeru et Shizu face à Sasari.]

Shizu : Je ne suis pas certaine de comprendre vos intentions Takeru.

Takeru (Angoissé, autoritaire comme jamais) : Tu vas m’écouter attentivement Shizu et faire tout ce que je te demande sans poser la moindre question, est-ce que c’est claire… Je ne croyais pas devoir en arriver là, mais au vue de la situation et de la chance de te retrouver parmi nous, c’est le risque que l’on doit prendre… Pardonnez-moi maitre, mais si l’on veut pouvoir réussir, je n’ai plus le choix d’en arriver là, j’espère que vous comprendrez.

[Shizu ne dit pas un mot et mit toute son attention à ce qu’allait dire Takeru. Ce dernier se prépara et au bout d’un cours moment de concentration interne, Takeru exécuta rapidement une série de mudra! Une fois la série terminée, du chakra entoura l’entièreté de sa main et il se l’apposa sur le ventre.]

Takeru : Libère-toi!

[À l’instant, Takeru régurgita un parchemin d’une longueur importante! Et ce dernier se déroula à sa sortie et s’apposa au sol! Il y avait plusieurs inscrits dont un important carré pratiquement au centre, avec une spiral à l’intérieur.

La cage thoracique du Susanô de Sasari était presque terminée.]

Shizu : Ça un rapport avec moi?

Takeru : Shizu, ne te pose pas de questions… découvre ton dos.

* Étonnement de Shizu *

Takeru : Fait-le, tout simplement.

[En temps normal, elle aurait grandement plus hésité, mais au vue de comment le garçon devant elle devenait terrifiant et potentiellement meurtrier pour eux, avec une certain gêne, elle leva le haut du vêtement qu’elle portait pour laisser découvrir le bas de son dos, ce qui semblait suffisant.]

Takeru : Bien… faisons rapidement…

[Takeru posa la main au centre du carrée sur le parchemin et tendu l’autre main vers le dos de Shizu. À son approche, dans le bas de ce même dos, un sceau apparût. Takeru apposa la main sur ce sceau et…]

Takeru : Gogyô Kaiin! (Destruction du sceau des cinq éléments)

[Une vague d’énergie traversa le corps de Shizu au grand complet… Elle ne savait pas ce qu’il venait de se produire… Elle ne ressentait d’ailleurs aucune différence au vue de cette technique. Le rouleau se ferma de lui-même!]

Shizu : Qu’avez-vous fait?

Takeru : Bien, maintenant, la tâche finale. Ce n’était pas censé arrivé Shizu… et surtout pas par moi… compte toi avoir une chance grandiose. Sois plus maligne que les autres et ne te défile pas de l’organisation.

Shizu : Que voulez-vous dire..?

Takeru : Takamanohara!

[Comme si une éclaire de génie avait traversé l’esprit de la jeune Hyuga, un étrange sentiment vint lui enlevé une partie de son énergie, mais tout de suite, elle l’a regagna. Stupéfaite, la jeune fille regarda tout à coup ses mains, ses pieds, son corps tout entier…]

Shizu : Je ne comprends pas, qu’avez-vous fait sur moi, comment…?

[En se retournant, Takeru était à genoux, la main sur la bouche en train de cracher du sang. Ses membres tremblaient et il avait de la difficulté à se remettre debout… mais au bout d’un moment, il réussit.]

Takeru : Tu sais très bien ce qui s’est passé. Je t’expliquerai plus tard, mais c’est le seul moyen de pouvoir rivaliser avec cette chose, alors, fait-le!

Shizu était hautement confuse par ce qui venait de se produire, mais elle était à la fois bien consciente du changement qu’elle avait subi. Elle avait de la difficulté à comprendre comment elle pouvait en être consciente, mais c’est comme si elle l’avait toujours su.

Elle activa son byakugan pour regarder Sasari droit devant elle. Drôlement patient, Sasari avait fini de former son squelette complet. Il avait du mal à respirer dû à la fatigue, mais ça y’était. Takeru ne fit que quelques pas vers l’arrière, ça suffit à Sasari comme ouverture pour tenter une attaque directe sur lui!

La main du Susanô était rapide! D’un bond de la même vitesse, Shizu s’interposa


Shizu : Tessenka no Mai – Hana (Danse de la clématite – Éclosion)

* Étonnement de Sasari *

En provenance du bras droit de Shizu plusieurs os en sortirent d’une manière bien particulière, et visiblement difforme, pour former une arme gigantesque ressemblant à un grand pique qui s’entrechoqua avec le bras du Susanô! De plus, une vague de chakra venait améliorer le tout et fut de même calibre pour que les deux reculent!

Takeru : Hehe… parfait.

Shizu semblait terrorisé par ce qu’elle venait de faire. Elle ne comprenait pas que ça puisse être vrai. Il y a quelques minutes de cela, elle n’avait aucun souvenir d’une telle technique, mais à cette instant, tout lui paraissait évident, comme si elle s’en était toujours souvenu. Elle réintégra les os dans son corps.

Sasari était un peu déstabilisé lui aussi. Depuis quand Shizu avait de tels techniques… Les Hyuga n’ont jamais eu ce genre de techniques.


Sasari : Je ne voulais pas qu’elle s’interpose, j’aurais pu la tuer… Je ne sais pas si c’est un coup de chance qu’elle ait pu se défendre avec cette technique ou si ça va empirer les choses… Ne t’en mêle pas Shizu, tu risques ta vie inutilement! C’est peut-être difficile de me faire confiance, mais il n’y a que ce salopard qui mérite de mourir!!!

Takeru : Ne l’écoute pas Shizu, si tu le laisses faire, il te tuera toi aussi après et il tuera tous les autres aussi!

Sasari : Si lui survie, c’est lui et Reïtarô qui tueront tout le monde! Je n’ai pas envie de t’affronter Shizu, tu es un membre important Furûtsu et je ne te laisserai pas être pourri par ces deux hommes.

Shizu ne savait plus trop quoi choisir. D’un côté il y a Takeru qu’elle connaissait depuis ses tous dans l’organisation et qui elle se rappelait comme étant quelqu’un de rude, mais qui pour le moment lui paraissait fiable, puis de l’autre, un type complètement inconnu qui attaque la Canopée, qui projette une aura meurtrière et qui proclame haut et fort qu’il désire éliminer Takeru. Mais des doutes planaient dans l’esprit peu naïf de Shizu, des choses ne lui plaisait pas dans la Canopée et ce garçon… il la connaissait, il ne jouait pas un jeu.

Takeru : Shizu! Je t’ai offert la puissance, la Canopée t’as offert les moyens de pouvoir faire face à la vie avec tes partenaires… fait confiance une nouvelle fois en tes amis qui sont avec nous et vient leur en aide.

* Silence *

Shizu : … Désolé…

D’un mouvement déterminé avec son bras, elle pointa Sasari du bout de son index puis de son majeur et elle braqua son byakugan en direction de cette même personne.

Shizu : Hakke Bakunen - Nishi Sendan. (La déflagration du Hakke – Les deux phalanges perforantes)

D’une manière chirurgicale, Shizu écarta ses deux doigts vers Sasari pour viser des endroits précis. Du bout de ses mêmes doigts des phalanges sortirent progressivement et d’une vitesse démesurée, elles détonèrent. Impossible pour Sasari de faire quoique ce soit, le Mangekyo Sharingan arrivait à peine à distinguer une quelconque silhouette de phalanges venir vers lui. Les deux balles n’eurent que très peu de difficulté à perforé le Susanô, au stade où il en était, et elles traversèrent également le corps de Sasari à deux endroit bien précis.
Les balles avaient continué derrière Sasari et elle défigura certains arbres derrière avant de s’arrêter définitivement au sol.


Le Susanô disparût dans l’instant!

Takeru (Impressionné, en extase) : La combinaison du Byakugan et du Shikotsumyaku, du clan des Kaguya, est une idée de génie. Je suis si fier d’être à vos côté, Reïtarô-sama. Comme vous l’aviez aspecter à l’époque, vous avez créé le guerrier ultime pour l’accomplissement de votre rêve… Shizu n’est pas complètement un échec, il y a encore de l’espoir!

Shizu : Sanshi Sendan.

De manière bien précise à nouveau, Shizu tira trois autre phalange sur Sasari, les deux premières touchèrent, et la dernière, Sasari eut de la chance de pouvoir l’esquiver.

Sasari : Elle a bloqué mes tenketsu à distance grâce à cette technique, je ne peux même plus utiliser le Susanô où quoique ce soit d’autre, mon corps se paralyse de plus en plus…!

Shizu avança tranquillement vers Sasari avec la ferme intention de complètement le paralyser, mais après quelques pas seulement, elle cracha du sang, elle flancha même avec un genou au sol.

Takeru (Étonné) : …Il fallait s’y en attendre… Elle n’est pas encore habituée à devoir combiner les deux traits héréditaires… Ça revient à l’utilisation du Mangekyô Sharingan pour les Uchiwa… Mais pour une première utilisation, elle s’en sort prodigieusement bien, ce n’est qu’une question de temps et d’adaptation…

Sasari se contenta de ce qu’il avait et au vue de l’état dans lequel les deux ninjas devant lui étaient, il fonça avec une épée à la main, droit vers Takeru!
Shizu prit toute ses forces pour se relever et s’interposer à nouveau!
Elle tenta de donner un premier coup de paume que Sasari réussit à esquiver et heureusement. La paume s’ensuivit d’un os qui en sortit comme un pique.

Sasari n’avait pas le choix de faire face à Shizu et dans l’état où elle l’avait mis et avec l’utilisation du Susanô, il n’était encore assez en forme pour se permettre de l’ignorer.

Comme si elle connaissait ses techniques depuis toujours, Shizu fit sortir une lame osseuse pour combattre Sasari à l’épée. Même qu’elle développa…


Shizu : Yanagi no Mai (La danse du Saule)

Depuis ses coudes, sur ses épaules et sur ses genoux, des os épineux sortirent! Avec l’épée en main et ses nombreux os, elle bougea d’une manière bien particulière, semblable à une danse, comme le nom de la technique l’indiquait. Sasari avait du mal à gérer les mouvements de Shizu, il devait parée tout en esquivant les piques qui allaient pour l’atteindre.
C’était un combat au corps à corps plutôt dynamique et à un moment Shizu réussit à surprendre Sasari avec une ouverture qu’il y avait. Elle fit sortir un autre os pour le lui planter droit au ventre. Une vague de chakra traversa l’os et ferma le tenketsu de Sasari que Shizu avait bien pris le temps de viser.


Le côté droit de Sasari ne répondait plus comme il le souhaitait!

Shizu : Raiton – Hakke Kushô!

Sasari : Yasakani!

Sasari réussit à se reculer au dernier moment, mais l’utilisation, à nouveau, de son œil droit, combiné au tenketsu fermé, suffit à le faire flancher et à montrer de fort signe d’épuisement.

Sasari : Merde, Shizu… pourquoi il a fallu que tu t’interposes… Je ne te voulais aucun mal…

L’attaque de Raiton de Shizu passa dans le vide et elle perdit pratiquement pied. Comment avait-il fait pour se déplacer si rapidement alors qu’elle pensait l’avoir bien immobilisé!? L’utilisation de cette technique lui avait bien couté du chakra, elle ne put que ranger son ossature qui elle aussi l’affaiblissait un peu.

De la forêt, tout à coup, d’un bond, Akino apparût devant Sasari!

Takeru : Eh merde… toujours là pour nuire à nos plans celle-là. Tue-là elle aussi Shizu…!

Akino (Étonnée) : C’est Shizu qui t’as mis dans cet état… mais le Susanô!?!

Sasari : … * Se tient l’œil de douleur *

D’un autre côté de la forêt, les ninjas sur place entendirent un bruit retentir… un coup de fusil!

Takeru : Ils sont enfin revenus… Vite Shizu, on rentre, laissons les là! Il n’arrivera pas à se relever après un bon moment dans cet état!

Akino : Shizu, qu’est-ce qui te prend!?

* Silence *

Shizu : …Désolé Akino, mais tu t’es alliée à la mauvaise personne… Je reste avec mes amis.

Akino (Confuse, étonnée) : Quoi…?

[Shizu aida Takeru à se relever, du mieux qu’elle le pouvait et les deux disparurent!]

Akino : Qu’est-ce qui s’est passé bon sang, Sasari!?

Fin du chapitre 153
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 24 Déc 2016, 20:56

Chapitre 154 : Un dénouement attendu

Spoiler :
Grand Lac

[Hirosuke était toujours en plein milieu du grand lac et ce bruit de détonation qu’il venait d’entendre, il savait parfaitement de qui ça provenait. Si le Kokage en question l’avait aperçu en train de soigner Machi, il était potentiellement la prochaine cible. Hirosuke savait que de courir ne serait pas suffisant pour esquiver une balle, surtout qu’il ne savait aucunement où ce postait le Kokage qui tirait, mais il préféra ça qu’à plonger à faire possiblement face à la murène qui pourrait, d’un moment à l’autre, replonger dans l’eau.]

Hirosuke : Cette journée, pourquoi en une seule journée, tout ça ce produit. Ce matin encore, on était dans cette grotte avec Tomo et Takeru qui nous faisait la morale et là… on vient de s’attaquer à Tomo et on va s’en prendre au reste de l’organisation… Qui est avec qui…?

[La chance semblait sourire à Hirosuke qui avait réussi au dernier moment à rejoindre la plage puisque la murène avait renouveau regagné l’eau. Il alla directement retrouver Fusazô qui restait au sol à se remettre de sa dernière invocation.]

Fusazô : T’as réussi Hirosuke..! T’es un vrai, tu vois que tu peux faire quelque chose même si tu ne connais pas beaucoup de techniques.

Hirosuke : Machi à disparût. Tu l’as entendu comme moi, l’un des Kokage est proche, relève toi rapidement… * Fouille dans ses choses * Prend ça. Ça va t’aider temporairement.

[Hirosuke donna une sorte de pilule pour donner du regain à Fusazô. Il n’était pas encore en pleine forme, mais ça suffit à ce que je les deux bouge d’où ils étaient. Encore à ce moment, aucune autre détonation ne c’était fait entendre, ils réussirent à intégrer la forêt.]

Fusazô : Tu sais de où ça venait?

Hirosuke : Environ, lorsque je regardais nos silhouette dans l’eau, je n’ai eu le temps que de voir un trait rapide qui provenait de tout droit où on allait et c’est la direction vers où l’on va en ce moment.

Fusazô : S’il a tiré d’aussi loin, c’est qu’il s’agit du quatrième Kokage avec son fusil de précision. Tu veux vraiment aller à sa rencontre? Je ne suis pas certain… même voir qu’on a aucune chance contre lui.

Hirosuke : Il ne sait pas dans quel camp on est, on pourra peut-être jouer sur ça et trouver les autres grâces à lui. Qu’en penses-tu.

Fusazô : C’est risqué, mais je préfère ça que de ne plus rien faire… * Sourit *

Hirosuke : Tu es heureux que je sois avec toi, pas vrai?

Fusazô : J’ai le sentiment qu’on a fait le bon choix, pas toi? Si Tomo est comme il était, imagine Reïtarô...

Hirosuke : Je préfère ne pas y réfléchir trop… Ça me donne mal à la tête.

____________________________________________________________________________________________________

Ailleurs dans la forêt

Akino (Étonnée) : Vraiment!? Mais c’est insensé, Shizu n’a jamais eu ces techniques et puis, comment elle pourrait savoir tout à coup qu’elle les a et les utiliser comme elle l’a fait?

Sasari : Takeru à briser un sceau ou je ne sais quoi. Il a utilisé deux techniques différentes. L’une était une technique de Fuinjutsu, clairement, mais la seconde. Il n’a fait aucun signe avec ses mains et la technique à agit sur Shizu.

Akino : Tu crois que c’est la technique qui modifie les souvenirs, la mémoire?

Sasari (Étonné) : Ce serait Takeru qui pourrait le faire depuis le début? Je ne me serai pas douté qu’il ait de telles capacités en Fuinjutsu…

Akino : À vrai dire, je n’ai jamais su qu’il avait des talents dans ce domaine.

Sasari : Non, je suis persuadé que c’était la capacité de Reïtarô… qu’est-ce que ça cache.

Akino : Tu peux te relever? Elle t’a perforé à plusieurs endroits, j’ai pu te faire que les premiers soins…

Sasari : L’utilisation du Susanô et du Yasakani m’a couté énormément de chakra… mais je n’ai pas le choix. Si seulement les autres n’avait pas été dans les jambes, peu importe les techniques que Takeru puissent maitriser, j’en aurais fait qu’une bouché… Merde!

[Sasari se releva, avec difficulté. Son manque d’énergie se faisait sentir et son corps en tremblait, mais déterminé à vouloir y retourner, il arriva à se tenir debout, bien droit. Il n’était pas prêt encore à courir, mais pas à pas, il se dirigea vers la tour où tout le monde allait. Akino ne put que l’accompagner.]

____________________________________________________________________________________________________

Toit de la grande tour

[Kumiko, d’un sursaut, se réveilla là où elle avait été laissée par Akino. Elle en fut un peu étonnée sur le coup et le bandage fait de tissus simple l’a surpris encore plus. Il était imbibé de sang. Personne n’était autour d’elle et elle ne sentait aucune présence caché.]

Kumiko : Ces maudits rêves, encore… Qu’est-ce qui s’est passé, ce tissu est plein de sang… Deux scénarios sont possibles. Soit mes rêves mon fait cette blessure et Akino m’a fait ce bandage avec ses vêtements, soit Akino m’a attaqué avec une de ses épées et l’un des gardes qui la poursuivait à réussit à l’éloigner de moi et m’a fait ce bandage…

[Kumiko souleva le bandage pour l’enlever et elle s’aperçut qu’il n’y avait plus rien, seulement ses vêtements étaient déchirés. La première supposition était peut-être la plus plausible à ce moment… mais où étaient-elles passées maintenant. Cette pensé vint lui faire rappeler ce qu’avait dit Akino avant qu’elle ne tombe dans son rêve. Le Susanô qui avait été invoqué ce serait celui de Sasari, le même nom que le jeune homme dans ses rêves! Ça pouvait être une coïncidence, elle avait peut-être mal entendu aussi…]

Kumiko : Attend!? Le Susanô elle a dit? Un autre Uchiwa? Elle parlait peut-être de Sasuke… il est ici..? Comment elle pourrait le connaitre, elles l’auraient sauvé d’Orochimaru……? Argh, je me pose trop de questions. Je retourne dans la tour pour voir ce qui arrive à Kisa…

[Kumiko, comme si de rien était, se pencha pour regarder l’un des murs de la Canopée. Elle voulut voir les fenêtres pour y entrer, mais au lieu de cela, elle vit toutes en bas trois personnes qui arrivaient par la porte… Elle reconnut Mifuyi, elle était certaine que c’était elle. Sans hésiter, elle descendit rapidement en marchant le long du grand mur pour arriver tout en bas.]

Mifuyi : On y retourne je vous dis! Ce type avait le Susanô, vous ne savez pas à quel point c’est important pour moi de savoir qui il est!

Reon : Je ne sais pas qui il est, mais il est dangereux Mifuyi. Reïtarô-sama à besoin de toi et dès qu’il viendra à nous, ce sera le moment pour lui poser les bonnes questions.

Mifuyi : C’est faux, les autres ne comprendront rien et l’attaqueront. Je veux lui parler seule à seule pour savoir qui il est et ce qu’il cherche ici!

Takumi : Peut-être que c’est ce qu’il cherche… Il sait qui tu es, c’était peut-être une illusion pour piquer ta curiosité de t’emmener avec lui et te manipuler. Oui, j’en suis certaine, c’est ça! Il ne m’inspire pas du tout confiance ce type, non.

Reon : On a nous aussi des questions à lui poser, mais pour le moment, il faut que je me rendre au près du maitre et vous aussi, Takumi doit prêter assistance au maitre vue l’état qui doit s’aggraver… à son âge et…

Mifuyi : Et moi je sers à quoi dans tout ça?

Reon : À le défendre… À nous défendre, c’est notre priorité avant tout.

Kumiko : Mifuyi!

* Étonnement de Mifuyi *

Mifuyi : Kumiko, il a un autre Uchiwa avec eu! Il ressemble à Sasuke, mais ce n’est pas lui, j’en suis certaine… enfin, ça me sembler. Il faut que tu m’aides à les convaincre d’y retourner pour voir qui il est!?

Kumiko : Où sont les autres?

Reon : Takeru et Shizu sont encore devant ce type… qui je suis persuadé, s’apparente à Sasuke… c’est leur fameux allié. Ils nous ont couverts pendant qu’on venait ici, on doit porter assistance à Reïtarô-sama et aider les autres à l’intérieur à défendre.

Kumiko : Et Fusazô, Hirosuke et tous les autres qui n’étaient pas avec vous! Vous les avez vues?

Takumi : Personne. Mais maintenant, ils doivent tous être à l’intérieur à l’heure où il est, il faut rentrer et se préparer en groupe à les attendre. Faire une embuscade sera certainement à notre avantage. Et les Kokage sont de retour, j’ai entendu un coup de fusils tout à l’heure.

Reon : C’était ça? Ils sont revenus!? Désolé, mais je n’ai plus le temps de m’éternisé avec toi Mifuyi, fait ce qui te chante… Si tu te ranges de leur côté, on n’hésitera pas à t’éliminer et ça ne sera que de ta faute.

[Reon s’empressa de rentrer et Takumi se dirigea elle aussi vers la porte, mais ne rentra pas immédiatement, elle prit un temps pour voir la réaction de Mifuyi et de Kumiko.]

Mifuyi : Argh, merde! Très bien… mais promettez moi que je vais pouvoir lui parler!

Takumi : Ça va dépendre de Takeru-sensei et de Shizu-san. * Sourit * Allez, allons voir le maitre.

[Mifuyi, boudeuse, fut forcé à entrer finalement. Kumiko semblait elle aussi hésitante. Elle repensait à cet Uchiwa qui l’intriguait fortement… Sasuke… Ce serait vraiment lui? Pour une fois, elle laissa sa curiosité en suspend et suivi les autres. Elle voulait aussi savoir les réponses que Kisa a pu avoir en questionnant Reïtarô.

En entrant dans la tour, les autres n’étaient déjà plus là. Reon avait monté et Takumi avait dû suivre de très près.]


Kumiko : Ils sont tous en haut normalement.

Mifuyi : Je ne comprends pas pourquoi Reïtarô-sama a tant besoin de nous pour le moment… Si on s’occupait d’eux à l’extérieur maintenant, tout serait arrangé.

Kumiko : Il y a quelque chose de plus compliqué qui se passe… j’ai rencontré Akino qui était avec Kisa.

Mifuyi : Vous l’avez vaincu?

Kumiko : Kisa l’avait d’une manière ou d’une autre, rejoint pour que l’on puisse discuter avec eux… Akino a réussi à semer le doute dans l’esprit de Kisa et cette dernière voulait s’entretenir avec Reïtarô-sama pour savoir de quoi il en retourne. C’est Teruki qui était censé s’occupé d’Akino, mais tout à l’heure, je l’ai aperçu en train de s’enfuir de l’intérieur de la tour, elle avait réussi à y entrer. Je l’ai poursuivi, mais à ce moment, mes rêves m’ont mis complètement K.O.

Mifuyi : Elle ne t’a rien fait!?

Kumiko : Je ne sais pas si les gardes ont pu la poursuivre à nouveau et l’écarter de moi ou je ne sais quoi, mais apparemment non… je ne crois pas qu’ils soient ici pour nous faire du mal.

Mifuyi : Allons voir Reïtarô-sama tout de suite dans ce cas, il faut savoir ce qu’il a dit à Kisa!

Kumiko : Je suis d’accord.

____________________________________________________________________________________________________

[La pilule de regain d’énergie de Fusazô commençait à faire de moins en moins d’effets, il se sentait faiblir et le rythme auquel il courait aussi faiblissait.]

Hirosuke : Ça va aller? Tu veux qu’on s’arrête et que je te soigne comme il se doit? Je n’ai pas l’impression que le Kokage qui a fait disparaître Machi soit après nous.

Fusazô : Ça ira. Garde tes forces si jamais on croise d’autres gens. Ça ne devrait pas tarder… je le sens.

[Étonné un peu par ce que Fusazô venait de dire, Hirosuke redressa son regard droit devant lui pour effectivement voir une silhouette s’entre voir au travers les arbres! Plus ils avançaient vers elle, plus il devenait claire que c’était bel et bien une personne et qu’elle n’avait pas l’air de bouger.

Ça força les deux jeunes hommes à ralentir considérablement leurs cadences de pas et à mieux observer cette personne vers laquelle ils se dirigeaient.]


Hirosuke (Étonné) : C’est lui, c’est le Kokage qui a tiré!

Fusazô : On dévie notre route, on n’a aucune chance…

Hirosuke : Non, calme toi et on fait comme j’ai dit… avec de la chance, il ne nous fera rien… Enlève-moi ce manteau ou cache le.

Fusazô : On dirait qu’il ne fait rien… il nous attendrait?

Hirosuke : Maintenant que tu le dis, on dirait qu’il regarde autre chose… comme s’il discutait avec quelqu’un d’autre… il faut s’approcher, vite!

[Un centaine de mètre seulement les séparait du Kokage. Même en s’approchant, ils ne savaient toujours pas à quoi il avait à faire. Le Kokage en question ne semblait pas non plus avoir perçus leur présence.

À moment, ils étaient assez prêt… il y avait forcément une autre personne. Les deux garçons l’entendaient discuter, mais aucuns mots n’étaient encore perceptibles. Ils arrivèrent enfin, à une vingtaine de mètres pour connaitre ce qui distrayait le Kokage.]


Hirosuke : C’est Itomi!

Fusazô : On comprend mieux pourquoi il n’a pas continué de nous tirer dessus, il a dû être fortement déconcentré par Itomi.

Hirosuke : On n’a pas le choix, il faut l’aider!

Fusazô : Je ne sais pas Hirosuke…

Hirosuke : Quoi, mais qu’est-ce que tu racontes…?!

Fusazô : Tu nous as vus? J’ai à peine de chakra pour invoquer quelque chose d’assez gros pour pouvoir rivalisé avec un Kokage et toi, tu es spécialiste en soin. Si on se pointe et qu’il découvre qu’on est avec Itomi, c’est elle qui nous aura dans les jambes à vouloir nous sauver. On serait une vraie gêne pour elle.

Hirosuke : Mais c’est un Kokage, on ne peut pas ne pas l’aider!

Fusazô : Le Kokage ne nous a pas encore repérés. Cachons nous plus loin pour observer le combat et si ça tourne mal pour Itomi, ce sera le moment d’intervenir pour lui porter secoure.

Hirosuke : Je…

Fusazô : Habituellement, c’est toi qui pense à ce genre de truc, c’est toi celui le plus logique de l’organisation et tu sais très bien que c’est la meilleure chose à faire.

Hirosuke : Et si tout tourne mal..?

Fusazô : Ne la sous-estime pas… Je ne la connais pas encore très bien, mais elle ne me parait d’être si débutante qu’il n’y parait. Je crois qu’elle manque simplement de confiance en elle.

Hirosuke : Si quoique ce soit lui arrive, je quitte notre position…

Fusazô : … Avertit moi au moins d’avance alors…

* Étonnement de Fusazô et Hirosuke *

Kokage, quatrième : Je crois que Takeru l’avait bien pressentit que tu serais une nuisance… Pourquoi avoir trahis de ton plein gré l’organisation de Reïtarô-sama et avoir voulu nier qu’Ôgai vous manipulais?

Itomi : Vous ne savez rien. Comme pour l’organisation d’Ôgai, des gens m’ont aidé à voir plus claire ce que je ne voulais pas voir et pour la Canopée, ça été la même chose. Avoir vécu l’expérience avec Ôgai m’a permis de plus avoir confiance en moi-même et aux perceptions que j’aie du monde qui m’entoure. Rien n’arrive pour rien. Les plans de Reïtarô et de Takeru, je n’aie nullement confiance en leur plan.

Kokage, quatre : Le plan de Reïtarô-sama est parfait, il ne peut pas échouer. Choisir tout camp dièmirectement opposé à lui est une fâcheuse erreur. Être aux côtés de cet homme ne fait que vous garantir une place dans le prochain monde d’égalité.

Itomi : Un monde d’égalité? Un autre qui cherche à faire ça paix?

Kokage, quatrième : Non… il ne cherche que ce qu’il lui revient de droit. C’est une satisfaction que ce monde doit comprendre… ce monde doit comprendre l’ordre des choses et seule Reïtarô-sama à la clef et l’esprit pour parvenir à cette fin. L’arbre a été souillé, le sol et les microbes ont subi le même sort. Le destin a été modifié et doit être remodifié pour que le monde soit de nouveau pur… Tu n’es qu’un microbe.

Itomi : J’ai déjà entendu pire comme insulte… Mais apparemment, tu connais les plans de Reïtarô. * Inspire, expire * Je…

Kokage, quatrième : Tu sais que tu n’es pas de taille… une nouvelle comme toi ne connais rien, l’organisation d’Ôgai et leur membre ne sont rien en comparaison de la Canopée. Je vais t’éliminer.

Le Kokage, toujours son fusil de précision à la main, le lança dans les airs pour faire une petite série de mudra et le faire disparaitre. Il fit seconde série de mudra pour faire apparaitre une arme d’hast appelé un Naginata. L’arme ressemblait fortement à une épée avec une poigné de 50 centimètres de long et une lame légèrement courbée de 80 centimètres.
Le Kokage la tenait d’abord à deux mains, une à l’arrière du manche et l’autre à l’avant, mais l’arme semblait être manipulable à une seule main seulement aussi, probablement moins ergonomique tout du moins.


Kokage, quatrième : Les rumeurs disent que les Kokage sont de très bon tireur, mais aucune mention des autres talents que nous avons. C’est dommage qu’il ait été du de m’envoyer seul. Je suis spécialiste dans les tirs à distance, pas au corps à corps…
Suiton – Taifû ha! (Lame du typhon)

* Étonnement d’Itomi *

Depuis l’arme, en la levant dans les airs, un filet d’eau semblait vouloir suivre la lame et lorsque le Kokage donna un vive coup vers le bas, un raz-de-marée complet semblait sortir de la lame. L’immense mur d’eau tournoyant était inévitable à la course, il était rapidement et géant.

Itomi : Vous n’êtes définitivement pas assez informé… * Sourit *

____________________________________________________________________________________________________

Dans la grande tour

[La grande tour pierre était maintenant bien connue de tous comme étant un endroit sombre où la lumière du jour avait de la difficulté à pénétrer. Quelques pièces donnaient l’impression d’avoir plus de vie de d’autres, mais elles étaient calculables sur les doigts d’une main. Cependant, même avec cette noirceur qui régnait dans ces lieux, une pièce était dans le total. Rien n’y était visible hormis l’absence totale.

Dans cette pièce, une porte s’ouvrit, où l’on put voir la lumière de l’extérieur! Mais même cette lumière ne paraissait n’avoir aucun impact sur la noirceur intérieur. À contrejour, l’on put distinguer une première silhouette, celle qui avait ouvert la porte… puis une seconde, plus petite que la première. Les deux s’avancèrent à l’intérieur de la pièce sans couleur et ce sans crainte.]


Reïtarô, faible voix : * Tousse * Ferme la porte…

Reon : Kumiko et Mifuyi vont arriver d’une minute à l’autre. Elles sont nécessaire elle aussi, non? Ce serait du gâchis.

Reïtarô : Elles ne sont plus nécessaire * Tousse, tousse *, il y a trop de risque à les amener ici depuis que l’équipe d’Akino est revenu. Ce n’est pas grave. * Tousse * Les Kokage ont trouvés trois merveilleuses prises qui seront suffisantes… * Tousse, tousse * Je n’ai plus le temps ni l’envie d’attendre.

Reon : Qui?

Kokage, premier : Trois racines… de Konoha. Ils étaient dans notre chemin de retour… Ils doivent avoir voulu suivre l’Uchiwa. Ils ne valent pas les membres véritables de l’ombre qui protège les grands dirigeants, mais leur potentielle de chakra est suffisant pour les désires du maître…

Takumi : Qu’est-ce que je peux faire pour vous, Reïtarô-sama!?

Mitsumi : J’aide déjà à installer le maitre … C’est plutôt long, mais il faut d’abord s’occuper de Reon… aide le à intégrer sa place, tu veux bien, s’il te plait…?

Takumi : Avec plaisir!

Reon (Angoisse) : C’est l’heure on dirait. * Expire *

Reïtarô : Tu es le plus important dans tout ça, Reon. Tu ne mourras pas, je t’ai créé pour que ça ne se produise pas * Tousse, tousse * Tu as confiance en moi?

Reon : Autant que j’ai confiance en moi.

[Reon, d’un pas quelque peu craintif ou démotivé, se dirigea dans une direction bien précise suivit, encore de très peu, par Takumi. Devant lui semblait avoir une table ou une machine qu’il activa. De par une vitre, un bleu luminescent apparût à l’intérieur.]

Fin du chapitre 154


____________________________________________________________________________________________________

Chapitre 155 : Foi en soi-même

Spoiler :
[Pour une seconde fois, Kumiko montait ses marches pour atteindre le sommet le tour. Le même silence régnait partout. Les vibrations qu’avaient pu ressentir Kumiko lorsqu’elle était sur le toit avaient cessé… qu’est-ce qui c’était vraiment passé?

Mifuyi suivait de très près elle aussi et elles atteignirent enfin la salle où Reïtarô était censé être. Visiblement, il n’y était plus… même que plus personne n’y était. L’immense porte qui donnait normalement accès à la salle était complètement défoncée par le bas. Tout le bois, dans lequel elle était fabriqué, courbaient vers l’extérieur de la grande pièce!

Aucun garde n’était présent, elles étaient tous les deux seules sur cet étage.]


Mifuyi (Étonnée) : Tu disais qu’elle voulait seulement discuter, c’est ça?

Kumiko : Kisa aurait fait ça? Non, impossible que ce soit elle. Akino disait tout à l’heure qu’elle avait amené Teruki ici pour qu’il entende ce que Reïtarô-sama aurait à dire. C’est peut-être Teruki, mais j’ai surpris Akino en train de fuir juste avant qu’elle ne me parle sur le toit.

Mifuyi : Donc c’est elle qui pourrait être à l’origine de ça?

Kumiko : C’est une possibilité, mais elle avait supposé que Kisa et Teruki avaient été enfermé dans cette pièce, comme une prison. Les gardes seraient de mèches directes avec Reïtarô-sama et donc, ce serait lui qui en aurait après nous, pas Akino et les autres.

Mifuyi : Si Teruki et Kisa étaient à l’intérieur, où ils sont passés dans ce cas? Si c’est Teruki qui a fait ce trou, ils ont forcément dû aller quelque part dans la tour.

Kumiko : Akino avait peut-être raison… Ce n’est pas eu le danger, c’est lui…

Mifuyi : Si tu veux mon avis, ils ont du s’enfuir à l’extérieur pour la rejoindre… Qu’est-ce qu’on fait?

Kumiko : On va voir ce type… l’Uchiwa.

Mifuyi : Haha, là tu me fais plaisir Kumiko!

____________________________________________________________________________________________________

Quelque part en forêt

Une vague des plus dévastatrice et des plus impressionnante de dressait face à Itomi. Elle restait certes étonnante, mais sans crainte, elle fit un bond droit dans sa direction!

Hirosuke, à Fusazô (Apeuré) : Mais qu’est-ce qu’elle fait!?

Au grand étonnement d’Hirosuke, Itomi, alors qu’il croyait que ce saut était insensé, sortit prodigieusement de l’autre côté du jutsu du Kokage! Cette dernière avait transpercé la vague comme si je rien était, puis une fois passé…

Itomi : Suiton – Jôshô umi! (Montée des eaux)

Kokage, quatrième : Alors tu utilises aussi le Suiton… ça risque d’être intéressant et enrichissant.

Du bout du doigt d’Itomi, une petite bulle apparût. De cette bulle un puissant trait d’eau fût projeté en direction du Kokage. Le trait avait une propulsion rapide, mais le Kokage réussit à l'esquiver. Contrairement à sa dernière utilisation contre Sasari ou la technique déformait l’eau pour faire de puissante et haute vague, cette fois, même s’il ne s’agissait pas d’eau, le sol semblait agir comme un liquide pendant quelques secondes.
La terre s’enfonça comme si long pressait son doigt sur la surface dans drap. La terre s’enfonçait progressivement avec un rayon d’envergure 5 mètres et comme avec l’eau, la terre et la pierre remontait à la surface pour aller former des vagues, puis *crac*! L’effet de liquéfaction sur le sol cessa et la terre repris son état solide en se fissurant dans cet important cratère!

Itomi atterrit en plein centre de sa déformation puis elle enchaîna sans hésitation!


Itomi : Suiton – Ike no Sakusei (Création de l’étang)

L’eau de la précédente attaque du Kokage avait déjà remplie quelque peu le trou, mais de sous le manteau d’Itomi, elle en fit sortir plusieurs litres très rapidement, provoquant à nouveau quelques vague pour remplir l’enfoncement qu’elle avait fait dans le sol. Un petit point d’eau avait été créé en peu de temps avec une surface de 10 mètres de diamètre.

Itomi ne voyait plus personne devant elle et au plus grand étonnement d’elle et les garçons, le Kokage était toujours juste derrière elle, déjà et la trancha en deux comme dans du beurre grâce à son arme!
Heureusement, l’Itomi devant le Kokage n’était que liquide…


Kokage, quatrième : Plutôt rapide le microbe, je n’ai jamais vue les signe de l’invocation.

Itomi : Erreur.

L’Itomi face au Kokage n’était pas un clone mais bel et bien la vraie. À revers, elle tenta de lui assigner un coup de pied, mais trop peu rapide, son adversaire fit un simple bond assez rapide pour l’esquiver, cependant…

Itomi : Suiton – Kanketsusen! (Geyser aqueux)

Dès qu’il posa pied au sol, d’une fissure créer un peu plus tôt, de l’eau c’en était infiltré et un grand pilier d’eau surpris le Kokage! Encore une fois, il bondit pour esquiver! Il se produit la même chose au second bond, au troisième, au quatrième, le sol était pratiquement truffé de geyser partout qu’Itomi s’empressait de faire jaillir pour atteindre son adversaire très rapide.

Kokage, quatrième : De plus en plus intéressant, de plus en plus dangereux. Les armes blanches n’auraient pas d’impact? Reïtarô-sama va perdre une si belle pousse… Ninpo – Daini Hana o aki! (Seconde chute de la fleur)

D’une vitesse incroyable, alors que le Kokage était à une distance conséquente maintenant, il était déjà dos à Itomi et ce dernier lui assigna un bon coup d’épée en plein milieu du dos. Cette fois, son corps ne ce liquéfia pas!

Fusazô (Impressionné) : Comment est-il si rapide!? Il était en plein saut à plus d’une quinzaine de mètre d’elle et il est arrivé instantanément dans son dos!

Hirosuke (Étonné) : C’est cette technique, c’est certain! Je ne sais pas en quoi elle consiste, mais il a du faire quelque chose avant pour que ça arrive…! Mais surtout, comment a-t-il fait pour lui assigner un coup avec son arme alors qu’il ne le pouvait pas tout à l’heure!?

Kokage, à Itomi : Je suis un spécialiste du Suiton aussi, ne l’oublie pas. Manipulé l’eau est un jeu d’enfant aussi pour moi. Il va falloir trouver de meilleures ressources… ou tu peux toujours changer d’avis en te joignant au maitre.

Itomi : Tu as raté ton coup, pas vrai?

* Étonnement du Kokage *

Itomi : Je suis plutôt rapide et à force de m’entraîner avec Sasari, ça m’a beaucoup aidé à voir et anticiper les mouvements rapide… ce n’est pas encore au point, mais ça me sauve la vie on dirait. Je serai plus vigilante maintenant.

Itomi avait une vilaine coupure dans le dos, mais ç’aurait pu être bien pire. Le Kokage devant elle maintenant restait sur ses gardes, hésitant à lancer l’offensive.

Hirosuke : Je crois comprendre la technique. Il a frappé deux fois au même endroit en y repensant bien… Itomi doit à tout prix esquivé les prochaines attaques si elle ne veut pas à voir à faire une nouvelle fois à celle qu’elle vient d’esquiver.

Fusazô : Une moyennement rapide et l’autre pratiquement impossible à esquiver…

Itomi fit une série rapide de mudra, mais le Kokage ne la laissa pas faire en fonçant sur elle directement et en lui assignant une nouvelle fois un coup d’épée qu’elle eut malheureusement de la difficulté à esquiver. Une coupure à la jambe!

Kokage, quatrième : Ninpo – Daini Hana o aki! (Seconde chute de la fleur)

Itomi : Suiatsu! (Pression liquide)

Lors du passage de la lame dans la jambe d’Itomi, le Kokage se rendit compte que cette fois c’était bien un clone. Une grande pression força sur le court passage de l’épée dans cet amas d’eau, mais aucun effet.

Itomi était un peu plus loin à l’arrière, elle s’était substituée avec de l’eau. Le Kokage, dos à elle, utilisa son arme pour trancher l’air comme la dernière fois, d’un mouvement verticale, du bas vers le haut, et un puissant lame d’eau à haute pression de dirigea droit sur Itomi. Cette dernière arriva à la faire dévier en soulevant de l’eau devant elle. Les arbres touchés par la lame d’eau furent coupé nette en deux.

Le Kokage en avait profité pour soulever l’eau de toutes les fissures autour d’Itomi pour bloquer son regard et il fonça à nouveau!
La jeune fille donna un coup de chakra pour souffler toute l’eau qui était monté! Toutes élévations d’eau furent propulsées en contre-direction d’elle puis Itomi pu voir le Kokage tout juste très près! Elle se pencha rapidement vers l’arrière pour esquiver l’arme qui passa à quelques millimètres au-dessus d’elle.
Ayant raté son coup, le Kokage enchaîna rapidement avec un coup à la verticale. Toujours penché, le dos fortement cambré vers l’arrière, elle se donna appuis sur ses mains et se servit de son pied droit pour dévier les mains du Kokage pour qu’il puisse frapper au sol à côté d’elle.
Réactif, tel un sauteur à la perche, il se servit de son arme comme appuis pour s’élever plus haut, faire une pirouette renverser sur son arme et retomber pour donner un puissant coup de pied.
Itomi avait la même chose au bon moment en faisant une pirouette arrière, ce tenant sur ses mains déjà au sol.
Le Kokage décrocha son arme du sol pour balancé un coup horizontalement et ce en tenant son arme seulement à une main. Ce manque de tenu permis à Itomi d’élevé un nouveau pilier d’eau pour déstabilisé l’arme qui venait tout droit vers elle, ce qui fonctionna, et elle enchaîna avec une série de coup de poing, tentant d’atteindre le ventre et le visage du Kokage. Il esquiva tout et arriva même à reprendre maintien de son arme pour se servir du pommeau comme défense.
La série de point fut un échec et ce fut autour du Kokage de s’essayer, plus rapidement qu’Itomi en donna deux coup d’essai au niveau du visage et finalement un coup de pied, lors d’un léger saut sur place, qui atteint directement au flanc droit de la jeune fille! Ça suffit à la faire reculer de deux pas et à perdre l’équilibre.
Confiant cette fois, le Kokage n’allait pas manquer ça chance et pris fermement son arme et balança un nouveau coup horizontale droit vers le cou d’Itomi!


Itomi : * Exécute une série de mudra rapide * Suiton - Hikigaerushotto! (Tir du crapaud)

Comme si elle crachait, un simple filet d’eau rapide et concentré fut lancé pour atteindre la lame. Ça l’atteignit et * Ting * la lame se cassa en deux!

* Étonnement du Kokage *

Hirosuke (Enjouée) : Elle avait affaibli la lame la première fois avec son clone aqueux et elle a réussi à la briser avec ce tir bien placé… Bien pensé Itomi!

Fusazô : Tu veux rire… il y a que ça pour t’impressionner dans ce combat!? Depuis quand elle est aussi forte? Elle l’était autant quand vous avez dû l’empêcher de retourner vers Ôgai?

Hirosuke (Étonné) : …Elle savait peut-être déjà que c’était inutile contre nous quatre à ce moment… ou peut-être qu’elle ne savait pas déjà quel camps choisir… * Regarde Itomi * Maintenant c’est claire, elle sait ou est ça place…

La lame cassée, elle passa à deux cheveux d’atteindre le visage d’Itomi. Elle riposta sur le déséquilibre que le Kokage venait d’avoir pour lui assigner un bon coup de poing. Encore une fois malheureusement, ce dernier réussit à faire un bon conséquent vers l’arrière pour éviter le coup.

Itomi était quelque peu essoufflé… On n’en voyait malheureusement pas un signe pour ce qui était du Kokage, cachant son visage d’un curieux voile depuis tout ce temps.


Itomi : Qu’est-ce qui se cache derrière les capes qui couvrent votre visage? Je suis curieux de savoir qui vous êtes et à quoi vous ressemblé…

Kokage, quatrième : Le simple fait de faire ce geste pour faire ce simple geste pourrait causer des tracas à Reïtarô-sama… jamais vous ne verrez. L’ombre n’a pas de visage, il n’est que silhouette d’un visage plus important.

Itomi : Vous êtes l’ombre de Reïtarô…

Kokage, quatrième : C’est l’honneur qu’il nous a fait…

Itomi : On est venu ici pour arrêter la personne qui vous à créer et je suis convaincu que nous y arriverons! Si tu n’es que l’ombre de ce vieux, alors je gagnerai forcément ce combat…!

Kokage, quatrième : Vous n’arrêterez jamais Reïtarô-sama.

Le Kokage regarda son arme maintenant réduit de moitié de sa taille initiale. Il l’a jeta au sol maintenant devenu complètement obsolète.

Hirosuke : Il n’a plus d’arme autre que ses techniques de Suiton et son Taijutsu contre Itomi maintenant… qu’est-ce qu’il va pouvoir faire maintenant?

Fusazô : S’il prend de la distance pour utiliser son fusil de précision, il n’arrivera à rien non plus, il est collé au mur avec que très peu de solution… Elle a pris l’avance, haha!

Hirosuke : Restons vigilant tout de même… si quelque chose lui arrive, je n’hésiterai pas à foncer l’aider.

Kokage, quatrième : Je ne devrais pas te sous-estimer plus longtemps, microbe. Sans aucun doute, Reïtarô-sama ne peut pas échouer, mais il ne doit pas être plus ralentit qu’il ne le faut désormais et vous êtes sources à problème… Il vaut mieux en finir vite et définitivement de toi et tes petits copains qui se cache dans la forêt…

* Étonnement d’Itomi, Hirosuke et Fusazô *

Le Kokage invoqua de nouveau, soudainement, son fusil de précision. Itomi avait des doutes t’en qu’à l’utilité de cette arme à courte distance, elle se rassura à sa vue. Cependant, le Kokage fit une chose à laquelle elle ne s’attendait pas réellement.
Comme pour un cran de sureté, le Kokage changea une encoche pour une autre et la culasse de l’arme fit un étrange mouvement rapide et lumineux pratiquement.
Le Kokage se mit l’arme sous le menton.


Kokage, quatrième : Vous n’aurez pas l’occasion de voir mon vrai visage, mais vous verrez l’un de mes visages en tant que privilège… Mizukage! (L’ombre de l’eau)

L’homme tira! Les ninjas présents étaient subjugués, ne comprenant nullement ce qui se produisait, mais rapidement tout de même, ils se mirent fortement en garde.
Le projectile n’avait étonnement pas transpercé le crâne, la balle c’était logé dans ce dernier.
De son front, même sous un drap, une lumière bleue, visible et intense, émana! Le Kokage, devint pratiquement fou, il débattait sur place comme si un mal de tête des plus abominable le torturait. Il poussait des cris de souffrance, il se tordait sur place et même que ses os semblait se déboiter… il n’était plus du tout humain.
Des membres tels que des bras et une queue lui poussait à des endroits du corps. Ses vêtements se déchirait face à l’envergure que prenait le corps qui grandissait et grossissait en musculature. Sa peau devint, à certain endroit, écailleuse et pratiquement la majorité de son corps était d’une couleur bleu.
Le voile qu’il portait s’envola et fut déchiqueté!
Sous ce dernier, plus aucune tête, le Kokage était devenu un véritable monstre dans cohésion réelle. Seul un cristaux, probablement la balle, semblait faire office d’œil.

À un moment, sa transformation complété, il cessa de s’agiter dans tous les sens et scruta les alentours, comme si Itomi avait été oublié dans ces dernières secondes.
De par derrière, inutile maintenant, Hirosuke, suivit de Fusazô, c’était découvert et venait porter assistance à Itomi face à cette chose difforme.


Hirosuke : C’est fichu, il faut qu’on parte d’ici pendant qu’il n’a pas encore tous ses esprits dans cette forme. S’il a décidé d’aller aussi loin, c’est qu’il est conscient que ça va certainement nous éliminer. Je suis certain que cette transformation ne peut pas être reversée, il va forcément en mourir.

Fusazô : Je peux invoquer quelque chose pour le distraire pendant ce temps.

Itomi : Non, il faut l’éliminer, il faut nous donner les meilleures chances de faire face à Reïtarô et aux autres.

Hirosuke : C’est insensé Itomi! C’est vrai que tu as été impressionnante jusqu’à maintenant, mais les Kokage dépasse le niveau des bras droits d’Ôgai, crois-moi. Si même toi tu n’étais pas le bras droit d’Ôgai, tu n’as aucune chance.

Itomi : Ne… Ne me sous-estime pas… j’ai confiance en moi cette fois-ci. Je fais confiance en mon choix et il est définitif. Je vais sauver mes amis et combattre cette chose est la meilleure manière d’y arriver. Fuir ne résoudra rien, je veux affronter maintenant.

* Étonnement d’Hirosuke *

Itomi : Dispersez-vous, il aura plus de difficulté à devoir se concentré si il y a trop de cibles autour de lui… Où laissez-moi faire!

Hirosuke : Dans ce cas… je vais…

À ce moment, Hirosuke fit face à un important dilemme pour lui. Ce qu’il voulait en ce moment, c’était de fuir cette endroit bien trop dangereux… ses capacités physique était des moindres, il était spécialisé pour les soins, il n’avait rien d’offensif. Son corps tremblait de peur devant la créature… Mais en regardant Itomi aussi déterminé, il voulait à tout prix l’aider, lui prouver que pour cette fois et pour les fois d’avant, elle avait raison de foncer.
Il tremblait, mais le regard bas, il se mit à courir en direction de la créature pour la contourner et attirer son attention!


Hirosuke : Je compte sur toi Itomi! Donne tout ce que tu as!

La bête fut interpelée drastiquement par la course de Hirosuke. Proche d’Itomi, Fusazô fut capable d’invoquer Toko et il se mit à courir avec son oiseau sur l’épaule qui criait! Le Kokage était aussi distrait pas Fusazô, mais braqua à nouveau son regard vers Hirosuke et il balança une attaque. Un puissant jet d’eau provenant du cristal. La puissance du jet était assez puissante pour tailler la pierre.

La chance souriait à Hirosuke, la bête, dans l’énervement, visait plutôt mal, il se sauva de cette attaque. Bien impatiente par contre, ce servant de ses nouveaux bras, il poursuivit Hirosuke telle une araignée mutante. Le monstre passe très près de l’attrapé, mais sauta au bon moment.
La bête manqua d’équilibre dans sa tentative ce qui permit à Hirosuke de changer de direction. Fusazô fut le malheureux, par contre, à être poursuivit.

De très haut et de très loin, on pouvait voir des arbres, près du lac, tombé. On pouvait voir des traits d’eau puissante sortir la forêt, même des explosions d’eau. Hirosuke et Fusazô avait de plus en plus de difficulté à esquiver les attaques du Kokage, comme si l’homme à l’intérieur de la bête venait à s’habituer au nouveau corps et à atténué la folie pour la logique.

La fatigue se faisait rapidement sentir et la bête, elle par contre, ne démordait pas. Fusazô dû renvoyé Toko et trébucha malheureusement sur une pierre, il n’avait plus aucune force. La bête n’avait d’yeux que pour Hirosuke maintenant.

L’un des jets d’eau passa entre sa tête et son épaule, un bras était au-dessus de lui avant qu’un tronc bien placé ne le protège, la terre tremblait et les fissure apparaissait au bon endroit… mais lui aussi manqua de chance et une racine lui fit perdre pied… il était à la merci de la bête qui semblait le dévisager maintenant de satisfaction.

Elle leva la main haute comme pour donne le dernier coup.


Hirosuke :… J’ai été un parfait idiot…

Itomi : Tu n’as pas le droit de dire ça..!

* Étonnement d’Hirosuke *

Étonnée elle aussi, la bête, alors qu’elle allait porter son coup, se retourna brusquement pour voir ce qui arrivait derrière elle! Itomi dans les airs, le bras haut…

Itomi : Suien! (Flamme aqueuse)

Pile sur le cristal, Itomi avait réussi à placer sa fameuse attaque de la flamme aqueuse. L’attaque tournoyait à grande vitesse sur elle-même et forait à toute vitesse à l’intérieur du corps de la bête. L’eau était d’une pression énorme dans l’attaque et tout ce qui entrain en contact avec ce consuma tel que le ferrai le feu. Au point d’impact, la flamme était petite, mais une fois dans sa lancé, elle s’agrandissait exponentiellement et ne fit qu’une bouché du corps du Kokage! Même la pierre sous ses pieds avait corrodé aisément à l’impact de la technique.

Le cristal détruit, tout le monstre parti en fumée… il n’y avait plus rien de lui. Itomi retomba au sol, quelque peu épuisé de cette fin de combat.
Hirosuke était subjugué par tout ce qu’il venait de voir. Pas un mot, ni même un respire ne sortait de lui, il n’avait que la bouche et les yeux grands ouvert, fixant le ciel ahurie. C’était une attaque impressionnante, mais elle lui avait aussi sauvé la vie! Itomi avait réussi à vaincre le quatrième des Kokage, les membres particuliers de Reïtarô.

Hirosuke reprit ses esprits rapidement et courra, comme s’il avait eu un immense regain d’énergie, pour aider et soigner Itomi!


Hirosuke : Ne bouge plus, reste comme tu es et laisse-moi m’occuper du reste!

Itomi (Essoufflée) : Tu n’as pas le droit de dire que t’es idiot…

* Étonnement d’Hirosuke *

Itomi : Il n’y a que moi qui ait le droit… * Sourit en faisant la grimace *

Hirosuke (Sourit) : Tu as bien raison, tu es le mieux placé pour pouvoir me le dire…* Embarrassé, honteux * Je suis tellement navré de ne pas avoir cru en toi… Alors que toi tu avais cru en nous… J’ai trahis ta confiance lamentablement. Je ne douterai plus de ce que tu diras maintenant, je te le promets.

[Itomi était d’abord surprise par ce qu’Hirosuke venait de lui dire, mais n’en rajouta pas plus, elle resta silencieuse en abordant presqu’un sourire fier et flattée. Elle se laissa soigner, repensant au combat qu’elle venait de livrer, elle ne pouvait qu’être fière d’une telle victoire.]

____________________________________________________________________________________________________

Ailleurs, dans la forêt

Akino : Vous avez réussi à vous échapper!?

Kisa : Tu avais raison Akino, il se passe des choses dans l’organisation, Reïtarô nous cache des choses et au vue de comment on a été emprisonné, ça ne fait aucun doute que ça nous implique d’une mauvaise manière…

Akino : Tu penses la même chose Teruki..?

Teruki : …Évidement. Je n’arrive pas à saisir ce qui se produit réellement, mais j’imagine que je dois définitivement plus compter sur vous que sur moi-même…

Akino : Que tu aies défoncé cette porte est un bon signe que tu as compris rapidement au moins… Vous avez croisé des personnes en venant ici?

Kisa : Personne, on a dû s’échapper par une autre voie que la porte d’entrer alors on a vue personne. Reïtarô n’était pas dans sa salle, personne hormis nous deux ni étions. Les gardes n’étaient plus là quand nous sommes sorties aussi. On a aucune idée de qui est où.

[Teruki s’avança en direction de Sasari, d’un air sérieux, montrant qu’il n’avait plus de crainte envers lui. Sasari paraissait un peu froid, mais il lui tendu la main, à la surprise de ce dernier.]

Teruki : Alors, c’est toi qui es à l’origine de notre sauvetage, c’est ça? J’imagine que je peux te remercier.

Sasari : Tu as tout faux… Le gros de tout est grâce à Akino et… Shizu. Sans Shizu, on n’aurait pas pu faire grand-chose à vrai dire.

Teruki : On va la sauver, n’est-ce pas?

* Silence *

Sasari : Je ferai tout pour la sauver, oui.

Takeru : Sasari, c’est ça..?

Sasari (Embarrassé) : Hum… oui, c’est ça…

[Tout à coup, des arbres et des plantes, un bruit distinct se fit entendre. Il s’agissait forcément de personnes qui s’approchaient!]

Akino : Itomi nous a retrouvés?

[Akino avait tout faut. Ce n’était pas Itomi. Deux silhouettes de personnes étaient visibles. Akino et les autres comprirent rapidement de qui il pouvait s’agir en voyant le sharingan de Sasari s’illuminer à son plus grand. Mifuyi et Kumiko se tenait droit devant eux. Le cœur de Sasari battait à toute vitesse à la vue de ses deux amies, surtout à la vue de Kumiko qu’il avait vue depuis si longtemps.]

Sasari : … c’est… c’est impossible…

Kumiko (Décontenancé) : Toi..!!?

Fin du chapitre 155


____________________________________________________________________________________________________

Yo

Bon, bon, bon... Ça y'est, j'ai enfin réussi à remettre tout ce que j'avais déjà mis. Ce fut long, un peu pénible, disons que la motivation de le faire était plus ou moins là, j'ai eu le droit à ma pire session scolaire à vie, mais ça y'est :gene: .
Le "crash" du forum c'était produit quelques jours après la publication du chapitre 153 donc, c'est fort possible que beaucoup ne l'ai pas lu donc je vous conseil vivement de lire les chapitres avant ceux-ci question de bien vous resituer dans l'action dans ce moment.
Malheureusement, je ne crois pas publier tout ce que j'aurais dû publier, depuis l’événement du forum, tout en même temps. Je vais faire des publications normal et probablement des doubles chapitres assez régulièrement. Je vais essayer de publier les vendredi comme à l'habitude, mais je garantit rien non plus, il se peut que ça fasse comme aujourd'hui et que je publie samedi ou dimanche, etc.

Sinon, j'espère que vous allez bien (Pour ceux qui sont resté :gene: ), pour ma part, disons que les vacances du temps des fêtes sont fort apprécié! Trois semaines de relaxation à bien manger et à être bien entouré. J'espère que c'est aussi votre cas dans vos coin de pays et que vous saurez en profiter... enfin, je ne vous souhaite pas une session comme j'ai pu avoir, haha!

J'ai pas grand chose à dire sur les chapitres... Encore désolé pour cette attente, j'espère que la mort du forum n'a pas fait fuir trop de gens et que cette attente non plus.

Bref, je sais pas trop quoi dire de plus. J'espère que les chapitres vous plairons et sur ce, bonne lecture et bon temps des fêtes! :D


Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- Lecture d'un texte
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Mayel Sasuke » 25 Déc 2016, 03:29

Formidable ! Quelle histoire mais quelle histoire !

Chapitre 153 : Pour m'avoir détacher de mon travail et fait passer, le chapitre mérite largement la mention spéciale excellent :D . Enfin, des combats qui ont du sens !!! Je retrouve l'équilibre stratégie/puissance des combats que je n'avais pas revu depuis un bout de temps (en terme de chapitre).

Commençons par Hirosuke & Fusa Vs Tomo : Correcte du début à la fin du chapitre, pas de solution en sous main surprise, pas de coup fourré injustifiable, pas de miracle idiot, que du réglementaire avec les moyens du bord et avec en plus une stratégie indiscutablement gagnante. Pour être honnête, je m'attendais à quelque chose de hautement discutable pour expliquer comment Tomo pourrait perdre (si jamais il le devait) comme certains combat qui ont précédé; alors quelle satisfaction ça a pu être de voir un dénouement aussi bien calculer. Très simple en soit mais imparable, lancer Hirosuke vers Machi pour faire croire à une tentative d'Hirosuke d'atteindre ce dernier dans le but probable de le soigner dans les airs et évidemment la Murène se lancera à ses trousses. Ensuite on téléporte la Murène ailleurs à la surprise générale et Tomo se retrouve complètement pris au dépourvu, ce qui permet donc à Machi de le mettre K.O de façon réglementaire. C'était un éclaire de génie et il n'y a rien à redire même si j'éprouve de la peine pour Tomo qui avait un talent certains.

Sasari Vs Takeru & Shizu : Événement hautement discutable lors du combat mais cela devient tellement épique que s'en est presque passable. Ici contrairement au combat opposant Tomo & Hirosuke, je ne m'attendais pas à une solution de sous main. Il n'y avait que deux possibilités, soit l’œil que cache Takeru avait quelque chose pour tenir la route soit il se faisait démonter, écraser, piétiner, démolir et enfin buter par Sasari alors quand il a sorti son parchemin miracle je ne l'ai pas bien senti du tout. OK, ils nous est arrivé de voir des anomalies du genre Madara qui se regreffe un œil aussi simplement que le fait de se gratter la tête alors qu'il a fallu un grand temps pour le faire avec Sasuke mais ça restait "Physique" ! Ce qui se passait avec Shizu fait passer Orochimaru et le reste des scientifiques de l'histoire pour des imbéciles accomplies ! Takeru a carrément implémenter sans une aucune transition de l'ADN du clan de Kimimaro à Shizu :| ! Il a tout bonnement sortie son parchemin l'a placé dans le dos de Shizu et pouf ! Shizu est devenue une Hyûga avec la faculté d'un membre du clan Kaguya et par effet "Immédiat". Je sois dire que lors de ma première lecture j'ai adoré ce passage mais sérieusement un peu de réalisme était de mise. Bref, ça c'était le côté le négatif mais le combat qui s'en aie suivit était "magnifique". Pour une fois depuis un bon bout de temps Sasari a perdu un combat réellement parce qu'il ne pouvait en être autrement. Cela devenait rabaissant de voir à quelles points des stratégies à deux balles suffisaient à le tenir en échec mais cette fois-ci au moins il y avait un adversaire valable en face.

Chapitre 154 : Bizarrement (puisque d'habitude j'aime la théorie), c'est le chapitre avec lequel j'ai pris le moins de temps, je l'ai lu d'une traite survolant les parties importantes, la confrontation d'Itomi m’intéressait beaucoup plus que le reste cela dit finalement Reon, Takeru, Tomo, Ruito, Takumi, Mitsumi (je ne voulais pas y croire) sont donc les inconditionnels de Reïtaro en rajoutant les 3 membres des Kokages qui restent ça nous fait donc un totale de 9 alliés sûre pour Reïtaro. Et Reon aurai été crée ? Ce que veux faire Reïtaro a quelque chose avoir les espèces de machine de labo que Kumiko avait vu dans le passé ? J'entre pas en détaille sinon, je vais être acculé de théorie alors que j'ai un travail à faire présentement. Mais le truc qui m'a le plus titiller dans tout ça c'est :

Reitaro a écrit:Reïtarô : Elles ne sont plus nécessaire * Tousse, tousse *, il y a trop de risque à les amener ici depuis que l’équipe d’Akino est revenu. Ce n’est pas grave. * Tousse * Les Kokage ont trouvés trois merveilleuses prises qui seront suffisantes… * Tousse, tousse * Je n’ai plus le temps ni l’envie d’attendre.


Alors quoi ? Il jette les ponges ? Il s'est donné toute cette peine pour rien ?? Il est passé où son << Les Uchiwas seront le centre... >> ? Vivement la suite de cette séquence et avant que je ne l'oublie Makura est passé où ?

Chapitre 155 : Sans conteste mon préféré de ce triple chapitre, j'y trouve rien à redire, Hirosuke est un allié acquis à présent. Le combat d'Itomi est l'un des plus beau écrit, tout comme le combat de Fusa c'était correcte du début à la fin du chapitre, Itomi est forte et elle l'a tout simplement prouvé. Un combat alliant un parfait équilibre entre puissance et stratégie et la fin du combat était tout bonnement spectaculaire. Au final, avec la mort de ce Kokage le rang des alliés de Reïtaro vient de perdre un membre, en citant ce qui reste on a : Takeru, Tomo (s'il est vivant puisqu'il a très bien pu se noyer aussi), Ruito (qui je suppose est mort), Reon, Mitsumi, Takumi et enfin les deux Kokages qui reste + Shizu sans compter le big boss lui même. Du côté Sasari on a : Kisa, Itomi, Teruki, Fusa, Akino, Hirosuke et en étant optimiste peut-être aussi Kumiko et Mifuyi. Mais Makura on le situe où ??

Bref, un fin de chapitre qui redonne de l'espoir la Team Furutsu d'origine est de nouveau réunie et il ne manque que Shizu pour que tout le monde soit là.

@Sasari : Je compatis :/ Au moins tu y as survécu et c'est maintenant derrière toi, c'est déjà ça :) Oh ! Et merci pour les chapitres :D . Très bonne fête à toi :D
Image
Toute la sagesse de notre credo est transcrit dans ces paroles. Nous agissons dans l'ombre pour éclaircir le monde. Nous sommes des Assassins. Rien n'est vrai, tout est permis.
Avatar de l’utilisateur
Mayel Sasuke
Sennin
 
Messages: 3794
Inscription: 07 Juil 2012, 14:02
Localisation: A la recherche de la vérité universel
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 30 Déc 2016, 19:18

Chapitre 156 : Suspicion

Spoiler :
[Rarement les gens de la Canopée, y compris les déserteurs, avaient passé une journée aussi remplie et changeante. Cette journée avait commencé par une interception d’Hirosuke et Fusazô sur la petite équipe de Furûtsu, qui avait sauvé nouvellement Mifuyi.
Une altercation avait eu lien peu de temps après entre l’équipe de Takeru et celle de Sasari. Cette dernière, dans le plus grand des malheurs, perdit deux membres : Mifuyi, tout récemment libérer, et Shizu.
Sasari décida ensuite de foncer directement et sans autre escale vers la tour pour régler leur compte une bonne fois pour toute. Multiples confrontations avait eu lieu. La confusion chez beaucoup était fortement présente…
Certains, avec de l’aide, furent sortit de la folie que Reïtarô et Takeru avait engendré dans l’esprit de tous.
La vérité, pour plusieurs jusqu’à maintenant, leur paraissait maintenant évidente. Sasari était toujours un visage inconnu pour plusieurs d’entre eux, mais en cette journée, ceux prétendant ne pas le connaitre conclure qu’il le connaissait peut-être mieux que leur chef Reïtarô.
D’autres, durant cette journée, avait vu cette vérité brouillée à nouveau malheureusement et cela s’en retourna contre l’équipe de Sasari qui dû, un bref instant, poser genoux au sol face à Shizu avec une nouvelle capacité.

Durant cette journée, cette tour, visible d’un millier de mètres aux alentours, avait vue nombre d’aller et venu en cette journée… et ça n’allait pas se terminé. La lune était toujours haute dans le ciel et contrairement à tout à l’heure, plus aucun nuage ne polluait la vue. Devant la porte d’entrée, Takeru et Shizu étaient là et entrèrent.

Shizu était préoccupé par les récents événements, mais tentait de dissimuler son état face à ça. Elle suivait Takeru, ne sachant pas trop où ils se dirigeaient. Elle aurait cru que tous se trouveraient au dernier étage, mais non, Takeru se dirigea vers une simple porte. Verrouillé en premier lieu et puis ouverte après que Takeru ait fait quelque chose sûr celle-ci.
La pièce devant eux était sombre… aucune lumière n’en sortait. Peu à peu, leurs yeux s’habituèrent et ils reconnurent des gens à l’intérieur, ceux-ci peu surpris de les voir.
En entrant, ils purent voir, à leur gauche, de nombreux socles, de la taille d’un lit pour une personne avec des machines ressemblant à de vrais cercueils technologiques. Sur le demi-cylindre qui servait de porte, une vitre, embuée tout du moins, permettait de voir à l’intérieur. Il n’y en avait une quinzaine bien alignée dans son champs de vision et au bout de la salle, il semblait avoir un couloir qui continuait vers la gauche une nouvelle fois… il avait forcément d’autre de ses machines. Ça subjugua intérieurement Shizu qui ne s’attendait pas à ça..!]


Shizu : Ces machines…

[Devant les yeux de Shizu et des autres, Takumi referma l’une de ses machines… quelqu’un y avait été placé à l’intérieur.]

Shizu : Ce serait donc des machines cryogénique? Il y a quelqu’un dans celle-ci. Reïtarô s’en serait servi depuis tout ce temps? En quoi est-ce utile? * Se prend un léger mal de tête *

Takumi, à Reïtarô : Il est prêt.

[En s’avançant plus dans la pièce, Shizu pu voir Reïtarô assit sur un trône particulier… c’a ne paraissait pas d’une chaise ordinaire. Mitsumi semblait faire des arrangements et elle s’occupait de l’état de son maitre. Du coin de l’œil, elle put voir deux Kokage et deux gardes sur les six.]

Reïtarô : * Tousse * Tu es enfin de retour, Takeru… ç’a été plus long que prévue on dirait..?

Takeru : Plus long, mais ça été une véritable chance qu’ils ne soient pas revenu plus tôt et dans de différentes conditions… Vous vous sentez réellement prêt à le faire maintenant?

Reïtarô : Attendre plus serai dangereux … * Regarde Shizu qui scrutait les alentours furtivement *… Fermez la porte…

[La porte semblait se fermer pratiquement d’elle-même, d’une bourrasque de vent, et produisit un son et un effet digne des films d’horreurs.]

Reïtarô (Enragé) : Et attrapez-moi cette peste d’Hyuga de malheurs!

Mitsumi : Reïtarô-sama!

Shizu : Merde!

Shizu activa son Byakugan! Dans l’instant, elle se surprit à s’être trompé sur le nombre de garde présent! Les six gardent étaient présent! Tous, accompagné des Kokage et de Takeru se ruèrent sur elle pour l’attraper!

Shizu tenta une nouvelle fois ses nouvelles capacités et fit sortir plusieurs os pointu de son corps pour blesser ceux près d’elle ou les faire vivement reculer… mais l’un des Kokage fut trop rapide. D’un bond instantané, il arriva face à Shizu. Cette dernière eux le temps de doublement se protéger avec ses bras et des os qui lui sortait des bras, mais, malgré son Byagugan, elle négligea son dos se pris la piqure du seringue!

À neuf contre elle dans ses conditions, Shizu ne pouvait rien faire d’autre. Elle tenta de fuir, mais le poison fit rapidement effet dans son corps et elle s’écroula au sol.


Reïtarô : Cette maudite Shizu! Efface moi ça mémoire une bonne fois pour toute! Je ne veux plus que cette garce ne se rappelle de quoique ce soit! Modifie sa mémoire pour que la seule chose qu’elle ait en tête, c’est à quel point ce qui se passe ici est important et ne doit en aucun cas être interrompus! Modifie sa mémoire pour qu’elle sacrifie sa vie au péril de la mienne!!! * Se prend d’horribles maux de ventre et d’horribles contractions musculaire * Aaaaah! * Tousse, tousse, tousse *

Mitsumi : Calmez-vous Reïtarô-sama, je vous en prie. Vous allez aggraver votre cas.

Reïtarô (Furieux) : La ferme!

Reïtarô, malgré la carrure qu’il avait, ne se gêna pas pour donner un coup, du revers de la main à Mitsumi assez pour la faire reculer et tomber au sol, telle une vraie servante mal traitée…

Reïtarô : Lance le module… *Tousse, tousse, tousse * Maintenant que Takeru est de retour, tous les membres nécessaires sont présent pour pouvoir poursuivre au mieux de ce que l’on espérait * Tousse *

[Des gardes transportaient le corps de Shizu sur une table normal, ils avaient réussi à la faire perdre confiance. Apparemment, la tentative de corruption sur Shizu, plus tôt, par Takeru, n’avait pas tout à fait fonctionné comme prévue. Takeru était légèrement vexé de devoir recommencé… mais il le devait. Il se remit donc à la tâche.]

____________________________________________________________________________________________________

Forêt de la Canopée

Itomi : Ça va aller, Hirosuke, merci.

[Un combat des plus impressionnants venait de se terminer dans ses lieux ravagés par l’eau. Le quatrième des Kokage avait été vaincu par Itomi, il n’en restait plus que deux en vie maintenant, ça signifiait une menace beaucoup moins présente pour tout le monde. Cependant, malgré qu’Itomi ait retrouvé quelque peu ses forces, grâce au soin, elle n’était définitivement pas prête pour un nouveau combat de ce genre.
La force d’impact du Suien lui avait d’ailleurs bien endommagé le bras droit… il lui fallait plus que des soins prodigués en pleine nature.]


Fusazô : Et dire que tout ça n’est pas encore fini… Il faut retrouver les autres. En espérant qu’ils ne soient pas trop mal en point comme on peut l’être ou qu’ils ne soient déjà capturés.

Itomi : Il y a eu un combat dans les environs, j’en suis certaine. Vous l’avez sentit vous aussi? Un genre d’aura dangereux… j’avais déjà ressenti cette aura avant, dans la demeure d’Ôgai. C’était pendant votre venu, je me souviens!

Hirosuke : Ce doit être le Susanô… l’un des trois Uchiwa doit l’avoir utilisé pour combattre. Par déduction, je suis certain que ce doit être Sasari… C’est un moyen facile de combattre plusieurs adversaires en-même temps et vue qu’il s’est fait enlever ses deux amis devant ses yeux, la rage a dû aider à faire éveiller cette chose.

Fusazô : Tu sais d’où ça provenait, Itomi?

Itomi : Non, aucunement.

Hirosuke : Il a dû trouver Takeru. Il accompagnait Mifuyi et Shizu, il allait en direction de la tour. On y va!

[De nouveau tous debout, d’un pas légèrement rapide, ils partirent en direction de la tour ce en serpentant la région pour être certain de pouvoir croiser Sasari et possiblement l’aider.]

____________________________________________________________________________________________________

Ailleurs dans la forêt

[Le face à face tant attendu de Sasari se révéla enfin de lui-même. Par le plus grand des hasards, Mifuyi et Kumiko se tenaient là, de leur propre et unique volonté, devant quatre ninjas dont deux prétendument ennemi à l’organisation.

Un seul visage semblait être inconnu pour les deux filles… mais à la fois, pour l’une d’entre elle, il n’était pas complètement inconnu.]


Kisa : Kumiko, ils avaient raison! Les gardes sont de mèches avec Reïtarô qui, lui, cache quelque chose qu’il ne veut absolument pas que nous sachions! Ils nous ont délibérément enfermé, moi et Teruki, dans la salle du haut!

* Silence *

[Inutile, Kumiko restait subjuguée devant le visage du jeune Uchiwa. Même Mifuyi, surpris également, regarda Kumiko pour voir sa réponse, mais elle eut un double étonnement vis-à-vis la réaction de son amie.]

Mifuyi : Kumiko, tu le reconnais toi?

Kumiko : …

Sasari : Qu’est-ce que vous on fait les gardes… Reïtarô… Takeru!? Vous allez bien!? Comment nous avez-vous retrouvé? Vous êtes seule? Vous vous souvenez de moi?

Kumiko (Ahurie) : Tu es Sasari, c’est ton nom?

Sasari (Étonné) : Tu as réussi à dissiper la technique de Takeru?

Kumiko : Tu es le même type que dans mes rêves… qui t’es bon sang… Je ne t’ai jamais vue dans la vraie vie…

* Étonnement de Sasari *

Akino : Non, vous l’avez déjà rencontré en vrai, même bien plus longtemps avant que vous n’entriez dans l’organisation. Reïtarô ou Takeru ont une technique qui peut altérer la mémoire et tous les membres de l’organisation ont été forcés de l’oublier, hormis moi et Shizu… à la base.

Mifuyi : J’ai beau essayer de me remémorer chaque instant de ma vie, je n’ai jamais vue ce type avant, Akino. C’est certain que Reïtarô prépare quelque chose de louche… mais ça, c’est aussi difficile à croire.

Akino : Ouvre les yeux quand même, c’est un Uchiwa, vous pouvez facilement faire le lien, non?

Sasari : Nous ne sommes plus que cinq Uchiwa encore en vie, plus Kumiko qui est une Uzumaki portant le Sharingan. Toi et moi, Mifuyi, nos parents ont préparé un plan pour que les Uchiwa puissent survivre au possible guerre civile qui semblait s’en venir dans Konoha. Ils ont envoyé plusieurs enfants en très bas âge pour être certain que si le clan soit exterminé, qu’il reste des survivants pour reformer le clan.

Akino : Lorsque Takeru vous a capturé, tu ne t’es pas demandé ce qui c’était passé avant qu’il ne vous réveille? Il ne vous pas expliquer ce qui c’était passé?

Teruki : Je t’ai vue avec cette équipe pendant un moment, pendant qu’ils venaient vers la tour de la Canopée, Mifuyi… Je crois qu’ils disent vrai, tu semblais vraiment le connaitre à ce moment.

Mifuyi : Il nous a dit que cet Uchiwa était celui qui avait modifié notre perception des choses pour qu’on aille dans sa direction…

Akino : Tu ne trouves pas ça anormal qu’il vous ait dit ça et que nous n’ayez rien retenu, toi et Shizu, de cette personne qui vous aurais prétendument lavé le cerveau?

Mifuyi : Bien…

Takeru : Kumiko, si Sasari est le type dans tes rêves, c’est que forcément, ton cerveau ne l’as pas complètement oublié et ne veux pas que tu l’oublies car il est important.

Akino : Oui, bien dit!

[Kumiko, en réfléchissant à ces dernières paroles se prit d’un immense mal de tête à s’en écrouler au sol. Immédiatement, pratiquement tout le monde accouru dans sa direction, mais toujours, elle ne semblait voir que Sasari.]

Sasari : C’est les effets secondaire de la technique, Kumiko. Elle tente de réprimer tes souvenirs et ça cause tes maux de tête.

Kumiko : J’ai l’impression d’être dans l’un de mes rêves…

* Étonnement des autres *

Kumiko : Qu’est-ce qui me dit que je ne suis pas en train de rêver comme les dernières fois et que tu viens faire éruption? Je n’arrive même plus à savoir ce qui est vrai et ce qui est faux.

Mifuyi : Non, Kumiko, on est bien dans la réalité maintenant, voyons…

Kumiko : Prouve-le… La plus part de mes rêves débutes toujours par des situations complètement banales, qui pourrait être réel et finisse soit en souffrance ou en ce type qui me sauve… dernièrement… Tu ne peux savoir ses choses que parce que c’est mon esprit qui les sait. C’est la première fois que j’arrive à prendre autant conscience d’un de mes rêves.

Akino : Mais tu rigoles ou quoi?

Kumiko : Je dois me sortirent de ce rêve avant qu’il y ait quelque chose qui m’arrive et me mette dans un sale état.

Sasari : Je te connais beaucoup plus brillante, Kumiko…

Kumiko : Tss, quel insolent… Tu es d’habitude beaucoup plus gentil habituellement. Je sais ce que je dis, tu n’es pas réel. Je ne peux pas croire que mon cerveau ait pu prédit quelque chose que je n’ai jamais vue auparavant.

Akino : Mais tu l’as déjà vue… Toujours aussi la même galère, j’ai l’impression que le niveau de susceptibilité chez les gens accrois avec cette technique… comme si la personne oublié était forcément quelqu’un de malveillant…

Mifuyi : Vous dites qu’on le connaît alors que aucun de nous quatre vous dit qu’on l’a reconnu, on a des raisons de croire que c’est louche un minimum…

Akino : C’est la technique de Reïtarô je vous dis… Si Itomi était là, elle pourrait vous décrire que ce qu’elle a vécu comme ressentit. Je suis même certaine que si l’on va à la rencontre de Reïtarô ou Takeru et qu’on les espionne à être face à face à Sasari, il le reconnaitrait…

Sasari : On ne peut pas procéder comme ça…

Akino : Je sais bien… idiot. C’était pour qu’elles se réveillent.

Sasari : C’est pas ce que j’ai voulu dire. La seule manière de leur redonner la mémoire, c’est de remémorer un moment marquant qu’ils ont pu avoir avec moi… ça peut être n’importe quoi… * Regarde Akino * Tu t’es souvenu de moi simplement à voir mon vrai visage.

Kumiko : Ton vrai visage?

Sasari : Je ne le porte pas en ce moment, mais j’avais autrefois un collier que Mifuyi et toi aviez fabriqué pour couvrir mon identité… Je suis le jumeau de Sasuke Uchiwa.

Kumiko : Sa-suke?

Mifuyi : Je n’ai jamais vue Sasuke…

Sasari : Je m’y en attendais, Takeru a dû effacer l’image de mon visage et en même temps le visage de Sasuke. Vous l’avez portant croiser quand nous avons affronté Orochimaru, vous vous souvenez?

Mifuyi : Il n’était pas avec lui à ce moment, on a combattu Orochimaru et deux de ses acolytes seulement.

Kisa : Hum dites. Je peux savoir quel moment on a pu passer ensemble?

Sasari : * Change de regard pour un plus pensif et finalement déçu * Désolé Kisa… Je ne te côtoyais pas assez souvent… Rien ne me vient réellement à l’esprit. C’est toi qui trouveras par toi-même.

Kisa : Il se peut que je ne me souvienne jamais de toi?

Mifuyi : Et moi, c’est quoi un moment marquant pour moi?

Sasari : … Tu te souviens de Tsuke?

Mifuyi : Qui?

Sasari : Takeru a même enlevé l’indice qui a pu faire le déclenchement de son retour à la normal la dernière fois. Je sens que ça va être inutilement plus compliqué cette fois et au vue de leur réaction, elles ne veulent pas le prendre au sérieux et ne font que niaiseries. Les autres sont encore en danger… Qu’est-ce que je dois faire… Tss… Rien, laisse.

Mifuyi : Tu parles d’un type qui me connait, c’est pathétique pour le moment. Avoué que c’était que pour nous amadoué, vue qu’il a le Sharingan…

Sasari (Plus sérieux) : Akino. Pars avec Kisa et Teruki, je m’occupe de Mifuyi et Kumiko.

* Étonnement des autres *

Sasari : Itomi doit…

Akino : Je sais.

Sasari : Dans ce cas…

Mifuyi : Pourquoi toi seul?

Sasari : Je serai plus à l’aise de vous parler.

[Teruki et Kisa semblaient mitiger par ce choix. Ils faisaient confiance en Akino, mais ce type n’avait pas encore ce même niveau de confiance pour pouvoir le laisser seule face au deux Uchiwa. Mais d’un côté, si jamais cela tournait de manière dramatique, les deux filles étaient bien capables de se défendre seule.
Ils suivirent Akino qui se laissa Sasari seul à seul avec ses deux amies.

Kumiko se releva de son mal de tête, longtemps passé maintenant. Les deux filles, encore peu crédule, se tenait à nouveau face à Sasari.
Akino avait peut-être raison plus tôt. La technique de Reïtarô, ou de Takeru, provoquait peut-être une méfiance chez les personnes atteintes. Mifuyi et Kumiko semblaient avoir compris que Reïtarô étaient contre elles, mais elles avaient de la difficulté à ne pas nier que Sasari était quelqu’un qu’elles connaissaient autre fois et qu’il ne voulait que leur bien, non leur mal.]


Sasari : On dirait que depuis que Mifuyi a perdu la mémoire une deuxième fois, elle est encore plus sur la défensive comparativement à Kumiko. Mais Kumiko semble totalement nier la réalité qui l’entoure.

Mifuyi : Et qu’est-ce qui va se passer maintenant?

Sasari : Qu’elle que chose que tu rêves depuis longtemps Mifuyi.

Mifuyi : J’ai bien hâte de voir ce que c’est…

Sasari : On va faire notre 3e combat…

Mifuyi : * Se prend un mal de tête soudain * Tu veux me combattre? On dirait que tu crois qu’un 3e combat pourrait être important.

Sasari : Il l’est… Il déterminera de qui de nouveau deux est le plus fort.

[Mifuyi était presque recroquevillée sur elle-même dû à cette intense migraine qui c’était amplifier encore soudainement. La technique travaillait durement pour cacher les souvenirs plutôt fragile de ce côté. Sasari avait bien visé.]

Sasari : Vous allez tous les deux me combattre…

* Étonnement de Kumiko *

Sasari : Interdiction à l’utilisation du Mangekyô Sharingan, on a déjà perdu beaucoup trop de notre lumière. Toutes les autres techniques sont permises… essayez au moins de ne pas me tuer…

Mifuyi : Et tu crois vraiment qu’un combat va me faire retrouver la mémoire? J’en doute mais bon… De toute manière j’avais envie de t’affronter depuis que j’ai su que tu étais un Uchiwa… on va voir ce qu’aura donné notre entrainement.

Kumiko : Pourquoi je dois combattre moi?

Sasari : Tu verras que je te connais mieux que tu ne le crois, Kumiko. Je suis persuadé que ce combat t’ouvrira les yeux aussi…

Mifuyi : Deux contre un… tu es beaucoup trop optimiste dit donc. Si tu as dû faire face à Shizu et Takeru, tu dois presque plus avoir d’énergie… d’ailleurs, comment tu t’en es sortie?

Kumiko : Le Susanô… Tout à l’heure, c’était bien toi, pas Mifuyi. Je ne rêverai pas alors? Comment être sûr… Ça va me rendre dingue cette histoire, je le sens.

Mifuyi (Étonnée) : …J’avais oublié ce détaille.

Sasari : C’est vrai que j’ai déjà dépensé pas mal de chakra aujourd’hui, mais j’essaierai de faire un combat que tu n’oublieras pas, Mifuyi.

Mifuyi : Je commence Kumiko, si tu me le permets… Je veux le tester d’abord.

Kumiko : …

Sasari : Je veux faire vite… Je ne ferai pas de concessions dès le départ.

Mifuyi : Pas de Susanô ou des techniques étranges liés au Mangekyô Sharingan, hein…

Sasari : T’inquiète…

____________________________________________________________________________________________________

Grande tour

Reïtarô, à Takumi : Charge-toi de Takeru, il a terminé.

Takumi : Qu’a fait Takeru-sensei à Shizu? Qu’est-ce qu’on fait ici exactement? Ces lits sont bien pour aider à guérir Reon?

Reïtarô : Fait seulement ce que je te demande, Takumi. Je te dirai ce que tout ça signifie plus tard… ou tu le verras par toi-même.

Kokage, premier : Nous pouvons commencer sans Takeru et Shizu. Les générateurs sont stables, le nombre de tables cryogéniques sont en moins grande utilisation que ce que vous souhaitiez au départ, le courant ne sera pas autant demandé.

Reïtarô : Je préfère attendre. * Tousse, tousse * Si tout lâche, je voudrai certainement recommencer et il faudra tout refaire. * Tousse * Je veux mettre le plus de chance de mon côté.

Kokage, premier : Il en sera ainsi dans ce cas… Nous ne pouvons nous empêcher de manifester notre hâte face à cet évènement.

[Tant dit qu’un combat pour une bonne cause se profilait sous la lumière de la pleine lune et qu’une sauveuse allait porter secoure à sa camarade, loin de tout ça se préparait un plan des plus obscure.

Plusieurs tables cryogéniques fonctionnelles, un générateur, des disciples fébriles et un maitre à bout de souffle. Takumi, voyageait entre les tables, peu pressé par l’idée d’aller soigner Takeru qui n’était pas en presse de toute manière, de son point de vue. Si Reon était dans l’une de ses machines, qui avait-il dans les autres. La buée cachait la majorité du contenu des autres machines. Rapidement et curieuse, elle passa sa main sur la vitre pour y voir à l’intérieur… Elle en fit étonner… elle vit un visage humain. Un qu’elle n’avait jamais vu. Takumi déduit rapidement que toutes ces machines contenaient le corps de personnes…]

Fin du chapitre 156


____________________________________________________________________________________________________

Chapitre 157 : Le troisième combat

Spoiler :
[Akino et son petit groupe ne savait pas réellement par où commencer leur recherche pour Itomi. Par où aurait-elle bien pu avoir l’idée d’aller. La forêt était grande et avec les nombres événements du type combat qu’il y a eu récent, elle était bien défiguré à plusieurs endroits.

Pendant leur recherche, à vitesse modéré, Akino a pu expliquer brièvement ce qui a pu se passer pendant leur enfermement. Eux non plus n’avaient jamais entendu dire que Shizu pouvait maitriser de telles techniques avec ses os. Tout ce que pouvait raconter Akino semblait fort plausible aux yeux de Kisa et Teruki. Ça ne fit qu’augmenter leur dégout pour l’organisation de Reïtarô… qui est avec qui et combien de chose ont-ils cachés jusqu’à présent.]


Teruki : Et dire qu’il y a près d’une moitié d’année, on ne jurait que pour l’organisation et tout ce qui pouvait y arriver, y compris le cas de Sadami, ne paraissait aucunement suspect. Je me sens tellement idiot… j’ai l’impression qu’il y a peu avoir plusieurs indices pour m’indiquer quelque chose n’allait pas… mais…

Akino : Takeru ou Reïtarô ont la capacité de te faire oublier ce qui leur chante. On a peut-être déjà pu trouver des indices sur leurs véritables intentions, mais ils nous ont peut-être pris au fait et ils ont effacé ce souvenir en un rien de temps. Tu n’es pas le seul idiot dans cette histoire, Teruki… Il y a six mois de ça, je vouais ma vie pour Reïtarô et je ne tolérais pas qu’il y ait quelque chose qui lui arrive… Ça représentait tout et maintenant, je suis là à monter une mutinerie pour la faire s’effondrer.

Kisa : C’est faux voyons!

Akino : Si. La Canopée ne représente plus rien pour moi.

Kisa : C’est faux! La Canopée existe toujours! C’est les membres qui en font partit qui font qu’elle existe, pas son dirigeant. On fait sortir Reïtarô de notre organisation à grand coup de pied! Nous tous! Toi, moi, Teruki, Fusazô, Hirosuke, Shizu, Takumi, Reon, Kureto, Chen, Mitsumi et…. Sasari, Mifuyi, Kumiko et Itomi. On a tout ça avec nous… la Canopée ne va que renaître de ses cendres.

Teruki : C’est vrai que l’on doit apprendre de ses erreurs…

Kisa : Voilà!

Akino (Sourit) : Tu as probablement raison.

Itomi, au loin : Akino!

* Étonnement d’Akino, Teruki et Kisa *

[À leur droite, avec chance, ils virent Itomi courir dans leur direction. Itomi semblait être débordante de joie à l’idée de revoir les autres, comme si elle ne les avait pas vues depuis des lustres. Un peu plus lent à l’arrière, Hirosuke et Fusazô arrivaient eux aussi, à l’étonnement des autres.
Ils se rejoignirent tous enfin.]


Akino (Étonnée) : Tu as trouvé Fusazô et Hirosuke? Que vous est-il arrivé, vous semblez être à bout de souffle… Vous vous n’êtes tout de même pas affronter j’espère? Vous êtes bien conscient que Reïtarô n’est qu’un escroc, n’est-ce pas?

Hirosuke : Ça va, je n’ai pas envie de revenir sur ça et d’avouer une fois de plus mes torts… On revient effectivement d’un combat… enfin, pratiquement deux…

Akino : Deux? Qui vous a combattu?

Fusazô : Où est Sa…Sasari?! Vous ne l’avez pas croisé?

Kisa : On l’a laissez seule avec Mifuyi et Kumiko, il avait à leur parler seul à seul…

Hirosuke : Ksssch…

Akino : Tu crois encore qu’il n’est qu’un escroc lui aussi, pas vrai!?

Hirosuke : J’ai encore de la difficulté à lui faire confiance, oui… Pourquoi l’avoir laissez seul! Tu le connais vraiment Akino!?

Akino : Combien de preuves va falloir te montrer Hirosuke pour que tu puisses comprendre qu’il était vraiment des nôtres et que c’est Reïtarô qui t’a lavé de le cerveau!

Itomi : À votre départ de la serre aux papillons, j’ai repris le mémoire… Crois-moi Hirosuke, Sasari donnerait probablement sa vie pour ses amies.

Hirosuke : Arrgghhh…! * Soupir * Désolé, mais j’ai encore beaucoup de mal à me faire à cette technique de mémoire… Je vous fais confiance pour ça.

Itomi, à Akino : Qu’est-ce qu’on fait maintenant? Il y a d’autres membres dans la forêt que nous devrions rallier à nous..?

Akino : Les Uchiwa… Pour ce qui est de Tomo et Ruito…

Fusazô : Ils ne sont pas des nôtres, c’est certain… ils n’en valent pas la peine.

Akino : C’est ce que je pensais… Dans ce cas. * Regarde en direction de la tour * Il est l’heure de savoir à qui nous avions réellement à faire depuis tout ce temps… Les autres dans la tour nous attendent pour qu’on leur vienne en aide eux aussi.

Itomi : Je suis prête!

[Tous l’un après l’autre donnèrent leur accord. Il était temps maintenant d’atteindre le boss final pour y connaitre toute la vérité. Cette histoire avec la Canopée devait toucher à sa fin.

À six, malgré que quelques-uns d’entre eux n’étaient pas complètement en pleine forme, ils partirent tous en direction de la grande tour, sans faire de détour vers l’endroit où Sasari faisait face à Mifuyi et Kumiko. Plus rien n’allait arrêter leur motivation.]


____________________________________________________________________________________________________

Ailleurs dans la forêt

[Le vent était absent, l’humidité était encore bien trop présente. Tout était absolument calme, plus d’explosions de quelque nature qui soit, plus d’insecte qui font vibrer l’air, plus de technique qui ravage le sol, c’était un temps idéal pour prendre enfin du repos… Ça ne pouvait pas être aussi simple. La journée avait commencé dans un désordre absolu, ce devait être inévitablement le même résultat pendant la soirée.

Kumiko, s’écarta des deux autres, elle avait pratiquement un sentiment de déjà vue. Elle restait tout de même sur ses gardes. Sasari lui avait aussi déclaré le combat donc, tôt ou tard, elle irait rejoindre Mifuyi si elle voit qu’elle peut améliorer les chances de son amie.
Cependant, l’Uchiwa semblait démontrer d’une vraie hâte à ce combat et une envie de le mener à elle seule du tout au long pour savoir qui est vraiment le plus fort entre elle et ce Sasari.]


Mifuyi : Si tu dis commencer en force, je te laisse débuter ce combat, je m’ajusterai plus facilement à ton niveau.

Sasari : De toute manière, je sais déjà comment tu aurais commencé ce combat, vaut mieux changer pour une fois…

Mifuyi : Tss…

Devant les yeux des deux jeunes filles, à leur plus grand étonnement, Sasari se dématérialisa en un nombre impressionnant de cartes, il y avait un nuage de papier, droit devant Mifuyi, et qui semblait se diriger dans tous les sens.

Mifuyi : Une technique bien singulière. Tu vas voir que moi aussi j’ai ce genre de technique unique… Commençons en douceur d’abord. Sharingan!

Pile à ce moment, du nuage de carte, Sasari en y était sortie à une grande vitesse, une épée à la main!

Kumiko (Étonnée) : Il est rapide!

Sasari se trouvait déjà en un instant sous le nez de Mifuyi. Son Sharingan la sauva de réagir au bon moment! Sasari frappa dans une simple bûche de bois.

Mifuyi : Kamen no jutsu – Aiangôremu! (Masque de fer)

Mifuyi était un peu plus loin à la gauche de Sasari. Elle avait invoqué un tas d’armes pour former son fameux golem de fer, une entité fait entièrement d’armes seulement. Dans l’immédiat, l’entité visait déjà Sasari et envoya une slave d’armes de tout genre dans sa direction. Tous atteignirent Sasari, sans exception, mais il ne s’agissait vraisemblablement d’un clone de cartes… Celle non touché ses dispersèrent tous.

Sasari : Kamijutsu – Kurôbâ no Roukou! (Roi de trèfles)

Sasari fit la même chose en invoquant son roi explosif, il faisait face au golem.

Mifuyi : Ce n’est que du papier… Katon - Gōkakyū no jutsu! (Techniques de la boule de feu suprême)

Mifuyi, bien inconsciente, projeta une bonne masse de feu en direction du roi de trèfles. Le grand nombre de cartes étaient malheureusement peu agile et peu rapide également. Si Sasari décidait d’annuler la technique, ce serait une perte également. L’Uchiwa tomba droit devant la flamme gigantesque tu arrivais.

Sasari : Suiton – Suijinheki! (Barrière d’eau)

La technique du Suiton était indéniablement plus efficace face au feu et l’éteignit en très peu de temps, inutile pour Mifuyi de continuer la technique. Le golem visa à nouveau Sasari qui c’était plus près de lui et tira à nouveau. Pour riposter, le roi de trèfles lança lui aussi une vague de cartes pour protéger Sasari. Les cartes interceptèrent chacune des armes et tout fit une bonne explosion qui ne put que faire reculer Sasari, pris dans sa propre défense.

Ce n’était pas important, Mifuyi, et même Kumiko, devait avoir compris que le roi de trèfle était peut-être plus dangereux que prévue et qu’il fallait s’en occuper plus rapidement avant qu’il ne cause trop de dégât.


Mifuyi : S’il dit vrai et qu’il nous connait, il a un grand avantage que je n’avais pas pris en compte. Il sait réagir au bon moment… mais il a le Sharingan également. Je veux le tester encore un peu plus pour savoir si ce n’est que chance pour le moment.

Kumiko : Mifuyi, attention! Derrière toi!

* Étonnement de Mifuyi *

Mifuyi se retourna brusquement derrière elle pour voir Sasari lui foncer déjà dessus. Elle avait l’avantage de l’offensive jusqu’à maintenant, mais Sasari l’avait repris et c’est elle qui devait de défendre cette fois. Mifuyi tenta en premier lieu de se lancer une arme par l’entremise de son incarnation de fer, mais l’arme fut interceptée dans une explosion par une nouvelle slave de cartes explosives!

Mifuyi : Eh merde..!

Mifuyi n’avait plus le choix. À la normal, elle aurait pu faire autre chose pour éviter ce qui s’en venait, mais les blessures qu’elle avait, encore sensible, la bloquait dans ses mouvements. Elle se prépara à encaisser le coup et à riposter dès l’instant d’après.
Dans sa course, Sasari fit un saut rapide vers Mifuyi pour lui planter l’épée, à son étonnement, dans le ventre de Mifuyi.
Sasari ne s’attendait pas à ce que Mifuyi décide de se laisser transpercer, Kumiko avait la même réaction, mais désemparé quelque peu, ça laisse une belle ouverture à Mifuyi pour donner un prodigieux coup, les poings liées, sur la tête de Sasari.


La force de frappe était conséquente! L’Uchiwa avait lâché son sabre et c’était fait aplatir comme un crêpe au sol. L’impact était si important que même le sol c’était gravement fissuré.
De la fumée de poussière, Sasari se propulsa vers l’arrière pour se mettre à distance et reprendre de cette puissante frappe qu’il n’avait pas vu venir.
Mifuyi retira l’arme de Sasari et la lança vers son golem de fer et elle s’y colla.
De son côté, le roi de trèfle avait tenté quelques frappes avec de petites explosions, mais le golem tenait le coup.

Cette fois, Sasari y alla plus prudemment en envoya une vingtaine de shuriken formés cartes. Mifuyi se prépara avec son Sharingan. Ça n’était pas ce qu’il y avait de plus difficile, elle en profita même pour invoquer un autre masque, celui du Ningyotama. Elle le mit rapidement.


Mifuyi : Kamen no jutsu – Ningyôtama! (Les âmes pantines)

Du masque ce dissocia non pas trois mais cette fois quatre formes humaines filiforme. On entendait Mifuyi murmuré les mudra pour maintenir la technique. Les quatre formes, mal habille au départ, se redressèrent peu à peu et foncèrent en direction de Sasari. Ce dernier fit une mudra qui eut un effet sur le roi de trèfle qui commençait à être stagnant, il se sépara en deux formes plus petites et aux allures plus rapide… Celles-ci se dirigèrent elles aussi en direction de Sasari.

L’Uchiwa tenta le tout pour le tout une nouvelle fois et fonça en direction de Mifuyi, une seconde fois, il forma une lame avec ses cartes.


Mifuyi : Décidément, on ne dirait pas qu’il connait cette technique. Si j’arrive à neutralisé les deux formes fait de cartes avant qu’elle ne bousille mes pantins, je pourrai bien le placer au centre pour qu’il prenne le choc entier de l’explosion!

L’une des formes de Mifuyi changea sa direction pour aller vers une toute autre direction que celle des trois autres, on aurait dit qu’il préférait faire le grand tour. L’une des deux incarnations de cartes cibla ce pantin. Le golem, un peu plus loin, cibla, lui, l’autre incarnation de cartes, mais en vain, Mifuyi préféra cesser sa technique pour le moment et le golem s’effondra sur place.

Les autres formes de Mifuyi semblaient rebrousser leur course, mais lentement, comme pour attendre le bon moment pour se mettre en formation, tout en s’ajustant à la vitesse à laquelle Sasari arrivait.
Le roi de trèfle qui fonçait toujours sur les trois formes de Mifuyi fut brusquement interrompu par une autre Mifuyi qui se révéla en enlevant un masque de transparence!
Cette Mifuyi lança un demi-masque en direction du roi de trèfle!


* Étonnement de Sasari *

La Mifuyi face au roi disparût n’étant qu’un clone, le masque de transparence, bien réel, tomba au sol alors qu’au même instant, un amas de cartes qui composaient l’incarnation fut téléportée à la place du pantin qui faisait le tour! Les deux rois de trèfle explosèrent de manière impressionnante et le reste des cartes qui n’avait été téléporté explosa également en emportant le 4e pantin.

Mifuyi : Je n’aurais pas cru qu’il n’y aurait que la moitié des cartes qui se serait téléporté… J’ai perdu deux masques dans cette histoire… Tant pis. Il fonce toujours vers moi sans se soucier de rien on dirait.

Les pantins s’arrêtèrent brusquement dans leur cours et laissèrent même passé Sasari qui lui courrait à toute vitesse, impossible de le prendre dans la technique. Il ne restait que très peu de distance entre Sasari et Mifuyi. Cette dernière semblait reculer légèrement, mais sans exagération, elle tentait d’anticiper quelque chose. Les formes à l’arrière c’était placé en triangle et le trait lumineux c’était dessiné!
Sous son masque, Mifuyi était souriante. Elle vit aisément, dans le dos de Sasari qui lui fonçait toujours dessus avec son arme de cartes, Kumiko apparaitre instantanément… un kunai avait été placé au centre du triangle à l’instant!
Mifuyi s’arrêta brusquement et regardait Sasari intensivement.


Mifuyi : Ningyôtama - Kaï…

Pile à ce moment, Sasari se redressa de sa course, et brandit son épée haute. Kumiko était tout juste dans son dos, la main qui allait s’y apposé dans quelque millièmes de seconde. Le masque de Mifuyi commençait à s’évaporer peu à peu, signe que la technique était en activation. Les trois avaient leurs Sharingan d’ouvert, l’un semi-caché par un masque, l’autre braqué sur le premier avec une détermination mais aussi une assurance de savoir ce qu’il faisait et l’autre, tout aussi confiante de son action et sérieuse par rapport à ce combat. Le visage de Kumiko, qui semblait imperturbable, changea radicalement quand le dos de Sasari, devant elle, s’écarta en une forme de trou!

Des cartes, formant le corps du Sasari devant les deux jeunes filles, s’écartèrent pour laisser passer le bras de Kumiko bord en bord et elle toucha le thorax de Mifuyi! * Pouf * Instantanément, Mifuyi disparut du champ de vision de l’Uchiwa et de l’Uzumaki pour se retrouver en plein milieu de son propre piège!


Kumiko, se retourne brusquement (Décontenancée) : Mifuyi!

L’explosion fut puissante et Mifuyi s’y trouvait en plein centre. Le vent qui était absent tout au long de la soirée, se réveilla d’un coup en soufflant d’une force! L’explosion était visible à plusieurs centaines autour, même Akino et les autres avait vue et ressentie l’explosion..! Plus qu’un nuage de fumée noir était visible maintenant…

Kumiko était toujours aussi bouleverser par cette fourberie qui c’était retourné contre eux. Elle retourna son regard devant elle. Le Sasari de cartes se dématérialisa doucement et les cartes passèrent délicatement entre tous les membres du corps de Kumiko, comme si Sasari ne pouvait passer qu’aux travers de Kumiko. Il se reforma de l’autre côté de Kumiko et en se reformant, il tenait de sa main droite, le poignet toujours tendu de Kumiko et l’autre main tenait son épaule.


Sasari : Doton – Shinjū zanshu no jutsu. (Technique de la décapitation fatale)

Désemparée, ce moment d’inattention fut quelque peu critique pour Kumiko qui s’enfonça dans le sol jusqu’au coup. Kumiko était prise.
Sasari ne semblait rien vouloir lui faire pour le moment, il regarda vers la direction de Mifuyi et la fumée noir qui s’envolait toujours… lentement. Ça laissait le temps à Kumiko de se débattre assez rapidement pour s’évader de cette situation.

De cette amas de fumées, Sasari pu voir le chakra de Mifuyi s’avancer à petit pas vers lui. Elle sortit enfin du nuage, complètement couverte de brûlure, sa respiration était bien plus importante et elle était bien amochée… mais elle tenait toujours debout.

Au travers de la fumée qu’il y avait… Sasari pu discerner au loin, un sourire ce dessiné sur le visage de Mifuyi. Cette dernière fit des pas plus rapide pour commencer à courir à nouveau vers Sasari, mais elle perdu pied rapidement.


Sasari : J’aband…

Mifuyi : T’es qu’un sombre crétin! Tu redis ce mot et je te tue! Rien n’est encore terminé…

Mifuyi relave son regard avec son Mangekyô Sharingan d’ouvert… Sasari ne dit plus rien et accepta.

En retournant son regard vers Kumiko, elle n’était évidemment plus là… même chose pour les alentours. Sasari n’avait trop l’air surpris et il n’en fut pas affecté non plus, il ne fit que regarder les alentours, encore, de manière délicate tant dit que le terrain autour était toujours un carnage.

L’Uchiwa se retourna en direction du nuage noire et Mifuyi… Cette dernière avait déjà invoqué de nouveau un masque… un qu’il n’avait jamais encore vue.


Mifuyi : Nouveauté de la part d’Hirosuke. Si j’avais eu le temps de l’utiliser pendant le combat contre Kumiko… mais là, c’est encore mieux contre lui.

Le masque, ou plutôt le demi-masque, qu’avait Mifuyi en main ressemblait fortement à un masque respiratoire aux couleurs claires. Il n’y avait aucune attache pour le visage, Mifuyi ne faisait que le mettre sur sa partie inférieure du visage. Elle ne fit que peser sur un bouton à l’avant et par les cylindres respiratoires, du chakra s’en était extrait et Mifuyi semblait inhaler quelque chose.
Une bonne partie de ses blessures majeures guérirent à un certain degré. Celles, plus mineur disparurent.
Comme d’un regain d’énergie, Mifuyi se releva sur ses deux jambes. Le masque disparut de ses mains.


Mifuyi : Ça ne peut pas se terminer aussi facilement… Je n’accepterai pas que tu gagnes ce combat après tous l’entrainement que j’ai suivis… * Exécute une série de mudra *

Un autre masque fit son apparition, un de plus que Sasari n’avait pas encore vue jusqu’à maintenant. Un masque sans visage, mais ressemblant étrangement à Mifuyi tout de même. Elle tenait à sa hanche gauche un katana bien singulier en apparence.

Mifuyi : C’est mon dernier atout pour ce combat, même Kumiko ne l’a pas encore vue de ses propres yeux… Je vais pour l’emporter. Kamen no jutsu – Hakanai deshi (Disciple éphémère)

Sasari, toujours devant son amie, se mit sur ses gardes et forma une épée avec ses cartes. Il avait eu un entrainement à l’épée, il avait lui avoir dit que c’était inutile de l’affronter à l’épée, il y a de cela un jour, mais elle ne sent rappelait visiblement plus et le lui rappeler maintenant serait probablement inutile.
Mifuyi ne bougeait toujours pas devant lui. Son chakra, visible par le Sharingan, agissait de manière étrange depuis le commencement de cette technique, il était beaucoup trop serein.
Il décida d’avancer le premier, mais à son plus grand étonnement, il reçut un coup derrière la tête, comme si quelqu’un le pointait du bout de son bâton. En se retournant, rien… Il en reçut un autre dans son flanc droit, un autre sur la jambe, un autre et un autre…

Ça énervait Sasari de plus en plus! Il ignora ce qui se passa autour de lui et fonça définitivement vers Mifuyi! Dans sa course soudaine, un fantôme apparût devant lui! Un fantôme tenant une lame qui le transperça légèrement à l’épaule gauche et qui le força à s’arrêter.


Sasari : C’était quoi ça!?Elle ne bouge pas depuis tout à l’heure… C’est l’un de ses clones qui porte un masque de transparence…? Non, ça forcément un lien avec le masque qu’elle vient de mettre. * Étonnement *

Droit devant Sasari, toujours avec son Sharingan, il vit des perturbations dans le chakra de Mifuyi, comme s’il y avait des interférences. Il jeta des shuriken de cartes en direction de Mifuyi et dans les aires, tout se furent intercepter en un clin d’œil, par ce même fantôme très rapide.

Sasari : C’est elle, c’est certain. La Mifuyi devant n’est qu’une illusion depuis le début, elle rode autour de moi depuis le début de cette technique et me frappe de toute part… elle ne fait que m’agacer pour le moment… Des coups de bâton ne viendront pas me perturber.

Sasari prit son envole d’un coup en matérialisant ses ails rapidement! Rendu à la hauteur désiré, il regarda vers le sol et il en fit surprit! Le fantôme de Mifuyi était sous lui et elle donna un coup d’épée de bas en haut. Il réussit à s’écarter assez pour qu’elle n’entaille que le manteau.

Sasari : Même à cette hauteur elle peut m’atteindre?! Décidément, son entraînement à bien porté fruit.

Encore! En pleine réflexion, Sasari vient un autre fantôme lui passer devant et lui faire le même genre d’entaille au bras… ça coupa cette fois.

Sasari : Encore… Je n’ai pas le temps d’agir. Sans Sharingan, je ne verrais aucune de ces attaques… * Étonnement * Peut-être que…!

Sasari se retourna pour chercher quelque chose derrière lui et avec le Sharingan il trouva rapidement, il avait vu juste! Dans son dos tombait un kunai planté dans le centre d’un shuriken.

Sasari : Ce n’est pas elle… Elle est toujours au sol!

Sasari, à l’instant lança un poigné de carte sous lui et elles prirent toute une direction pensant pouvoir atteindre une cible près du sol…

Mifuyi : Si tu crois pouvoir m’atteindre avec tes cartes de manière aussi voyante. Tu as peut-être deviné que j’étais toujours au sol, mais tu n’arriveras pas à me trouver! Tient, prend ça!

Un autre shuriken passa tout juste sous le nez de Sasari et lui coupa quelques mèches, c’était de justesse…! Mais Sasari riposta dans l’immédiat.


Mifuyi : Qu’est-ce que tu vas faire…?

Sasari : Katon – Gokakyu no jutsu!

Une immense boule de feu fut projetée de la bouche de Sasari droit en direction du sol sous ses pieds! Elle était assez grande pour couvrir un large périmètre.

Mifuyi : Oh… Jolie. Mais trop visible pour que je ne puisse pas l’éviter.

Mifuyi, dans sa forme transparente, se pressa de courir pour sortir du périmètre visée par la boule de feu suprême de Sasari.

Sasari : Kaï!

En entendant ces derniers mots, le cœur de Mifuyi fut pris d’un choc! Elle vit droit devant elle les cartes éparpillés au sol! Celle que Sasari lançait depuis tout à l’heure! C’était inévitable, elle allait marcher droit sur l’explosion.

Mifuyi : Je n’ai plus le choix! Kai!

* Étonnement de Sasari *

La boule de feu suprême atteignit le sol, elle était couronnée d’une vague d’explosion et au-dessus, à moins de dix mètres, une autre explosion se produisit!

Mifuyi était projeté violement dans une direction, son masque fissuré et bien visible aux yeux de tous, elle n’arriva à arrêter sa promenade sur le sol. Du ciel, Sasari, lui, chuta lentement vers le sol et s’y effondra. Après un moment, la fumée se dissipa et les deux ne c’était toujours pas levé. Mifuyi était couché au sol et Sasari y était assis, exténué, il cherchait son air.


Sasari (Épuisé, essoufflé): J’ai épuisé une si grande quantité de chakra aujourd’hui… J’étais trop sûr de moi pour ce combat contre Mifuyi et Kumiko alors que je reviens tout juste d’un affrontement contre Shizu et avant cela contre Ruito… Je n’ai presque plus de chakra avec tout ça… * Regard Mifuyi * En voilà au moins une qui ne bougera pas avant un moment…

Kumiko : Tu es fini.

* Étonnement de Sasari *

Kumiko : Désolé Mifuyi, mais ton combat est terminé. Si tu as voulu nous affronter toutes les deux, c’était peut-être une mauvaise décision… Tu ne crois pas?

Kumiko, dans le dos de Sasari, lui pointait un kunai dans sa direction alors que lui était affaisser au sol, pratiquement au bout du rouleau.

Fin du chapitre 157


____________________________________________________________________________________________________

Salut, salut.

Alors, à l'avance : Bonne année! Je sais que c'est encore dans plusieurs heures, mais bon, probablement que vous lirez ceci à la bonne heure :D . Pour cette année 2017, je vous souhaite tout ce que vous pouvez désirer, que ce soit dans les études, en amour, en accomplissement, en petite folie, la paix, les réponses à vos questions, en richesse, etc.
2016 a été plutôt quelconque pour moi, rien d'extraordinaire comme rien de méga dramatique. Ce fut une année qui s'est déroulé en ligne droite, sans trop ni peu de rebondissement... En espérant fortement que 2017 soit plus amusante :) .
2017 est peut-être la dernière année d'activité du forum. Bientôt, tous les épisodes de Naruto (Non pas Boruto) vont être sortit et traduit. Déjà que l'activité actuelle s'apparente à un ou deux post par semaine, faudrait pas que ça diminue :gene:

Moi, je reste avec mes petits chapitres, tant qu'y a du monde pour venir les lires. Naruto aura beau être fini, je continue de mon côté :P... D'ailleurs, faudrait peut-être que je transfère tous ce que j'ai à venir jusqu'à maintenant sur un vrai site de Fan-fiction, ce serait triste de tout perdre si un jour le forum est définitivement fermé :( .

Comme je suis en retard et que c'est la nouvelle année qui arrive, double chapitre! :happy1: (Ça risque d'être ça pendant un moment de toute manière). C'est pas les chapitres les plus fou fou que j'ai pu écrire, mais ils sont bien... Enfin, je parle parce que je connais la suite qui moi me plaie beaucoup... J'en ai peut-être trop dit :0 .
Bref, j'espère que ces chapitres vous plairons comme les dernier et sur ce, bonne lecture!


@Mayel Haha, je crois que t'avais vraiment hâte que les chapitres reprennent :gene: Merci des commentaire! :cote:



Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- Lecture d'un texte
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Mayel Sasuke » 05 Jan 2017, 10:47

Bonne année à toi tout autant ! Et puisse cette année être beaucoup moins prenante en terme d'occupation et beaucoup plus facile à prendre en main dans les études et tout les plaisirs simple de la vie. Ah ! Et merci d'être toujours là :)

Chapitre 156 : Il y a certains trucs qui ne tournent pas rond dans ce chapitre comme par exemple comment Reïtaro s'est débrouiller pour savoir/comprendre que le lavage de Shizu n'était pas parfait ? Et puis il y a Takumi... Mais passons, la rencontre entre les membres originaux de Furustu était loin de ceux à quoi je m'attendais, je me disais qu'avec l’état présente des choses puisqu'on ignore ce que Reïtaro va foutre avec les autres membres, que Kumiko et Mifuyi mettraient temporairement leur doute et curiosité de côté pour aller porter secours aux autres puis régler le problème Sasari par la suite (dans le cas où la mémoire ne reviendrai toujours pas)

Avec Kumiko par contre je me disais bien qu'un truc de ce genre allait se produire, mais d'un côté c'est complètement anormale que son cas s'aggrave à ce point puisque celle-ci n'utilise que très très peu son MS alors son état peu s'aggraver autant entre 2 utilisations alors que Sasari et Mifuyi qui abusent à mort de leurs yeux se portent à merveille ? Bon, peut-être comme le dit Sasari le lavage de cerveau de Takeru/Reïtaro a peut-être aggraver les choses mais tout de même pourquoi est-elle la seule qui soit autant perturbé ? C'est vraiment seulement du à son MS ou il y a autre chose derrière ?

La suite de la discussion m'a un peu dépité, ils sont dans le territoire ennemie et ils en sont tous bien conscient et convaincu du coup, quelle bêtise Sasari nous sort là ? Et Kumiko qui fait souvent preuve de plus de logique n'a rien trouvé à y redire ? Admettons-qu'ils se battent entre eux et qu'ils soient à sec et que puisque le malheur ne vient jamais seule un détachement des Kokages ou je ne sais qui d'autres leur tombe dessus ils s'en sortent comment ? Enfin bref... C'est stupide d'un point de vue stratégique mais on a un Sasari Vs Mifuyi je ne vais pas m'en plaindre :diable:

Chapitre 157 : Le troisième combat : Le début une fois de plus ne tournait pas très rond, Sasari voulait vraiment qu'ils y aillent sans lui ? Je veux dire, et si jamais ils se faisaient encore tous laver le cerveau d'une façon ou d'une autre ? Mais passons... Le combat d'un côté m'a un peu déçu et d'un autre côté grandement rassuré. C'est assez loin du spectacle auquel je m'attendais pour un combat Mifuyi Vs Sasari, le combat de Mifuyi avec Kumiko était un cran au dessus mais d'un autre côté c'est bien mieux ainsi il ne faut pas donner à Reïtaro le plaisir de venir leur capturer aussi bêtement de la même façon que lors de leur entrainement quoi que le résultat semble être le même puisque Sasari et Mifuyi sont à bout et ils n'ont pas de ninja médecin, Hirosuke n'étant plus là. Dans tout les cas vivement la suite :)
Image
Toute la sagesse de notre credo est transcrit dans ces paroles. Nous agissons dans l'ombre pour éclaircir le monde. Nous sommes des Assassins. Rien n'est vrai, tout est permis.
Avatar de l’utilisateur
Mayel Sasuke
Sennin
 
Messages: 3794
Inscription: 07 Juil 2012, 14:02
Localisation: A la recherche de la vérité universel
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 07 Jan 2017, 05:55

Chapitre 158 : Retour de la lumière, les ténèbres s’épaississent

Spoiler :
Grande tour

[Une lumière nullement naturelle vint détacher la jeune Hyuga de son sommeil. Elle avait de la difficulté à ouvrir les yeux. Tout ce qu’elle voyait pour le moment, c’était le plafond mal éclairé par une lumière teinté d’un vert luminescent, c’était flou. Elle arriva, peu à peu, à ouvrir son regard et à éclaircir sa vision. Dès qu’elle réussit, un horrible mal de tête, une migraine, telle qu’elle ne l’avait jamais vécu, lui rongea l’intérieur de la tête. L’Hyuga en lâcha même des cris de souffrances et se débattait sur la table.

Takumi, presque à proximité, en fut surprise et apeurée, elle ne savait pas quoi faire en voyant Shizu agoniser sur la table sur laquelle elle était posée. Peu confiante, elle décida tout de même de s’en approcher.]


Reïtarô : * Tousse, tousse, tousse * Elle est enfin réveillé. Pourvue que cette fois, tu lui aies fait un ménage suffisant, Takeru… * Tousse, tousse *

Takeru : La seule chose que je lui aie mis en tête, c’est que vous étiez un dieu pour elle, qu’il n’y avait que les intérêts de la Canopée donc, les vôtres, qui importaient. Toutes menaces extérieurs sont et resterons pour toujours une menace, jusqu’à ce que vous en disiez le contraire. Elle doit vous servir et vous protéger au péril de sa vie… Tout le reste, je l’ai effacé, elle n’a plus aucun passé, hormis les premiers instants sur cette table.

Reïtarô : Tu parles beaucoup trop par moment… On a plus le temps pour ça. * Tousse, tousse * … Maintenant qu’elle est réveillé, elle va pouvoir vous aider dans votre tâche… * Tousse, tousse * Tu es remis sur pied, Takeru?

Takeru : Je tiendrai le coup. Si Shizu est là, ce sera d’autant plus suffisant.

Takumi, à Shizu : Vous allez bien, Shizu-san?

Shizu : Le maitre…? Où est-il?

Takumi : Il est assis là-bas. Mitsumi prend soin de lui. Je ne sais pas exactement ce tout cela signifie, mais je crois avoir entendu qu’ils ont besoin de vous.

[Le mal tête était encore présent pour Shizu, mais elle se leva tout de même sur la table pour voir les alentours. Elle vit autour d’elle les nombreuses tables cryogéniques avec en autre l’une contenant Reon à l’intérieur… Les autres avaient des ninjas et des passants de toutes parts.

Takumi s’en montra inquiète, mais Shizu se leva tout de même de cette table pour aller en direction de Reïtarô. Elle était chancelante, encore bien affecté par la technique Takeru, mais elle arriva tout de même devant Reïtarô… Comme pour recevoir des ordres.]


Reïtarô : * Tousse, tousse * Explique lui… Mitsumi…

Mitsumi : Hum, oui, maitre… Shizu, tu… Là-bas, plus au fond de la salle, là où se tiennent les Kokage et Takeru, il y a un générateur de courant. Tu maitrises le Raiton, tu te souviens?

Shizu : Oui…

Mitsumi : Il y a des risques de pannes de courant et il faut empêcher le plus possible que ça se produise… et ça risque d’être fréquent dans les prochaines minutes. Tu dois aider les Kokage et Takeru à alimenter le générateur pour qu’il puisse prévenir les pannes, tu peux faire ça..?

Reïtarô : Ce n’est pas un choix… * Tousse, tousse, tousse * C’est un ordre.

Shizu : Je ferai de mon mieux… Maitre.

Mitsumi : Takumi et l’un des gardes vous assisteront pour vous redonner un peu d’énergie. Il ne me reste que quelques préparatifs avant le début du lancement, tu as le temps encore de reprendre tes esprits, ça te va?

[Sans plus de mots, Shizu se dirigea, tel un zombie, en direction du générateur comme indiqué par Mitsumi. Elle ne savait nullement à quoi cela allait servir, mais ça n’avait pas d’importance dans son état, elle devait simplement obéir aux ordres… selon ce que ça mémoire lui disait.

Du côté de Mitsumi, elle avait fini de préparer le corps frêle et âgé de Reïtarô. Elle l’avait épongée d’un liquide anesthésiant. Elle lui enleva son vêtement qui couvrait le haut de son corps pour le laisser torse nu. On put voir à ce moment à quel point le corps de Reïtarô était devenu vieux et fragile, il arriva à peine à se tenir bien droit, comparativement à il y a six mois.

Mitusmi, ensuite, s’approcha d’un comptoir à l’arrière du trône où était assis Reïtarô. Il y avait tout juste au-dessus une série d’aiguilles ressemblant presque à des machines pour tatoueur. Elle était liée à de long tuyau suspendu au plafond, chaque aiguille avait son tuyau… même que les tuyaux, à une certaine longueur se divisa en deux, en quatre et même en seize…

Chaque aiguille était amovible et Mitsumi en pris une première en s’approchant de Reïtarô. Elle prit le bras gauche et Reïtarô et visa sa peau… Mitsumi était très nerveuse, elle tremblait de tout son être, angoissée! Non pas qu’elle avait peur de manquer son coup, mais bien parce que toute cette situation la dépassait et l’effrayait.]


Reïtarô : Mitsumi…

[Après un moment, elle réussit à reprendre son calme… Reïtarô avait réussi à remettre assez de tensions dans son esprit pour l’obliger à rester concentrer et à exécuter sa tâche sans la moindre hésitation… Elle piqua le bras de Reïtarô et laissa l’aiguille en place. L’anesthésiant avait atténué la douleur pour Reïtarô ; Mitsumi s’occupa de nettoyé le peu de sang qui était sorti et elle alla chercher une autre aiguille.]

____________________________________________________________________________________________________

Quelque part en forêt

[Sasari, à genoux au sol, épuisé de son combat, et même de cette journée entière dédié à la pourchasse et aux combats, faisait dos à son autre adversaire qu’il avait défié. Il n’était clairement plus à la hauteur, ces ambitions de vouloir affronter les deux ninjas étaient peut-être trop…

Kumiko lui pointait un kunai, toujours prête à combattre jusqu’à ce que Sasari dise qu’il abandonne réellement.]


Kumiko : Que vas-tu faire maintenant? Tu veux toujours combattre?

Sasari : Kumiko… Si j’ai voulu commencer ce combat, c’était uniquement pour Mifuyi… Je t’y aie impliqué seulement parce que tu n’aurais pas accepté que je fasse ce duel avec Mifuyi seul. Ce duel était la manière la plus sûr et la plus efficace pour que Mifuyi… revienne. Mais tu n’es pas comme elle.

Kumiko : Qu’est-ce que tu entends par-là?

Sasari : Tu es différente d’elle. Ce combat… je ne l’es fait que pour l’aider. Je suis presque certain que ç’à fonctionné * Regarde dans la direction de Mifuyi * Elle a retrouvé la mémoire depuis un moment, mais elle a quand même voulu finir ce combat, j’en suis sûr… Mais toi, ça ne marchera pas comme ça avec toi, Kumiko.

Kumiko (Quelque peu étonnée) : …

Sasari : Je sais tout de toi Kumiko. Ta logique viendra briser ton sentiment de méfiance envers moi, tu es une fille brillante et ce n’est pas un combat qui te fera voir plus claire sur qui je suis vraiment.

Kumiko : Ça ne fonctionne pas comme ça… J’en suis certaine maintenant, je ne fais que rêver…

Sasari : Hide… Juri. Il était ta nouvelle famille et * Continue de parler en se relevant vers Kumiko *

Kumiko : * Se met un brin plus sur ses gardes en tenant son kunai plus haut vers Sasari * Arrête, n’avance plus… Ça ne vaut rien ce que tu dis!

Sasari : Et c’est à ce moment qu’on t’a trouvé dans cette auberge * Continue de parler en s’avançant lentement, sans peur, vers Kumiko *

Kumiko (Douteuse) : Ne t’approche pas… Arrête de parler…!

Sasari : Tu as un talent inné pour le Fuinjutsu… * Continue toujours à marcher lentement vers Kumiko *

Kumiko (Anxieuse) : * Recule de plus en plus avec un pas non assuré * La… La ferme, merde…

Sasari : Je t’avais une promesse ce jour-là. Danzô ne s’en sortira pas aussi facilement… * Continue à parler, s’avance toujours vers Kumiko *

Kumiko (Plus Anxieuse) : * Son pas de recule est plus petit et plus déstabilisé * Arrête, arrête, arrête!

Sasari : Sans toi, Mifuyi et moi n’en serions pas où nous en sommes, tu as des capacités phénoménal digne de ton clan, j’en suis certaine. Tu étais cette petite serveuse calme et gentille puis maintenant tu es devenu une combattante confiante et déterminée… * Continue de parler en s’approchant d’elle *

Kumiko (Étonnée, angoissée) : * Elle s’arrête, sa concentration est telle qu’elle n’arrive pas à prendre un moment d’attention pour reculer * …!

Sasari : Ton repas favoris c’est les ramens, mais s’ils n’ont pas le bon dosage de sel ça ne sera pas à ton goût. Quand tu prépares les onigiris, tu ne peux pas t’empêcher de faire des bonhomme sourire sur eux. Quand on joue aux cartes, tu gardes toujours les dames avec toi, tu ne les joues jamais et ça te fait perdre, mais ça t’es égal. Chaque fois, en voyage, que tu remarques une fleur que tu n’as jamais vue, tu veux irrémédiablement aller la sentir et …

Kumiko, à elle-même : C’est qu’un rêve, c’est qu’un rêve, c’est qu’un rêve… Allez Kumiko…!

[À ce moment, Sasari arriva à proximité de Kumiko et il l’attrapa solidement par les épaules! Apeurée, Kumiko n’avait le réflexe que de mettre son kunai sous la gorge de Sasari pour ne plus qu’il ne bouge… Ça laissait Sasari indifférent, complètement. Il avait son regard droit dans le sien et il la tenait par les épaules, elle n’avait pas beaucoup de place pour ses bras, même que quand Sasari s’approchait encore plus, elle avait tendance à reculer le kunai.]

Sasari : Tu n’es pas dans un rêve Kumiko! Le Sasari que tu vois devant toi cette fois est réel!

Kumiko (Très anxieuse, émotive) : C’est faux, c’est complètement faux…! Tu n’es qu’un type qui apparait dans mes rêves, c’est tout!

Sasari : Tu n’es pas dans un rêve car tu ne t’en réveilleras pas!

* Étonnement de Kumiko *

* Silence *

Sasari : Kumiko…

[À ce moment, Kumiko tremblait de partout. Son kunai qu’elle pointait n’avait plus aucune rigidité, sa respiration était saccadée et son expression était de la frayeur et de la haute angoisse. Elle ne savait pas pourquoi son corps ne réagissait plus, elle était pourtant en force d’opposition, elle qui n’avait subis aucun dommage durant cette journée, contrairement à Sasari, face à elle, qui était exténué. Sa simple prestance avait un tel impacte sur elle… Tout ce qu’il avait pu dire était véridique! Ces habitudes anodines n’avaient pas été effacées de sa mémoire.]

Sasari : Kumiko… Tu sais ce que j’ai remarqué la première fois quand je t’ai vue..?

[À la suite de ces mots, Kumiko vit son cœur se débattre dans tous les sens dans son corps, comme si un tremblement était survenu du centre de celui-ci. D’innombrables images traversèrent l’esprit de Kumiko en une fraction de seconde jusqu’à ce moment… dans l’auberge, ainsi que tous les autres moments où il avait pu lui dire… Des visages flous apparaissaient dans son esprit, mais peu à peu, ce filtre, qui cachait ces visages, s’estompa et il y avait cette phrase qui revenait en même temps…]

Sasari : C’est ta chevelure rouge…

[Les tremblements, la respiration, voir même, ses battements de cœur… Tout s’arrêta en un instant. Le kunai qu’elle tenait dans ses mains, elle l’échappa tranquillement et il tomba pathétiquement au sol. De l’eau était visible sur le bord des yeux de Kumiko… Elle n’en revenait toujours pas…
Ces genoux lui lâchèrent, elle alla pour s’écrouler au sol. Sasari tenta de la retenir de tomber, mais c’est elle qui se redressa rapidement en enlaçant, à la même vitesse, Sasari!

Ça le surprit lui aussi… mais il avait réussi. Sous ce ciel de pleine lune qui traversait le feuillage et qui éclairait les ninjas, le plus important aux yeux de Sasari était enfin accompli.]


Kumiko (Soulagée) : * Sanglot de soulagement * Sasari…

[C’était réciproque dans le regard de Sasari. On aurait dit qu’une immense charge lui avait été enlevé de sur ses épaules. Il était si fier et heureux d’avoir pu récupérer ses amies qui lui avaient tant manqué durant tout ce temps. Même les six mois n’avaient pas été faciles.
Sasari t’entait d’écarter enfin Kumiko, mais rien, elle était encore trop sur le choc pour vouloir se déprendre.]


Sasari : Ne sert pas si fort Kumiko, les blessures de Mifuyi me font encore mal… * Étonnement *

[Des arbres, de par la gauche de Sasari, un bruit de branche vint l’interpeler. Son Sharingan n’était plus actif depuis un moment, il ne voyait qu’une silhouette sombre, puis une autre… Elle s’avançait tranquillement, puis enfin, elle émergea sous la lumière de la lune. C’était Hirosuke… et les autres..!]

Akino : Désolé Sasari, dès qu’ils ont vue l’explosion, ils ont tout de suite voulu venir à votre rencontre malgré qu’on voulait vous laisser seul… * Regarde Kumiko, devient embarrassé * Euh, mais qu’est-ce que vous faites!?

Itomi : C’est Kumiko qui est dans les bras de Sasari!? Oh lolo, mais garçon tu…

[Embarrassés, Sasari et Kumiko se séparèrent l’un de l’autre immédiatement! Ils regardèrent tous deux dans une autre direction comme ne voulant rien assumé de ce qui venait de se produire.]

Hirosuke : Sasari…

* Sasari est interpelé *

Hirosuke : Je voudrais… que tu acceptes mes excuses… vraiment… J’ai douté de toi pendant un bon moment. Je doutais sérieusement des manières dont Akino et Shizu avaient pu être soit disant dupées par toi, mais maintenant, au vue de ce que je viens de voir… il n’en est rien. Kumiko et Mifuyi te connaissaient réellement… tout le monde te connait réellement, j’en suis sûr! Je ne sais pas ce qu’on put vivre ensemble, je n’ai plus aucun souvenir de toi, mais ce qui est sûr pour moi, c’est que Reïtarô est celui qui a effacé ces souvenirs.

Sasari : J’apprécie… Hirosuke…. Mais on n’a pas le temps, si tu es ici, tu seras très utile, Mifuyi est là-bas et on a peut-être été un peu trop fort pour notre combat!

[Sasari se retourna en direction de Mifuyi et commençait à courir. Il était cependant tellement en manque d’énergie qu’il tomba un genou au sol, toussant par manque d’air. Hirosuke alla l’empêcher de tomber et il regarda en direction de Mifuyi…
L’Uchiwa était déjà debout. On pouvait facilement voir d’après l’état de ses vêtements et de ses blessures qu’elle venait de prendre part à un combat important, mais elle se tenait toujours debout et elle avait rejoint les autres.]


Mifuyi : Soigne le d’abord, je peux encore attendre.

Hirosuke : Hum… Oui…

Sasari : Mifuyi…

Mifuyi : Notre prochain combat… C’est moi qui gagnerai. * Sourit *

Sasari : Tu dis ça alors que c’est moi qui aie le genou au sol…

Kisa : Kumiko! Est-ce que tu vas bien!?

Kumiko : … * Devient plus heureuse * Oui, je n’ai rien du tout… C’était un combat au quel je ne m’attendais pas. J’ai le sentiment d’avoir perdu et gagné à la fois.

Fusazô : Alors, toi aussi tu as retrouvé la mémoire?

Kumiko : Je crois que oui… enfin. Je ne sais pas ce dont j’ignore encore. C’est vrai que je me souviens maintenant de beaucoup de choses qu’on avait effacé dans mémoire, mais comment je peux être certaine que je me souvienne de tout?

Akino : J’imagine que l’essentiel suffit. S’il y a encore des souvenirs qui sont cachés, tôt ou tard ils referont surface il faut croire.

Itomi, s’approche de Sasari : Alors, alors Sasari, dans quel piètre état tu es.

Sasari : Eh! Je te rappelle que j’aie du combattre Ruito et Shizu tout à l’heure et pas plus tard que ce matin, Takeru nous a attaqué!

Itomi : Si c’est censé m’impressionné! Pff! J’y étais aussi ce matin je te signal, j’ai utilisé une grande quantité de chakra pour ce brouillard dans toute la région! Puis, j’ai tué un des Kokage aussi je te signal!

* Étonnement de tous *

Akino : Quoi!? Mais lequel!? Tu l’as eu à toi seule?!

Hirosuke : C’était le quatrième, celui avec l’arme de précision.

Itomi : Disons que si je n’avais pas eux de l’aide pour faire un peu de distraction… ç’aurait été plus difficile. Cette forme de folie, ce n’était pas bon à voir.

Akino (Impressionnée) : Cette fille… Qu’est-ce qu’elle est au juste? Elle paraissait si fragile la première fois que je l’ai vue, sans distinction particulière… Et maintenant, elle vient de vaincre un des Kokage considérer meilleur que celui que j’ai abattu et… après avoir passé toute cette journée horrible? Je suis vraiment contente de ne pas avoir eu à t’affronter à Iwa, Itomi. Tu es bien plus impressionnante que je… non, qu’on pouvait l’imaginer.

Kisa : C’est génial alors! Ça veut dire qu’il n’en reste que deux. À nous tous, on peut les vaincre.

Akino : Pour ça, faudrait être un minimum remis d’aplomb… Là, on a deux Uchiwa complètement vidé, Itomi qui doit être en manque de chakra, Fusazô également. Si les gardes et tous les autres s’y mettent pour nous affronter, ça va être ardu de sauver Shizu et les autres…

Hirosuke : Aaaah!

[Hirosuke augmenta la force de sa paume mystique sur Sasari, elle était nettement plus efficace. Sasari sentait l’énergie remonter en lui et ses douleurs disparaissaient bien plus rapidement qu’il y a quelque instant.]

Itomi : Hirosuke…

Hirosuke : Moi aussi je veux faire mes preuves, je veux me montrer digne de mes camarades… ont doit tous réussirent ensemble!

Akino : Tu ne devrais pas te surmener…

Hirosuke : Ne me sous-estime pas…

[Hirosuke avait fini le nécessaire sur Sasari, il arrivait facilement à se relever et à manipuler ses cartes pour les faire revenir à lui, même les blessures faites par Shizu étaient guéris. Il allait être capable de faire face à Reïtarô et ses acolytes.
Il passa au tour de Mifuyi.]


____________________________________________________________________________________________________

Grande tour

[Une, deux, trois, quatre… Le nombre d’aiguilles avait beaucoup augmenté sur le corps de Reïtarô. Il y avait aisément une quarantaine de celles-ci qui le perçaient de part en part. La majorité était plantée dans le dos courbée du vieil homme. Plusieurs avaient été ajouté à ses deux bras, d’autres étaient plantées dans son torse.

Les tuyaux, qui restaient suspendu au-dessus des aiguilles, projetait une image inquiétante… c’était hors nature.
À l’arrière, il ne restait moins d’une demi-dizaine d’aiguilles…

Pendant ce temps d’attente, Takumi s’occupa d’aider Shizu à mieux se porter. Les maux de têtes de la jeune Hyuga s’estompaient graduellement, mais ils étaient toujours bien présents. Normalement, un repos au lit aurait été la meilleure des solutions, mais apparemment, on avait besoin d’elle maintenant…]


Takumi : Dites, Takeru-sensei. À quoi servent toutes ces aiguilles que Mitsumi-sensei lui plante dans le corps? Ça m’inquiète…

Takeru : Tu ne tarderas pas à le découvrir, Takumi. Si tout fonctionne comme prévue, le maitre se portera mieux… Bien mieux.

Takumi (Satisfaite) : Vraiment, il ira mieux?! Je suis contente, je me faisais du souci au vue de son état.

Takeru : Tu te sens prête à devoir agir bientôt, Shizu?

Shizu : Je ne sais pas combien de temps je pourrai rester éveillé si je dois utiliser une bonne quantité de chakra pour envoyer des vague de Raiton, mais je ferai tout mon possible pour le maitre.

Takumi : Désolé, Shizu-san, mais je n’arrive décidément pas à vous enlever ce mal de tête. C’est peut-être lié à cette technique.

Shizu (Étonnée) : Une technique…!?

Takeru : Takumi! Idiote! Cesse de parler maintenant et reste concentré! Tes bêtises pourraient faire échouer notre aide envers le maitre..!

Takumi (Apeurée, peinée) : Désolé, désolé, désolé, je ne recommencerai pas!

Kokage, premier : La dernière a été posée, tenez-vous prêts…

[Effectivement, Mitsumi avait enfin posé la dernière aiguille sur le corps de Reïtarô. Elle fit une série de mudra, puis devant son maitre, elle tendu sa paume droit vers lui! Une technique étrange vint mettre un cercle d’inscription autour de chacune des aiguilles.

Elle regarda en direction du générateur. Les ninjas proches s’en approcha pour tenir une série de poignées entourant la machine. Shizu, Takeru, les deux Kokage, ainsi que deux des gardes avaient leurs mains sur ces poignées. Il était les désigné à devoir maintenir le courant dans cette pièce. Les autres gardes ne firent que disparaitre, tant dit que Takumi resta près des ninjas pour leur venir en aide.

Mitsumi, voyant les autres être prêts et voyant que Reïtarô était prêt lui aussi, elle se dirigea vers un levier incrusté dans une borne proche du comptoir où elle allait pour prendre les aiguilles. Le levier ressemblait à ceux des navires, il y avait plusieurs niveaux apparemment.]


Reïtarô : C’est partit… * Tousse, tousse, tousse* J’ai attendu ce moment avec tant d’impatience… * Tousse, tousse * Je ne dois pas m’énerver… Commence doucement, Mitsumi et ne tente rien avec cette machine si tu tiens à la vie… Tu en es prévenu.

[Mitsumi, dans le calme, leva un peu le levier pour le mettre au premier cran. Ce dernier ne fit que mettre un mécanisme en route… On pouvait entendre des bruits électriques provenant de partout. Pour le moment, les six ninjas devant le générateur n’avaient aucune inquiétude, l’électricité normale du bâtiment était suffisante pour ce niveau.

Dans le reste de la tour, par contre, toutes les lumières artificiels s’éteignirent. Seul la lumière du claire de lune arrivait à éclairer un tant soit l’intérieur de la tour et encore, elle y arrivait très mal par ailleurs.

Mitsumi, après un moment, enclencha le levier d’un degré plus haut!]

Fin du chapitre 158


____________________________________________________________________________________________________

Salut!

Comment vous allez? Moi, pas si mal, disons que les vacances m'ont fait plus grand bien, dommage qu'elle se termine bientôt, mais toute bonne chose à une fin et abuser des bonnes choses est n général une mauvaise chose.
Malgré l'incident d'il y a plus d'un mois avec le site et le forum, je vois que le nombre vue est toujours en très belle croissance, je ne m'y attendais pas tellement, en espérant que ce soit de vrai vue et non autre chose :gene: . Mais bon, le nombre de vue n'est pas l'important, l'important est que je sache que j'aie encore des gens qui me suivent un peu pour me rassurer que je ne poste pas pour ma propre personne, ce serait triste, haha. Ça fait déjà 3 ans depuis un moment que je mets mes chapitres ici, on commence à entamer ma 4ème année, en espérant qu'on puisse la terminer au moins.

Cette semaine je ne met qu'un seul chapitre. Non pas que je sois en gros manque de chapitre en réserve, c'est seulement que j'aie envie de garder un peu de suspense pour les prochains car, vous l'aurez sûrement vue, mais Reïtarô commence à préparer quelque chose et ce renversement ne sera sans doute pas quelque chose de petit. Donc, j'aime mieux prendre mon temps sur ces chapitres pour ne pas passer à autre chose trop rapidement.


@Mayel C'est vraie que j'aurais pu décrire les événements plus longuement pour donner plus de crédibilité à ces derniers. Je dirais que pour Shizu, Reïtarô, en la voyant entré et observer du coin de l'oeil tout ce qu'il y avait autour, a pu déduire son comportement et réagir en conséquence. Pour ce qui est de Sasari et sa proposition, disons qu'en ce moment, il agit plus avec ses émotions qu'avec sa logique, surtout que tout à l'heure, il s'est pointé seul devant cinq adversaires alors qu'il savait très bien que Mifuyi était son égal. Disons que ce ne sont pas mes chapitres dont je suis le plus fière (Quoiqu'il ne soit pas catastrophique non plus :gene: ). Merci des commentaires :) !


Bonne lecture!


Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- Lecture d'un texte
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Mayel Sasuke » 08 Jan 2017, 23:09

C'était horrible à lire ce qu'on a fait de Shizu ! A l'exception de la mort de Mifuyi, je ne mettais pas autant senti mal en lisant un chapitre à cause d'un personnage. Je n'ai même pas envie de commenter ça.

De retour à Kumiko et Sasari c'était un peu trop fleur bleue à mon goût quoi que plus approprié qu'un combat dans les circonstances actuelles. Itomi m'a bien fait rire sur le coup, il n'y a plus de doute possible elle est bien revenu à elle même. Je ne m'attendais pas à ce que toute la clic revienne mais c'est pas plus mal et surtout ils ont eu raison de le faire. En conclusion du côté de Sasari tout le monde est réunie, convaincu et motivé même les plus récalcitrant et cerise sur le gâteau Mifuyi et Kumiko sont de nouveau elle même. La team Furutsu est au grand complet manque plus que Shizu...

De retour vers Reïtaro c'est claire qu'il prépare un truc et pas de moindre que j'attend de voir avec impatience. Sur ce, rendez-vous au suivant et vivement qu'on sorte Shizu de là et je sens que Takumi peut finalement n'être qu'une autre victime de Reïtaro et non allié inconditionnel m'enfin on verra ça par la suite.

Cela va faire 4 ans déjà ? Et ben, ça en fait du chemin :D
Image
Toute la sagesse de notre credo est transcrit dans ces paroles. Nous agissons dans l'ombre pour éclaircir le monde. Nous sommes des Assassins. Rien n'est vrai, tout est permis.
Avatar de l’utilisateur
Mayel Sasuke
Sennin
 
Messages: 3794
Inscription: 07 Juil 2012, 14:02
Localisation: A la recherche de la vérité universel
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 14 Jan 2017, 04:18

Chapitre 159 : La nouvelle jeunesse apparait

Spoiler :
[Hirosuke venait de terminer à aider tout le monde. Ce n’était pas l’équivalent d’une bonne nuit de sommeil, mais tous arrivait à se mouvoir un tant soit peu. Même Mifuyi, qui était bien mal en point après son combat contre Sasari, se tenait parfaitement droit et arrivait à être bien souple dans ses mouvements.

Ils se réunirent tous enfin. Neuf jeunes ninjas prêts à affronter celui qui leur cachait tant de mystères. Ils se mirent en cercle pour discuter rapidement de la prochaine étape.]


Teruki : C’est simple non? On fonce jusqu’à la tour, on trouve où sont caché Reïtarô et les autres. On les maitrise tous et on fait tout pour mettre un terme à leur plan.

Kisa : Il faut venir en aide à Shizu, Takumi et Mitsumi aussi! Peut-être même que Reon et Makura ne sont pas des alliés directs à Reïtarô, il y a des chances!

Sasari : Shizu est malheureusement dans leur camps pour le moment, c’est même bien possible qu’elle vous considère rapidement tous comme son ennemi… Takeru lui a fait quelque chose et elle est devenu encore plus forte… Elle a maitrisé mon Susanô en un rien de temps…

Akino : Elle crachait du sang quand je vous ai croisé… c’est comme le Mangekyô Sharingan j’ai l’impression, ça doit lui demander beaucoup de chakra et ça l’affecte corporellement.

Mifuyi : Elle nous aurait été utile avec son byakugan…

Fusazô : J’ai ça.

[De sa poche, Fusazô sortit un morceau de vêtement déchiré. Un simple morceau de tissu.]

Fusazô : Hier, j’étais en sérieux doute sur qui était vraiment mes ennemis et qui étaient vraiment mes amis. Durant le sommeil de chacun d’entre eux, j’ai découpé un bout de leur vêtement. Je m’étais dit que ça pourrait être utile à un moment. Celui-ci est celui de Reon… Je n’avais pas osé pour Takeru, les autres restaient toujours trop prêt de lui.

Akino : C’est parfait ça Fusazô! On va pouvoir suivre la trace de l’odeur de Reon s’il est avec Reïtarô! Et même s’il ne l’est pas, on va pouvoir lui poser des questions, il doit forcément en savoir beaucoup.

Hirosuke : Le brouillard à humidifier toute la région, t’es certain que t’arrivera à suivre la trace de Reon?

Fusazô : C’est moins inquiétant qu’une pluie et puis… Moi aussi je sais faire mon maximum, on va y arriver!

Hirosuke (Sourit) : J’aurais dû m’attendre à ce genre de réponse…

Fusazô : Kuchiyose no justu!

[Au centre des ninjas, Fusazô invoqua le même chacal qu’il avait invoqué la veille pour retrouver le groupe de Furûtsu. L’animal savait exactement ce qu’il avait à faire. Fusazô se pencha pour lui faire sentir le morceau de tissu…

Ça semblait difficile pour l’animal de trouver le chemin de cette odeur, il devait même ressentir le morceau de tissu pour ajuster au mieux sa mémoire… mais il réussit à trouver une piste. Le chacal parti directement en direction de la tour!]


Kisa : Il est toujours vers la tour apparemment, difficile de penser à un autre endroit.

[Fusazô se releva et il vit soudainement le bras de Sasari tendu vers le centre du cercle, il le fixait, il avait le sourire. Ça en intrigua quelques-uns, mais certains comprirent plus rapidement. Mifuyi et Kumiko les premières, ajoutèrent leurs mains sur celle de Sasari, suivit d’Akino et tranquillement des autres.]

Itomi, apposant sa main au centre : Qu’est-ce qui ne faut pas inventer… On n’a pas intérêt à faire ce geste humiliant à chaque fois, Sasari.

[Au moment où Itomi mit finalement sa main au centre, des milliers de cartes apparurent de sous la main de Sasari! Ça en impressionnant plus d’un, Itomi la première, ils regardèrent tous les cartes qui flottait tranquillement autour d’eux. Cinq personnes étaient ciblées en particulier : Teruki, Kisa, Hirosuke, Mifuyi et Kumiko. Les cartes agirent en tourbillon autour de chacun puis, quelques cartes se dispersèrent dans les airs, les autres étaient restées sur les ninjas, leur formant le nouveau manteau de Furûtsu!]

Mifuyi : Mais… Mais ils sont où les rouges? Et l’équipe 6 alors?

Sasari : … J’ai comme un sentiment de déjà vue…

Kumiko : N’enlevez pas vos mains. Fusazô, ramène ton invocation.

Fusazô : Qu…

Kumiko : Ne pose pas de question.

[Fusazô siffla son chacal. L’animal répondit dans l’immédiat, bien discipliné et une fois à ces côtés, il le prit avec son bras libre.]

Itomi : Qu’est-ce qu’on fait maintenant, pourquoi on reste là?

Kumiko : Tenez-vous bien! Aaah!

Sasari : … * Étonnement * Non, attend!

Kumiko : Masu Nenriki ido! (Téléportation de masse)

[La dizaine d’individu, au beau milieu de la forêt, disparurent d’un simple clignement d’œil pour apparaitre à un tout autre endroit!]

Kisa : Qu’est-ce qui vient de se passer… On est où?

Teruki : Je n’y vois pas grand-chose non plus, mais on dirait…

Fusazô : C’est notre chambre!?

Mifuyi : Cette fameuse poignée…

[Kumiko tomba de grande fatigue soudaine au centre des ninjas qui avait été bel et bien téléporter en plein dans la chambre où Kumiko avait posé la marque sur cette poignée de porte.

Kumiko, à genoux au sol, avait dépensé une importante quantité de chakra dans ce jutsu. Surtout que c’était sa première fois.]


Itomi : Le plancher est drôlement froid… * Regarde sous sa chaussure * Je n’ai même plus de semelles… * Se prendre d’un sentiment de malaise, elle enlève ses chaussures complètement fichu.*

Kumiko (Exténuée) : Pardon… j’aurais cru que ce serait mieux passé… mais personne n’a rien apparemment.

Teruki (Malaisé également) : Bon sang, mais préviens nous avant de faire un truc aussi dangereux.

Hirosuke : Est-ce que ça va..?

Kumiko : J’ai voulu faire mon mieux aussi. * Sourit *

Akino : Maintenant qu’on est directement dans la tour, ce sera plus rapide. Fusazô, que dit ton invocation.

Fusazô : Hum… oui!

[Fusazô reprit le morceau de tissu pour aider le chacal. En beaucoup moins de temps, l’animal arriva à trouver la piste de l’odeur. Il gratta la porte pour qu’on l’ouvre, évidement. Une fois sortit, il se dirigea directement vers les escaliers pour y descendre. Tout le monde le suivi, Fusazô le premier!]

Teruki : On n’y voit rien…

Hirosuke : On dirait qu’il y a à nouveau une panne de courant… J’ai envie de dire que c’est normal avec ce qui ce passe en ce moment.

Akino : J’ai envie de dire le contraire. Ce n’est pas une coïncidence, tout à l’heure, les globes fonctionnaient, c’était il n’y a pas si longtemps.

Kisa : Ça ne me dit rien qui vaille.

[Malgré la noirceur des lieux, les trois Uchiwa arrivait à bien suivre l’animal grâce à leur dojutsu, ça suffit pour les autres qui arrivait à les suivre, puis Fusazô arrivait aussi à suivre, à l’avant, son invocation.

L’animal descendait pratiquement tous les étages, Reïtarô n’était définitivement pas dans le haut de sa tour.
Il y avait ce sentiment qui prit le cœur de tous… ce sentiment de savoir que c’était bientôt la fin de quelque chose. C’était à la fois un moment important pour les jeunes puisqu’ils allaient pouvoir être libre si tout réussissait, mais en même temps, Reïtarô était la base de tout ce qu’ils ont pu être, c’était un moment aussi bien effrayant pour certain.]


Sasari : Il n’y a personne… pas un seul garde, pas un seul Kokage…

Akino : Tu es certain de savoir ce qu’il fait, Fusazô?

Fusazô : S’il va à cette vitesse, c’est qu’il sait où il va. Je suis certain de lui avoir fait sentir le bon tissu. On doit y être bientôt. * Étonnement *

[Le chacal s’arrêta à un endroit. S’était un étage tout aussi vide que les autres qu’ils avaient déjà croisés… L’animal indiqua un mur vide, il n’y avait rien d’autre.]

Akino : On n’y voit rien…

Kisa : Doton!

[Le mur à l’opposé de celui indiqué par l’invocation de Fusazô donnait directement vers l’extérieur de la grande tour. Un bloc de ce mur de pierre se détacha tranquillement pour finalement tomber en bas des quelques étages. La lumière de la nuit arriva facilement à éclairer tout le palier où se trouvèrent les ninjas.]

Mifuyi : Même avec la lumière, le mur est vide devant nous, il n’y a rien là…

Fusazô : S’il s’est arrêtez ici, c’est que ça doit avoir un fort lien avec Reon… Je peux lui représenter le tissu de Reon si vous voulez…

Kumiko : Non, c’est là… C’est certain. Il doit s’agir d’une illusion qu’ils ont mise en place pour pas que l’on les trouve. Je me souviens qu’il y avait une porte à cet endroit… Vous vous souvenez, Fusazô, Kisa.

Kisa : Maintenant, avec la lumière, je replace mieux l’endroit… C’était là où Takeru nous avait intercepté et il avait barré cette porte ensuite…

Hirosuke : Il y a plus qu’à dissiper l’illusion alors.

Sasari : Si ce n’est qu’une porte, il n’y pas de temps à perdre à vouloir la trouver.

[Des manches de Sasari, plusieurs centaines de cartes allèrent se coller au mur en face d’eux. Fusazô s’empressa de désinvoquer son animal et de reculer un peu. Le mur était parsemé de cartes explosives.]

Mifuyi : T’es certain que ce soit la meilleur méthode pour entrer là… Si Reïtarô n’y est pas et qu’il n’y a que Reon l’autre côté ou encore que Shizu ou Takumi soit collé à ce mur et qu’elles soient blessées.

Sasari : Elles survivront, les murs sont épais.

[Tous s’écartèrent, Sasari allait faire exploser le mur sans attendre d’autres méthodes. Il fit un simple mudra dans le plus grand des sérieux et de bonnes déflagrations défonça le mur devant les neufs ninjas! Ç’avait fonctionné, le mur avait eu de sévère dommage, un trou était perceptible au travers de la fumée.

Cependant, dès l’explosion terminé, de la fumée sortit un immense bloque de pierre envoyé à haute vitesse. Plus il restait dans les airs, plus il grandissait d’une manière exponentielle. Ça fonça directement sur Sasari!
Rapidement, Teruki s’interposa au bon moment entre l’Uchiwa et le bloc qui grandissait et il donna un grand coup de poing! C’était de justesse et ça fonctionna, le bloc se détruisit en plusieurs morceaux… Mais ces derniers grandissaient toujours.
Les autres, plus à l’arrière, arrivèrent à esquiver comme il le fallait les blocs, même qu’Akino avait fait apparaitre une épée pour trancher ceux qui venaient vers elle.

Dans l’angle mort de tous, sur certain passage des rochers, quatre gardes en avaient profité pour apparaitre discrètement et prendre par surprise la troupe de ninja! L’un fonça vers Akino, un autre sur Itomi, un sur Fusazô aider d’Hirosuke et le dernier, Kisa avait été désigné, Kumiko alla lui porter son aide!

La fumée avait disparût à l’aide des blocs et la lumière de l’extérieur laissait bien voir l’intérieur de la pièce. Sasari, Mifuyi et Teruki purent clairement voir Reïtarô assit sur un trône, avec un nombre important d’instruments qui lui rentrait dans la peau. Les tables cryogéniques étaient perceptibles, malgré qu’ils ne puissent pas déduire dans l’immédiat ce que c’était réellement. Puis, finalement, Mitsumi, au fond, ayant un air apeuré au vue de l’explosion, son visage était tout illuminé et il n’y avait que terreur.]


Reïtarô (Sourit) : Ils sont enfin arrivé pour voir l’essentielle… vous n’arrêterez certainement pas mes plans… contemplez.

* Étonnement des ninjas *

Reïtarô : Mitsumi, j’ai assez de chakra pour réellement commencer… * Tousse, tousse, tousse * Augmente graduellement.

Mitsumi (Toujours angoissée) : Hum, oui…

[Ceux qui restait sur le générateur n’était pas encore visible, ils restèrent à leur position, c’était le plus important… sauf pour Takumi. La jeune fille décida de se révéler sous les yeux des ninjas, aux grands étonnements de tout le monde.

En peu de temps, tous les gardes avaient été maitrisé, apparemment nullement l’égale d’un Kokage, ils ne servirent qu’à ralentir les ninjas et à les affaiblir un tout petit peu.]


Akino : Takumi! Reïtarô n’est pas celui que tu crois, il ne se sert que nous que comme objet dans son propre intérêt, tu n’as pas à te faire manipuler!

Takumi : Non, je n’y crois… je n’y crois pas, Akino-san… C’est vous qui êtes toujours dans l’erreur, je fais confiance à Reïtarô-sama, vous l’avez trahis… * Se montre peinée * N’approchez pas! Arrêtez de vouloir du mal!

* Étonnement de tous *

Akino : Elle a complètement perdu la raison…!

Mitsumi : Vous pouvez y aller, Reïtarô-sama…

[L’énergie demander par la machine était bien plus importante. Les lits cryogéniques illuminaient encore plus sous les yeux de tous.

Le sourire de Reïtarô, la tête basse, caché des yeux des jeunes, s’intensifia. Il leva la tête tranquillement. Tous ceux de Furûtsu étaient immobiles, complètement subjugué par ce qui se produisait dans cette pièce, c’était loin d’être ce qu’ils imaginaient. Même Sasari, qui était prêt à combattre hésitait dans son pas.]


Kokage troisième : À bout portant, je ne fais qu’une bouchée de vous les enfants * Pointe son canon vers les membres de Furûtsu * On ne vous laissera pas passer.

[Face au ninja, Reïtarô avait complètement levé la tête, enfin, et loin d’être comme à son habitude, il ouvrit graduellement les deux yeux! Son œil gauche complètement rouge dû à la vieillesse et l’autre…]

Sasari (Terrifié) : C’est…

Reïtarô : Yasakani!

[Une onde traversa le corps de tous et les machines commençaient à fonctionner comme jamais! Un vent énorme soufflait de partout! Mitsumi augmentait encore les contrôles dans son coin, mais d’un coup, le levier éclata et la puissance maximale avait été donnée! Les nombreux lits cryogéniques se mirent en marche et même des cris étaient audibles à l’intérieur de certain!

Mais surtout, le Mangekyo Sharingan dans l’œil droit de Reïtarô était belle et bien actif! Un phénomène plus que spectaculaire se produisait sur le corps du vieil homme, quelque chose d’inimaginable! Sa peau, molle et ridé prenait de plus en plus de tonus, tout comme les muscles à l’intérieur qui semblait gonfler très tranquillement! La peau pale, presque blanche, reprenait de sa pigmentation! Des coupures, des déchirures, de nombreuses blessures apparurent à certain moment et se guérissaient à vue d’œil, elles apparaissaient sans cesse, avec des proportions différentes, et elles disparaissaient…]


Akino (Subjuguée) : Il…

Hirosuke (Décontenancé) : Il rajeunit…

Sasari (Tétanisé, terrorisé) : …Impossible…

[À l’arrière, se relevant de l’explosion du levier, Mitsumi vit ce qui arrivait à son maitre, elle en était tout aussi effrayé, tremblant de partout, pratiquement les larmes aux yeux, elle arrivait à peine à reprendre son souffle au vue de combien l’atmosphère dégagé par la technique et par les vents l’impressionnait.

La technique ne cessaient de fonctionnée! L’œil droit de Reïtarô avait rapidement virée en une mare de sang, qui lui coulait le long de la joue, mais ça lui était complètement égale, tout lui était complètement égale. Les tuyaux autours de lui semblaient injecter à une vitesse folle quelque chose à l’intérieur de Reïtarô pour l’aider.
La machine commençait à se dérégulé un tant soit peu.]


Kokage premier, aux autres près du générateur : Maintenant, il faut aider la machine!

Tous ceux autour du générateur : Raiton!

[La machine eut un regain d’énergie, ça aida grandement Reïtarô! Des décharges électriques sortaient de partout, la puissance émanait de la machine!
La technique était d’une efficacité effrayante, Reïtarô devait réellement plus jeune. Certaine des tables cryogéniques, visible par l’équipe, commençaient à s’éteindre de plus en plus, comme si elle ne fonctionnait plus… Ça ne semblait inquiéter personne.

Cette fois, c’était définitif, ce qui se produisait déconcentrait beaucoup trop tous les ninjas pour faire quoique ce soit d’autres que de regarder! Qu’est-ce que ça signifiait, pourquoi cela se produisait-il?

Plus sa continuait, plus les tables s’éteignaient. Les tuyaux étaient beaucoup moins performants. Reïtarô paraissait maintenant plus jeune que Takeru lui-même, c’était comme s’il venait d’atteindre la vingtaine! Cette cure jeunesse avait été d’une efficacité impressionnant.
Mais son œil droit était complètement en ruine… alors que son œil gauche avait retrouvé sa jeunesse.

À un moment, toutes les tables, hormis quelques-unes étaient illuminées. La machine ne fonctionnait pratiquement plus…

Tout était redevenu calme et silencieux… Ce silence était long et lourd. Tous avaient encore les yeux rivés sur ce personnage complètement changé. À un moment, enfin, Reïtarô poussa un seul cri et toutes les aiguilles s’éjectèrent de son corps!]


Kumiko (Subjuguée) : C’était du chakra..! Il a volé du chakra aux ceux dans ces lits! Il y avait vraiment des gens dans ces machines!!!

* Étonnement des ninjas *

Takumi : Reïtarô-sama, vous êtes..! Que s’est-il passé!? Comment êtes-vous.

[Reïtarô ferma les yeux et devant tous, avec une facilité, il commença à rire. Sur son trône, il était pris d’un simple fou rire. Il y était enfin arrivé…]

Reïtarô, d’une voix claire, à lui-même : Ç’a fonctionné… Comme je l’avais espérez… Oui! * Soupir de soulagement en relevant la tête bien haut *

[Les gardes aux fonds de la salle étaient au sol, entrain de reprendre leur souffle, complètement exténué de ce qu’ils venaient de dépenser comme chakra pour faire fonctionner toutes ces machines.
C’était la même chose pour le Kokage qui reprenait son souffle collé à la paroi du mur, Shizu, les deux mains encore sur les poignées du générateur, et Takeru, courbé, les mains sur les genoux.]


Takeru : Je suis si fière de vous, maitre. Cette seconde étape est un succès, comme vous l’escomptiez, même sans le corps de ces Uchiwa… Quelle chance. La vingtaine est un corps hautement satisfaisant! C’est l’âge où le corps arrive à son meilleur, vous arrivez dans l’âge nécessaire.

[Reïtarô se leva tranquillement, devant tout le monde, de son trône et descendit les quelques marches qui donnaient une petite surélévation au banc. Il avait toujours les yeux fermés et faisait maintenant mieux face encore aux ninjas devant lui! Qu’allait-il faire!? C’était maintenant la seule question que ces ninjas avaient en tête.

Graduellement, Reïtarô rouvrir ces yeux faces à eux. Alors que son œil droit était toujours remplie de sang, son gauche révéla un Mangekyo Sharingan d’une forme entièrement différente!]


Reïtarô : Je revois enfin!

Fin du chapitre 159


____________________________________________________________________________________________________

Salut!

Vendredi 13, première (supposé) journée de la mal chance de l'année... Je m'en suis sortie pas trop mal finalement, quoiqu'il me reste encore 2h à tenir, mais j'ai pas trop l'impression qu'un psychopathe viendra s'en prendre à moi. J'espère que VOUS n'avez pas été victime d'un assassina ou autre chose de grave durant cette journée, si c'est le cas, bien... Désolé pour vous? :0 Mais allez, si vous êtes ici entrain de lire ce message, c'est que c'est pas si mal la vie, c'est plutôt une chance même :)!

Chapitre 159! Je vous en dis pas plus, mais c'est un chapitre plutôt important. Le moment où je l'avais écrit, j'étais un peu dans l'emportement de ma propre histoire, écrivant sans trop me relire. Je me suis relu avant de poster, j'ai corriger plein de truc, c'est possible que vous voyez plein de passage qui pourrait avoir un syntaxe meilleure. Mais je crois que dans l'ensemble, il reste bien compréhensible... c'est pour le 160 que j'ai plus peur :rouge: .

J'espère que vous allez l'apprécier, c'est un moment important donc, les réactions qui en retournerons sont aussi importantes... Bonne lecture!


@Mayel Je dois avouer que pour le moment Sasari et Kumiko, ça faisait très niais comme passage... je l'avoue, c'est probablement mon côté sensible qui ressort :] . J'ai toujours beaucoup aimé les histoires où t'as des gens qui perde la mémoire et où tu as le héro qui se bat contre ses amis pour retrouver ce qu'il était d'eux avant. Et particulièrement ce genre de moment où t'as l'un des personnages, amnésique, qui tente de se montrer impassible, mais qui se fait renverser en un rien de temps pour finalement montré un côté beaucoup plus fragile de sa personne. C'est un autre genre de combat qui me plait à chaque fois. Donc tout ce scénario où Mifuyi et Kumiko perde la mémoire, c'est uniquement pour mon plaisir personnel :mrgreen:
Merci du commentaire!



Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- [u]Lecture d'un texte[/u]
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Mayel Sasuke » 20 Jan 2017, 16:01

J'ai du mal à croire que j'aie oublié de poster mon commentaire ici ! Alors que c'est depuis Vendredi que j'ai lu le chapitre.

Déjà merci pour le chapitre, je vais escamoter les parties embarrassantes et à aller direct à l'essentiel. En définitif Mitsumi et Takumi sont aussi de simple victime ce qui réduit encore un peu le nombre d'allier fidèle du côté de Reïtaro même si Reïtaro peut encore compter sur Takumi qui a été bien formater.

En parlant de Reïtaro, au premier abord il n'a rien fait de bien surprenant. Rajeunir c'est ce que font tout les vieux os qui ont de rêve de domination quand au MS je m'attendais à ce qu'il nous en sorte un. Cependant, là où ça choque c'est pourquoi Yasakami ! Sasari est celui qui a le moins subit de la part de Reïtaro. C'est vrai qu'Akino était intervenu au moment où Reïtaro était dans la salle avec Sasari mais a t-il vraiment eu le temps de le faire ? Je m'attendais à un MS à la Mifuyi ou à la Kumiko probablement mais certainement pas à un Yasakami ! Et puis cette façon qu'il a de l'utiliser... Il n'a qu'à continuer à le gâcher de cette façon, ça facilitera la vie à Furustsu quand il sera aveugle.

C'est bien rare que le boss final se place en première ligne j'attends donc de pied ferme ce qu'il a à démontrer.
Image
Toute la sagesse de notre credo est transcrit dans ces paroles. Nous agissons dans l'ombre pour éclaircir le monde. Nous sommes des Assassins. Rien n'est vrai, tout est permis.
Avatar de l’utilisateur
Mayel Sasuke
Sennin
 
Messages: 3794
Inscription: 07 Juil 2012, 14:02
Localisation: A la recherche de la vérité universel
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 20 Jan 2017, 21:24

Chapitre 160 : Œil pour œil

Spoiler :
[Devant les yeux ébahis de tous, Reïtarô dévoila son regard, ça ne fit que laisser bouche bée les ninjas devant lui. Alors qu’on avait clairement pu voir le Mangekyo Sharingan de Sasari dans son œil droit, celui dans son œil gauche était encore inconnu. Il avait un symbole encore jamais vue.]

Kumiko : Comment c’est possible? À qui il a pris cet œil…?

Akino : Ces lits… s’il y a des gens dedans…

[Akino commença à se remémorer le jour de son altercation avec Tomo et Ruito à la petite chapelle… Les passants qui avaient été surpris par les Kokages.]

Akino : Alors, les missions que devait faire les Kokage depuis tout ce temps… c’était pour ramener des victimes pour fournir du chakra!?

Reïtarô : C’est exacte Akino.

* Étonnement des autres *

Reïtarô : À la base, vous, les Uchiwa, deviez faire partit de ces victimes… mais de petits problème sont survenus de l’intérieur et ça m’a forcé à faire autrement… Les Kokage m’ont ramené assez de personnes intéressantes, avec un bon potentiel de chakra, pour arriver à ce stade corporelle, bien que j’aurais souhaité un peu plus jeune. Et pour l’œil… * Commence à rire *

Hirosuke : Kumiko… Je n’oserais pas trop m’avancer, mais si Reïtarô a pu faire un retour dans le temps sur son corps et que son Dojutsu sur l’œil droit était le même qu’il avait lorsqu’il avait environ 20 ans… C’est fort possible qu’il soit le sien… Mais je ne comprends pas comment…

Reïtarô : Oh! Bien trouvé Hirosuke. Ce n’est pas exactement vrai, mais en partie, oui. Tout ce que j’ai pu acquérir durant mon vieillissement, j’ai tout pu isoler de ce passage dans le temps, j’ai gardé les gènes que j’ai acquis uniquement grâce à cette œil. Par contre, pour l’œil, tu dis vrai… C’est le miens!

* Étonnement des tous *

Mifuyi (Subjuguée, confuse) : Vous blaguez n’est-ce pas… vous aviez dit être un Nakajima. On nous a dit qu’il n’y avait que Sasuke et nous comme survivant… Vous seriez un…

Reïtarô (Furieux, hors de lui) : Je ne suis pas un Uchiwa!!!

* Silence *

Reïtarô : Ce maudit clan… Vous êtes une plaie sur cette planète. Depuis des lustres vous existez. Depuis la création du monde ninja! Si le monde est ainsi en ce moment, c’est seulement à cause de vous et de vos ancêtres.

Sasari : Qu’est-ce que vous cherchez exactement… Les Uchiwa sont tous morts.

Reïtarô : Mon désire… * Regarde vers le haut comme s’il cherchait la réponse dans son esprit, il baissa la tête à nouveau * Je veux vous réduire à néant et pour de bon… Je veux que le monde oublie votre existence de grand clan. C’est ma vengeance!

[À l’instant, les trois Uchiwa, suivit de peux des autres derrières, sortir de quoi se défendre. Sasari, Mifuyi et Kumiko avait tous les trois ouvert leur Mangekyô Sharingan.]

Reïtarô : Oh, oh… Mais pas tout de suite voyons… il manque encore tellement d’étapes dans mon plan… Vous avez d’ailleurs de la chance d’être encore en vie à l’heure qu’il est… Selon ce que j’avais planifié, vous seriez déjà mort.

Kisa : Quel plan! Qu’est-ce que vous ne nous avez pas dit durant tout ce temps! À quoi on a servie!?

Reïtarô : Bonne question Kisa. Ça été une plus grosse perte que je ne l’aurais cru, votre petit passage ici, Sasari, Mifuyi et Kumiko… Vous m’avez bien plus surpris que je ne l’imaginais…

* Silence *

Reïtarô : Primo constituer la Canopée en recrutant des membres de choix… des membres qui pourraient vous affecter émotivement… Surtout toi, en particulier, Sasari… Je voulais que ça vous démolisse, que ça vous choque! J’aurais voulu vous voir sombrez…! J’ai recruté aussi des membres efficaces… Deuzio… Vous retrouvez, vous trois et vous amener ici. Votre passage à Konoha durant l’examen chunnin a été un moment décisif.
Puis une fois ici, il n’y avait plus qu’à gagner votre confiance… tester et augmenter votre potentiel de chakra, vous m’avez même apporté quelques cadeaux, et… prendre le Yasakani.

Sasari : Vous saviez que j’avais ce pouvoir...?

Reïtarô : Ta survie parmi les 8 envoyés Uchiwa… ça n’a pas été totalement un hasard… Enfin, j’ai eu de la chance que ç’ait été le bon fils qu’ils aient envoyé et non pas ton frère jumeau…

* Étonnement de Sasari *

Reïtarô : Maintenant! La prochaine étape! Tertio! Reprendre les yeux qui me reviennent! Tes yeux, Kumiko! Enfin, ceux qui t’ont été offert, ce ne sont pas les tiens après tout.

Kumiko : Ces yeux… à qui sont-ils?

Reïtarô : Mitsu Uchiwa… mon père.

[Un sentiment inquiétant pris Kumiko. Toutes les révélations que faisaient Reïtarô face aux jeunes ninjas étaient des plus choquantes… Depuis combien d’années cet homme préparait-il cette vengeance? Toutes les vies de ces ninjas auraient planifié depuis le début?]

Reïtarô : Mon père, un Uchiwa… Dit comme faisant partie de l’un des plus grands des clans, n’était qu’un incapable. Plus jeunes, je l’admirais tellement, j’aurais cru n’importe quelle histoire à son sujet… mais ça changer. Il n’arrivait à rien de bien, il n’avait même jamais éveillé le Sharingan… Tu as ces yeux maintenant Kumiko et tu es parvenu à un niveau qu’il n’aurait jamais pu atteindre.

Mifuyi : Vous n’allez rien reprendre!

Reïtarô : Certainement pas maintenant, c’est vrai.

* Étonnement des jeunes *

Reïtarô : Mais un jour, ces yeux me reviendrons sans que vous ne le sachiez. Rien ne me presse. J’ai vécu bien longtemps avec de simple Mangekyo Sharingan pour me soucier d’en avoir d’éternel maintenant. Maintenant que vous êtes toujours en vie, vous allez pouvoir jouer des rôles encore plus amusants dans l’avenir que je réserve à ce monde. Vous me distrayez tant depuis le début.

[La prestance de l’homme avait gagné la salle. Les Uchiwa étaient si confus et ils remettaient tant en question tout ce qu’ils avaient pu vivre, qu’ils ne pensaient même plus à agir pour le contrecarrer dans l’immédiat.]

Reïtarô : Vous serez de ceux qui tomberont. Vous verrez tous ceux qui sont comme vous, s’écrouler par leur stupidité, je prouverai au monde que vous étiez et êtes un fléau pour eux. J’obtiendrai cette vengeance oublié de mon clan et le monde deviendra comme il aurait dû être avant que cette princesse, qui vous sert de mère, n’atteigne ce pouvoir en haut de l’arbre…

Akino : Ces histoires, vous les inventez, comment pourriez-vous savoir que ce sont les Uchiwa qui sont à la base de ce monde?

Reïtarô : Tout est écrit sur la stèle légué par le sage des six chemins… Mais seuls les élus peuvent lire ce passage… En théorie.

Mifuyi : La stèle est à Konoha, rien de telle n’est écrit, votre vengeance n’a aucun sens…

Reïtarô : Vous savez… Cette stèle n’a pas toujours été à l’emplacement où elle est maintenant. Avant la création de Konoha, avant que les Uchiwa ne se lient à d’autres clans, la région que la majorité des Uchiwa fréquentait était cette forêt. Le lieu d’origine de cette stèle, vous y avez déjà mis les pieds à plusieurs reprises.

Kumiko : Les fondations de la chapelle. C’était une chapelle appartenant aux Uchiwa?

Reïtarô : Trouvé… Je ne vous direz rien, mais je ne vous cacherai pas toute la vérité. Si vous voulez connaitre les origines de votre clan, allez à cette chapelle… Ensuite, vous trouverez peut-être, qui sait?

Akino (Vexée, furieuse) : Assez! Je commence en avoir marre de tout ça! Vous allez arrêter de vous jouer de nous! Vous avez beau avoir rajeuni, vous allez mourir aujourd’hui!

Akino fonça, reprenant la petite lame qu’elle avait depuis tout à l’heure et dépassa tout le monde fonçant vers Reïtarô qui ne montrait guère de frayeurs vis-à-vis ceci, il était confiant. Personne ne semblait vouloir l’arrêter, même que certain se tentaient de vouloir la suivre, mais brusquement, quelque chose s’interposa entre elle et Reïtarô. Ce n’était ni un Kokage, ni un garde, ni même Shizu, il s’agissait d’une épée lié par une chaîne… Tomo se trouvait tout juste à la gauche des ninjas! Il semblait essoufflé, mais déterminé. Il portait sur son épaule, le corps de Ruito encore… inconscient?

Reïtarô : Je commençais à m’inquiéter… Où sont le quatrième de Kokage et Makura?

Tomo : L’un est mort, l’autre, disparût, aucune trace…

Reïtarô (Étonné) : Ce Makura… il…

Devant Akino, le Kokage troisième se plaça avec son canon, à nouveau, et visa droit devant lui! La même que tout à l’heure, un bloc de pierre fut envoyé et se déployait de manière exponentielle! Akino n’eut le réflexe que de mettre son épée devant elle, Teruki se prépara non loin, lui aussi, pour frapper une nouvelle fois!
Mais ce fut complètement autre chose qui fit démolir le bloc. Du nuage de poussière, une aura de couleur cramoisi, une ossature géante et un sentiment meurtrier s’en échappa! Sasari avait déployé le Susanô!
Furieux lui aussi! C’était fini, Akino avait raison, ils devaient agir! Cet homme avait eu un tel impact négatif dans sa vie, peut-être même plus. Il se devait d’en finir avec cet homme.

C’était un bras du Susanô qui avait détruit le rocher même que ce fut assez pour avoir poussez violement le Kokage vers l’arrière, il était complètement incrusté dans le mur du fond de la pièce. Tous les murs dans les environs avaient bien endommagé, de même que le plafond!

L’apparition du Susanô réveilla les deux jeunes filles, leurs auras s’activèrent! Trois Susanô, doter d’une ossature quasi complètement se dressaient devant Reïtarô! Les incarnations avaient définitivement défiguré cet étage! Le trou qu’avait fait Kisa c’était ouvert comme jamais et les escaliers, à leur droite, avait été réduit à néant. Le générateur avec Shizu, Takeru et l’autre Kokage aussi était visible. Ces derniers étaient maintenant sur leur garde.

L’étage n’était maintenant plus qu’un grand espace à découvert. Les ninjas pouvaient voir de nombreux autres lits cryogéniques qui avait été caché et ça semblait encore plus important en nombre qui ne l’imaginait, ce devait être plus d’une centaine de victime de tout genre.
Takumi recula elle avait évité de justesse le bras du Susanô! Puis finalement Mitsumi, au fond de la pièce, s’écarta de peur!
Les trois Uchiwa étaient face à face complet avec Reïtarô.


Reïtarô : Vous déployez le grand jeu à ce que je vois… Si c’est comme ça… Tomo, approche.

À ces mots, Tomo commença à marcher en direction de son maitre, mais Sasari, avec son Susanô, balança un immense coup en direction de Tomo et Ruito en un rien de temps, impossible pour Tomo d’éviter… mais, ils se téléportèrent immédiatement aux côtés de leur maitre.

Tomo : Vous ne devriez pas trop l’utiliser, ce dojutsu épuise beaucoup le chakra…

Reïtarô : Ne me sous-estime pas… ne sous-estime pas ma nouvelle jeunesse. J’ai encore bien du chakra!

Reïtarô avait utilisé le Yasakani une nouvelle fois sur Tomo et Ruito pour leur faire un bon dans le futur et donc, les téléporter tout juste à ses côtés.

Reïtarô : Takumi, va chercher Reon là où tu l’as posé, il n’est pas mort. Nous partons…

Sasari : Comme si on allait te laisser faire!!!

Les trois Susanô levèrent leur bras bien haut dans la pièce, défigurant à nouveau le plafond au passage, et ils balancèrent tous à la fois un coup énorme en direction de leur ennemi!

Akino : Impossible qu’il ait pu survivre à une telle attaque!

Itomi (Sanglote) : Je… Je n’arrive même plus à me tenir en place, il y a tant de sentiments de meurtre dans cette pièce… On doit finir bientôt… Ça devient insoutenable.

Kumiko (Démoralisée) : Non… C’est pas possible!

Reïtarô était encore sur ces deux jambes, tous comme les ninjas autour de lui… Un frisson et de frayeur pris la plus part des ninjas, encore un événement pour retourner leur humeur…

Reïtarô : Susanô!

Les trois bras des squelettes géants de Sasari, Mifuyi et Kumiko avaient été arrêté par un autre et seul bras! Un squelette entier, avec un début de musculature sur ce même bras, il s’agissait bien d’un Susanô invoqué par Reïtarô grâce à ses deux yeux! Son Susanô était dépourvu de couleur, l’aura qui entourait le squelette était blanche!

Reïtarô : Vous avez cru être les seules à pouvoir faire appel à cette capacité, je ne suis plus aussi faible qu’il y a quelques minutes, j’y suis moi aussi arrivé à ce stade! J’ai même bloqué vos trois Susanô! Qu’est-ce que vous dites de ça, hein!

Takumi était revenu avec le corps de Reon sur son épaule… Quelque chose surpris Teruki à un moment, il alla pour parler, mais se retenu voyant que ça n’avait peut-être pas d’intérêt maintenant…
Il y avait aussi Shizu qui s’était rapproché et qui s’interposa entre Reïtarô et les trois Uchiwa.


Reïtarô : J’allais complètement t’oublié… Pour une fois que Takeru ait fait une décision qui ce soit avérer bénéfique pour nous, pour le coup, je suis loin d’être déçu. Je t’ai donné les capacités des Kaguya pour que tu puisses rivaliser avec les Uchiwa. Prouve-moi que ce choix a été le bon.

Comme il y a peu de temps de cela, Shizu fit sortir un grand amas d’os de son bras droit pour en faire un pique géant! Alors que les trois bras des Susanô de Sasari, Mifuyi et Kumiko étaient en conflit avec celui du Susanô de Reïtarô, Shizu alla pour donner un coup avec une déferlante de chakra!
Ce fut suffisant comme pousser pour que Reïtarô puisse renvoyer les bras des Uchiwa, à l’étonnement de tous.


Teruki, alors qu’il était derrière, se fraya un chemin pour se dirigé droit vers Shizu! Il était seul et déterminé!

Hirosuke (Étonné) : Qu’est-ce qu’il fait, il y va seul!?

Sasari : Non, attend Teruki!

Teruki : Rien à faire! Je ne supporterai pas de la voir avec cet enfoiré! Pardonne-moi! Shizu!

Teruki, à l’aide de son puissant marteau, balança un coup en pleine course, droit vers Shizu, à l’horizontale. L’Hyuga avait difficilement pu ne pas le voir, mais l’utilisation de sa dernière technique avait eu de lourds impactes qu’elle n’avait pas anticipés. Pas le choix, elle ne pouvait pas esquiver, Shizu préféra utiliser les os sortis de son bras droit pour se défendre. Elle réussit également à faire sortir son humérus, son radius et son cubitus de son bras gauche pour augmenter sa défense.

L’impact était puissant, même que les os qui étaient émergés se fissurait à plusieurs endroit, mais elle ne recula pas autant que l’espérait Teruki. Rapidement, Shizu, remontant son avant-bras vers Teruki, elle en sortit un autre os pour le lui planter directement dans le thorax.


Teruki : Réveille-toi! Shizu! Je te connais plus forte que ça!

* Étonnement de Shizu *

Un mal de tête prit l’Hyuga. Teruki en profita, il ne laissa qu’une main sur son marteau et l’autre, il retira difficilement l’os que Shizu lui plantait dans le thorax. Ça suffit à Shizu de perdre équilibre!

D’un autre côté, Akino aussi c’était ressaisie, elle sortit la petite lame qu’elle avait toujours et fonça en criant vers le Susanô blanc! Elle poussa un cri de désespoir, elle voulait tout donner contre ces hommes, elle visa Takeru qui était toujours un peu à l’écart! À proximité, avec facilité, Reïtarô balança un coup de bras vers Akino pour l’écarter violement, mais avant qu’elle n’atteigne le mur qu’elle allait heurter, elle fut téléporté justement devant Takeru! Là où elle était! Akino était quelque peu confuse, mais elle arrivait tout prêt de lui!


Reïtarô : Le Yasakani… tu veux jouer à ça?

D’un coup, alors qu’Akino allait affronter Takeru, elle fut de nouveau téléportée pour heurter violemment le mur auquel elle avait justement échappé!

Mifuyi : Aramitama!

Les blessures de l’impact d’Akino furent directement envoyées à Mifuyi. Elle en perdit son Susanô, mais elle renvoya les dommages directement à Reïtarô! Ça fonctionna comme à l’habitude. Reïtarô se prit de plusieurs fractures internet… tout ce qu’avait pu subir Akino durant cet impact. La forme du Susanô de Reïtarô régressait et il cracha le sang.

Sasari : Yasakani!

Sasari perdu son Susanô à son tour, mais c’était pour dépenser son énergie ailleurs. Un effet étrange sur Reïtarô se produisit. Il ressentait les plaies à l’intérieur de son corps s’agrandir à tout vitesse.

Reïtarô : Il accélère l’état de mon corps et fait en sorte que les lésions internet s’aggravent avec le temps, merde! Yasakani!

Les deux techniques se combattaient. Sasari arrivait à peine à tenir debout. C’était un combat avec lequel il ne s’attendait pas à dépenser tout le chakra qu’il avait repris aussi rapidement… Ce combat était très rapide, il ne s’agissait que de quelques secondes. L’état de Reïtarô resta stable pendant ce court moment, mais au bout d’un temps, Reïtarô repris quelque peu l’avantage et pu remonter un peu le temps sur ses plaies internet, il dû s’arrêter à un moment, de peur de manquer de trop de chakra. Pendant le même moment, Kumiko profita de l’affaiblissement de Reïtarô, et du fait que Shizu était occupé avec Teruki, pour lui assigner un puissant coup à l’aide de son Susanô…

Cette fois, ce fut le troisième Kokage, celui incrusté dans le mur plus tôt, qui c’était désigné comme sacrifice… Il était déjà transformer en bête énorme et il retenu quelque peu le bras du Susanô. La main du Susanô empoigna solidement la créature et serra de plus en plus. Les Kokage avaient beau avoir une force importante sous cette forme, mais les os se fracturaient si facilement, il n’allait pas pouvoir tenir longtemps ainsi.


Reïtarô : Magnez-vous, bandes d’idiots!

Mifuyi, qui s’occupait de Sasari qui s’effondrait peu à peu, pu se libérer de son corps grâce à Hirosuke qui vint l’aider. Itomi et Kisa, toutes deux foncèrent aussi vers Reïtarô et ses fidèles, kunai à la main. Ce fut des corps tombés des gardes qui les empêchèrent d’avancer plus… trois d’entre eux s’étaient relevé.
Akino se relevait tranquillement, tout de même un peu affaiblie. Elle apercevait Mitsumi s’approcher de Reïtarô, toujours aussi effrayée… mais elle n’arrivait pas à désobéir…


Akino : Ne faites pas ça Mitsumi-san! Vous ne méritez pas ça! Vous pouvez avoir mieux que ce que vous avez pu vivre depuis le début ici! On a besoin de vous!

Dans l’action, Mitsumi fut interpelé par la voix d’Akino, elle avait écouté ce qu’elle avait dit et elle c’était même arrêtée pour regarder Akino. Son regard et ses intentions étaient hésitantes.

Mitsumi : Mais… La Canopée..?

Akino : Ce n’est qu’un tissu de mensonge! La Canopée n’est pas Reïtarô, ni Takeru, c’est tous les membres! Vous devez vous accrochez à vos valeurs personnelles, à ce qui vous tient à cœur!

Takeru : Ne l’écoute pas Mitsumi! Si tu les rejoins, tu seras des mauvais côtés et il ne pourra t’arriver que des malheurs.

Reïtarô : Dépêchez-vous!!!

Akino : Toi aussi Takumi! Débarrasse toi des illusions que ces types ont créé et…

Takumi : La ferme!

* Étonnement de d’Akino *

Takumi : Vous êtes les traitres, c’est vous les méchants dans cette histoire! Je crois en Reïtarô-sama et Takeru-sensei plus que jamais! Imbéciles! Idiots! Celui qui m’importe vraiment, c’est Reïtarô-sama!

Akino, à elle-même (Désespérée, attristée) : C’est pas vrai…

Les pas de Mitsumi avaient repris, elle continuait à marcher, bien que toujours effrayée, vers Reïtarô, comme si elle était hypnotisé par ce que provoquait l’homme devant elle.

Shizu, toujours en combat avec Teruki, elle réussit finalement à le pousser assez loin d’elle pour pouvoir s’approcher de Reïtarô sans crainte. Pendant que les derniers fidèles de Reïtarô approchaient…


Reïtarô : Ne perdons plus de temps, mettez une main sur moi.

Kumiko : Vairocana!

Kumiko réussi enfin à réduire en bouillie le Kokage qu’elle avait en main avec son Susanô. Elle enleva son Susanô et préféra ce concentré sur sa technique du Vairocana. Toute la salle ne comprenait pas ce qui se produisait, rien ne se passait. D’ailleurs, plusieurs n’avaient jamais vue la technique de Kumiko. Il n’y avait que les membres de son équipe ainsi que Sasari et Mifuyi, les autres n’en avaient aucune idée. Ça ne changea rien, il ne se passa vraisemblablement rien…

Shizu et Mitusmi étaient les dernières à devoir atteindre Reïtarô.
Takumi, avec Reon sur son dos, Tomo avec Ruito dans ses bras, Takeru et le dernier des Kokage, tous avaient leurs mains sur Reïtarô. Shizu était la première à être tout près de son maitre… mais quelque chose d’étrange se produisit quand elle tenta de le toucher… Elle passait carrément au travers… Kumiko jugea que c’était suffisant et elle cessa sa technique! Shizu et Mitsumi n’étaient nullement où elles croyaient l’être. Ce n’était pas qu’un simple genjutsu, mais ça y ressemblait fortement. Kumiko fit une série de mudra.


Kumiko : Teruki, écarte-toi! Mifuyi, avec moi!

Mifuyi compris tout de suite et Teruki se hâta à s’écarter, tout juste relevé de la poussé que Shizu lui avait infligé. Itomi et Kisa, aidé finalement de Fusazô, eurent enfin raison des gardes et pure foncé eux aussi en direction de leurs adversaires!

Reïtarô : Merde!!!

Kumiko : Futon – Daitoppa!
Mifuyi : Katon – Gôkakyû no jutsu!

Les deux techniques se mélangèrent parfaitement et un puissant jet de feu se dirigea droit vers l’équipe de Reïtarô! La flamme était assez intense pour rendre toute autre source de lumière, dans cette pièce, complètement obsolète, elle provoquait trop de pollution lumineuse. Les deux filles, Itomi et Kisa, qui fonçaient pour attaquer cette même équipe, s’arrêtèrent brusquement. C’était tout juste pour Teruki également qui était passé à deux doigts de prendre feu rapidement.
La carcasse du troisième Kokage se désintégra en un rien de temps et c’est à ce moment que les deux filles cessèrent leur technique… Il n’y avait plus personne…


Itomi : Elles ont réussi?

Hirosuke : …Je ne crois pas, malheureusement. Ce serait trop beau pour être vrai…

Sasari : C’est terminé…

* Étonnement de tous *

[D’un côté de la pièce, Mitsumi, toujours présente dans celle-ci, ce prit d’un plus grand sentiment d’angoisse. Elle n’avait pas pu atteindre son maitre. Reïtarô était partit sans elle… Il l’avait laissé là.
C’était la même situation pour Shizu, qui semblait d’autant plus paniquée! Elle se retrouvait seule à devoir combattre neuf ninjas! Un autre choc la pris à l’intérieur de son corps et elle en crachait du sang. En se retournant vers tout le monde… elle vit pratiquement chacun des visages braqué sur elle, à contre-jour de la lune. Elle n’avait qu’une pensée en tête, c’était de fuir et de retrouver son maitre au plus vite.]

Fin du chapitre 160


____________________________________________________________________________________________________

Allô,

j'espère que vous allez bien encore aujourd'hui. Pas grand chose de spéciale de mon côté, les études et tout. Je viens de me rendre compte, alors que je n'imaginais pas, mais le manga est maintenant terminé depuis deux ans maintenant... j'ai l'impression que ça fait pas aussi longtemps que ça ait terminé. Je parle bien des chapitres de Naruto par contre et autre chose qui m'a surpris récemment, étant donné que je m'informe très peu sur les manga et les news autour, j'ai vue qu'il y avait eu des chapitres pour Boruto, fait pas Kishi... j'étais pas du tout au courant :gene: Ça m'a étonné qu'on en ait pas du tout parlé ici :0

...Bref, le chapitre, le 160e... Ça fait beaucoup dit donc. À chaque fois que quelqu'un me demande si j'aimais/j'aime Naruto, je leur dit que je suis un gros Fan, ils me répondent la plus part du temps qu'eux aussi et qu'ils connaissent tout par coeur. Un peu timide, je leur dit que je suis tellement fan que j'écris une Fan-fiction... jusque là ils se montrent qu'intéressé en mode : Ah ouais, cool... jusqu'à ce que je dise que j'ai plus 160 chapitres d'écrits xD! Aucun n'est venu voir jusqu'à maintenant j'ai l'impression :-/ . En même, temps je comprends très bien les craintes autour des Fan-fiction... on y adhère ou pas du tout.

160e chapitre, c'est quand même pas n'importe quel chapitre. Reïtarô a réussi à faire son plan dans le dernier, il utilise le Yasakani pour se rajeunir et son vieille oeil rajeunit lui aussi pour laisser entre voir un autre MS différent! Qu'est-ce que Reïtarô manigance depuis le début, que fera-il maintenant qu'il a rajeunit? C'est un chapitre important pour la suite des choses, en m'espérant encore 160 autres chapitres (Ben ouais, croyez pas que j'ai encore fini :langue3: )
En espérant que le chapitre vous plaise et sur ce, bonne lecture!


@Mayel J'imagine et j'espère que la suite des choses arriveront à répondre à tes questionnements :gene: . Merci du commentaire :)



Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- Lecture d'un texte
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Mayel Sasuke » 28 Jan 2017, 03:41

Après une semaine alité et dans l'incapacité de me pointer ici, me revoilà ! Parlons de ce fameux chapitre.

Chapitre 160: Œil pour œil : Lors de ma première lecture c'était choquant, à la seconde c'était bizarre et à ma troisième c'était beau. Je vais partir de la première impression à ma dernière. Pour commencer, et ça je ne l'avais pas très bien saisie après ma première lecture ultra rapide Reïtaro est un Uchiwa :| !!!????? Avec son truc de copier les dons héréditaires des gens je pensais que son œil avait pu muter à la même forme que celle de Sasari par ce moyen mais en fait, corrigez moi si je me trompe, ce Sharingan là a toujours été à lui ?

Ce qui nous amène à la première bizarrerie de cette révélation qui est : D'où lui sort sa faculté à "Cloner" les pouvoirs spéciaux des gens ?? Son MS ? J'en doute ! Il a le Yasakami dans l'un et un Susano avec les deux yeux. Et il est probable qu'il aie un Tsukomy comme Sasari dans l'autre donc avec quoi il peut faire ça ? Cela quelque chose à avoir avec Reon ? Mais Reon n'était pas là lorsque Akino a interrompu Reïtaro dans sa tentative avec Sasari. A moins que ça ne soit encore un truc de Takeru ? Mais Shizu avait clairement fait savoir le contraire.

Et puis l'autre truc bizarre auquel je ne voulais pas trop m'attardais mais qui a son importance est de savoir comment un Uchiwa peut haïr son Clan ? J'insiste bien sur le mot, puisque Itachi a décimé le clan par soucis de préservation de la paix mais il n'haïssaient nullement son clan et encore moins sa famille. Même Madara qui s'était fait rejeter par le clan avait porté son fardeau mais n'a JAMAIS montré une quelconque rancune ou hostilité envers les gens de son clan pour ce fait et Idem pour Obito qui avait une dent contre le monde en général sans jamais en vouloir d'une quelconque façon au clan (bien qu'il aie participé à l’éradication de ce dernier). Mais ici, Reïtaro semble avoir une haine viscérale envers le clan comme s'il venait d'ailleurs !! Un Uchiwa qui haï son clan et renie son sang (motif de fierté même pour les renégats) ça ne se fait pas ! On est pas chez les Hyûgas ici ! Tout le monde est plus ou moins libre de vivre sa vie comme cela lui chante alors; il la sort d'où sa haine Reïtaro ??

Et enfin, l'élément le plus bizzare et facheux de tous, c'est comment il peut savoir les pouvoirs qu'auront les MS de quelqu'un n'ayant même pas encore éveille le Sharingan ou même mieux ne sachant même pas encore marcher tout seul ?

Cela dit, on a enfin un semblant d'explication sur la relation entre Reïtaro et Kumiko il ne reste plus qu'à connaitre d'où Reïtaro l'a vraiment piqué par là j'attend sa vraie famille et pourquoi lui avoir donné les yeux de son paternel pour ensuite l'abandonné dans un resto alors qu'il aurai pu enrôler dans sa bande directement et avoir un appât pour les deux Uchiwas ?

Et pour finir, ma partie préféré du chapitre : le combat et surtout lorsque tout le monde se Mangekyoutise avec joyeusetés ! C'était tout bonnement sublime

La fin par contre c'était à la fois sublime à cause de ce que Kumiko a réussie à faire et affreux parce que ça laisse un très grand goût inachevée.

Quoiqu'il en soit merci pour le Chapitre et courage avec les cours c'est notre truc à tous et en ce qui concerne Boruto j'ai trop accroché mais je verrais ça une fois adapté en Animé. Mais entre temps bonne soirée et vivement la suite...
Image
Toute la sagesse de notre credo est transcrit dans ces paroles. Nous agissons dans l'ombre pour éclaircir le monde. Nous sommes des Assassins. Rien n'est vrai, tout est permis.
Avatar de l’utilisateur
Mayel Sasuke
Sennin
 
Messages: 3794
Inscription: 07 Juil 2012, 14:02
Localisation: A la recherche de la vérité universel
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 28 Jan 2017, 05:54

Chapitre 161 : Sauver la sauveuse

Spoiler :
Grande tour

[Ce jour était de loin le pire que chaque membre de cette organisation aurait pu vivre. Il avait été lourd en émotion et exténuant en révélation. Si l’un d’entre eux avait le pouvoir d’effacer la mémoire, il n’hésiterait pas une seconde à vouloir oublier ce qui venait de se passer. Tous, particulièrement, les Uchiwa, étaient vidé de leur chakra. Sasari arrivait à peine à se relever alors qu’Hirosuke était derrière lui à le soigner. Mifuyi et Kumiko avaient tout donné dans cette dernière attaque.

Tous n’avaient une très bonne mine, mais la pire était celle de Shizu, pris d’un moment de panique. Elle était elle aussi bien affaiblie par ces nouvelles techniques. Elle avait été aussi vidée de son chakra lors de l’utilisation du générateur. Malgré tout, elle restait debout, en position pour utiliser les techniques de Jûken à tout moment.
Shizu agissait comme un animal cerné par quelque chose qui lui semblait presque impossible à s’échapper.

Du côté de Mitsumi. Elle s’était affaissée sur ses deux genoux, le regard toujours ahurie par tous les événements qui l’auront effrayé du début à la fin.]


Shizu : * Se prend d’un mal de tête * Mitsumi… levez-vous. On doit rejoindre les autres. La plus part d’entre eux sont affaiblie, on peut se frayer un chemin.

Mitsumi : …

Akino : C’est inutile Shizu…

Shizu : Ne t’approche pas..! Aucun ne doit approcher!

Akino : Tu dois te rappeler Shizu! Si on en est arrivé jusqu’ici, c’est en grande partit grâce à toi! Tu es l’une de celle qui n’a pas le droit d’être dans le camp de Reïtarô! Tu n’as jamais été avec lui pendant tout ce temps, ce n’est pas maintenant que tu vas te mettre à croire ce qu’il dit!

[Les maux de têtes étaient infernaux pour Shizu! Elle arrivait à peine à garder un seul œil ouvert pour observer ce qui l’entourait. Depuis un moment déjà que le Byakugan avait disparu de son visage, elle n’avait pratiquement plus rien pour se défendre.]

Shizu : Reïtarô-sama m’a tout donné. Il est celui qui a fait ce que je suis. Je ne l’abandonnerai pas aujourd’hui.

Teruki : Shizu!!!

* Étonnement de l’hyuga *

Teruki : Cesse de faire ton imbécile! Réveille-toi! Tu n’as pas le droit d’être aussi faible! J’ai tant de fois accepté les nombreuses corrections que tu m’infligeais, mais cette fois c’est beaucoup trop! Je n’accepterai jamais de te voir ainsi.

Shizu : Qu’est-ce que tu racontes… C’est vous qui m’avez poussé à en arriver là!

Teruki : Tu dois te souvenir Shizu! Tu dois te souvenir de… de…

* Silence *

Shizu : De quoi…!

Teruki : Tu dois te souvenir de tous tes amis! C’est pour ça que tu es dans la Canopée, n’est-ce pas!?

Shizu : * Se prend d’un horrible mal de tête, s’effondre à genoux au sol * Arrggh!!! Non…! Non c’est faux! Je suis ici pour… mes am… non! Pour Reïtarô! Reïtarô-sam… kssssh!!!

Teruki : C’est faux! C’est faux, c’est faux, c’est faux!

Shizu : Tu n’en sais rien pauvre idiot! Idiot! C’est tout ce que tu es! C’est tout ce que vous êtes! Vous ignorez tout du maitre et de ses ambitions!

Teruki : Et qu’est-ce que t’en sais toi de ses ambitions! Dit le moi!

Shizu : Il veut… Il veut… Ça ne te regarde pas, tu n’as pas à le savoir après tout…

Teruki : C’est toi la plus imbécile ici!

* Silence *

Teruki (Attristé, ému) : Comment une technique peut autant faire souffrir… Il n’y a qu’un monstre pour vouloir changer les gens ainsi… Shizu… Comment a-t-il osé effacer tout ce que tu pouvais ressentir pour tes amis… Il t’a ruiné…

[Sur ces derniers mots, Shizu toussa encore plus de sang, son mal de tête empirait comme jamais. La technique combattait tellement. Shizu n’était plus concentré que sur autre chose que de lutter contre cette souffrance qui la torturait.

Teruki, la tête bien basse, le regard dans pénombre, il commença à faire quelques pas en direction de Shizu, elle qui s’agitait vivement. Pendant sa marche, il enleva son manteau que Sasari lui avait donné et dans un petit sac qu’il avait à la taille, il cherchait quelque chose. Tous l’observait s’approcher de Shizu.]


Hirosuke : Hé… Teruki… Qu’est-ce que tu fais Teruki... Hé attend, ne fait pas n’importe quoi, c’est Shizu!

Teruki : Mes paroles ne valent rien… Je vais en finir avec ça…

Akino : Non arrête, ne fait pas ça! Teruki! Il y a encore moyen de…!

[Personne n’était à proximité de Teruki et de Shizu. Personne n’était suffisamment apte à pouvoir s’approcher à temps pour tenter d’interrompe Teruki dans sa marche, fouillant dans son sac d’armes…

Le jeune garçon était déjà tout près de Shizu qui se remettait à peine de la crise mentale qu’elle venait d’avoir. Elle était assez épuisée qu’elle ne voyait même pas Teruki s’approcher d’elle.
Tant pis, Akino, et même Itomi et Kumiko, à qui il restait encore un peu d’énergie, accoururent vers Teruki pour l’empêcher de faire la bêtise qu’il allait faire!

Teruki ne se souciait de rien. Il s’accroupit devant Shizu, pour se mettre à sa hauteur ; il avait enfin trouvé ce qu’il cherchait dans son petit sac… La scène semblait se dérouler au ralentit. Akino, Kumiko et Itomi semblaient encore loin de pouvoir l’empêcher tant dis qu’Hirosuke et les autres ne pouvaient qu’être spectateur de ce qui allait se passer. Lentement, il sortit ce qu’il avait de son sac et dirigea l’objet vers Shizu…]


* Étonnement de tous *

Shizu : * Reprend un peu ses esprits * Qu’est-ce que c’est?

Teruki : C’est à toi…

[Teruki n’avait pas une arme en main, mais un petit carnet noir. Il était usé et des traces de sable et de terre étaient visibles. Sur le dessus, il y avait d’écrit : Pour Shizu.]

Shizu : C’est mon écriture… Mais pourquoi : «Pour Shizu»…?

Teruki : C’est toi qui l’as écrit. Je crois qu’il s’agit de ton journal secret… celui que nous devions chercher.

* Étonnement de Shizu *

Hirosuke (Étonné) : Tu l’as trouvé?

Teruki : Je n’ai pas eu le temps de tout le feuilleté, je n’ai pas voulu poussé ma curiosité trop loin… je voulais respecter ton intimité un tant soit peu. Les passages que j’y aie lus… impossible que tu puisses oublier qui sont tes amis. À voir comment tu as écrit tout ça, nous sommes ce qui a de plus important au monde pour toi…

[Shizu semblait confuse sur ce que disait Teruki. Les maux de têtes reprirent aussi, mais ça l’intrigua assez pour que son attention reste sur ce que tenait Teruki. Ce livret ne lui disait absolument rien en apparence… Mais le calme qui régnait dans la voix de Teruki la mettait un peu de confiance et elle décida d’être curieuse. Elle prit le livret.
Le simple fait de voir entre les pages, ils étaient évident que personnes d’autres qu’elle aurait pu écrire tout ceci… Elle ouvrit une page au hasard.]


Shizu : Reïtarô = Celui qui efface nos mémoires/ Reïtarô a changer la mémoire de Sadami … Impossible. * Change de page * Le parchemin que devait remettre Kumiko à Iwa, il s’agit d’une liste de personnes à… * Se prend d’un autre énorme mal de tête, change de page * Reïtarô et Takeru ont voulu me faire un examen récemment…

Teruki (Intrigué) : C’est vraiment écrit ça?

[Shizu changeait les pages et à chaque nouvelle, elle était de plus en plus subjuguée. Jamais aucun des membres ici présent n’avait vue Shizu dans un état d’affolement, c’était comme si une autre personne était devant eux.]

Hirosuke : Pourquoi tu ne nous avais pas dit que tu l’avais trouvé, Teruki!

Teruki : Parce que ce livret appartient à Shizu! Je voulais le lui remettre directement, comme ça. Personne n’avait à lire ce qui avait écrit là-dedans! En plus, je n’étais pas au courant pour les passages qui accusait Reïtarô, je n’en savais rien…!

Shizu : Trouvé? Où?

Teruki : Tu sais où… Réfléchis…

Shizu : * Se prend d’un mal de tête * J’en sais rien moi! Dit le, c’est tout!

Teruki : Pff… très bien, je vais t’aider à te remémorer… Tu permes qu’on le regarde ensemble?

[Teruki se releva quelque peu et pris son manteau et le mit par-dessus les épaules de Shizu. Elle y était intriguée au moment du geste, mais visiblement, rien de dangereux, c’était un simple geste de sympathie. Le garçon s’assit à nouveau près de Shizu, à sa droite, les jambes croisé et il prit le livret de manière à ce que les deux puissent voir l’intérieur. Shizu restait curieuse et continuait de regarder ce que Teruki allait lui montré.

Akino avait aidé Mitsumi, qui elle n’offrit aucune résistance et l’emmena près des autres.]


Akino : On va le laisser se débrouiller seul avec elle.

Fusazô : On parle quand même de Teruki, tu es sûre de ne pas vouloir qu’on intervienne?

Akino : … J’ai confiance en lui. Il est maladroit, mais dans des moments comme ça, je suis certain qu’il est capable de mieux l’aider que nous. Puis, Shizu est dans un état où on ne devrait pas trop tous l’approcher.

Kumiko : Comment va Sasari?

Hirosuke : Il était éveillé il a à peine quelques minutes, il s’est endormit… c’était une rude journée.

Mifuyi : Qu’est-ce qui va se passer maintenant… * Soupir * Ce type… il a réussi à s’échapper vivant. Je n’ai plus la force de courir en ce moment. Seulement de penser de devoir courir après cet homme, j’ai l’impression que c’est ce qu’il voudrait qu’on fasse… J’ai ce sentiment qu’il continue à nous manipuler…

Hirosuke : On est les seuls à pouvoir l’arrêter… Je ne sais pas ce qu’il projette de faire, mais je crois que ça ne sera pas avant un moment qu’il y arrivera. Il n’y a qu’à voir ce qu’il a construit avec la Canopée. Les deux premières étapes de son plan ont mis une dizaine d’années avant d’en arriver où il en est…

Kumiko : Il a dit vouloir récupérer mes yeux… Il veut l’Eien no Mangekyô Sharingan.

Mifuyi : C’est à se demander ce qu’il en ferait. Il avait le Yasakani et au vue de comment il l’utilise, il ne parait pas se soucier de la perte de lumière, tout ça lui semble bien égal. Selon moi, il ne les désire pas maintenant.

Itomi : Vous êtes enfin libre en ce moment! Il y a plus rien qui vous dit comment agir, on peut enfin tous faire nos choix à notre manière, tous ensembles! On a encore du temps pour repenser à ce type, il y a plus autant d’inquiétudes à ce faire, tous les problèmes en ce moment sont partit!

Hirosuke : C’est vrai qu’on devrait peut-être se réjouir des petits bonheurs que ça apporte dans ce grand malheur…

Kisa : Je crois qu’il va me falloir un certain temps avant de m’en remettre… Ça semble s’être calmé définitivement… Ça vous dérange si je monte dormir. Je crois qu’une nuit de sommeil me ferait le plus grand bien…

Hirosuke : Teruki semble se débrouiller avec Shizu, on dirait qu’elle s’est calmée. Il faudrait mieux pour vous, les trois Uchiwa, de prendre du repos, vous avez été les plus affecté dans cette histoire et de toutes les manières. Vous méritez enfin de vous reposer un peu.

Mitsumi : Vous allez m’enfermer? Qu’allez-vous faire de moi..?

Akino : Mitsumi-san… Je sais que Reïtarô ne vous a pas effacer la mémoire sur nos identités… nous sommes toujours les mêmes que vous avez connu. C’est lui qui n’est pas celui qu’il a prétendu être. Je sais que c’est dur à admettre pour toutes ces années que vous avez dû passer avec lui, mais croyez-moi, c’est la vérité.

Mitsumi : Tout est terminé, tout est fini? Les autres ne reviendront pas..?

Akino : Désolé Mitsumi…

Mitsumi (Craque, pleure) : Pourquoi en si peu temps, tout cela est arrivé..? Tout le monde était heureux et maintenant tout est détruit… * Se cache dans ses mains * Ma famille s’est détruite…

[Un fort sentiment d’empathie envers Mitsumi gagna la salle. Tout ce temps où les membres avaient pu connaitre Mitsumi, personnes ne l’avait jamais vue enlever son sourire. Peu importe la situation, elle arrivait à rester elle-même, heureuse. En quelques jours seulement, sa bon humeur c’était changer en peur et dans ces derniers instants, elle était terrifié par tout ça. Toute cette expérience l’avait démolie, jamais personne n’aurait pensé la voir un jour en pleure ainsi. Même Akino ne pouvait se retenir de lâcher une larme face à l’effondrement de la personne qu’était Mitsumi.]

Akino : Je m’occupe de la monter avec vous.

Itomi : Je vais rester ici.

Fusazô : Moi aussi, je vais récupérer tranquillement ici. Et les corps des gardes, je vais m’assurer qu’ils soient bien tous mort. Puis on ne sait pas ce qui peut arriver encore avec Shizu.

[Hirosuke, Kisa et Akino s’occupèrent d’aider les autres à monter à l’étage, tandit qu’Itomi et Hirosuke s’installèrent à un endroit de la pièce pour se reposer un peu durant ce reste de nuit… Teruki et Shizu étaient toujours dans leur coin à feuilleté le petit journal. Apparemment, les maux de têtes semblaient avoir cessé de plus en plus, mais elle ne paraissait pas avoir retrouvé la mémoire comme d’autres… D’ailleurs, très peu avait réellement retrouvé la mémoire sur l’identité de Sasari.]

____________________________________________________________________________________________________

[Un doux soleil pénétra par la grande ouverture qui avait été faite lors du combat d’hier. La rosée s’était posée partout, sur la pierre froide, et la lumière y rebondissait pour donner un effet aveuglant quand on regardait les régions humidifiées. La première à se tiré de son sommeil, ce fut Shizu.

L’Hyuga était encore très affaiblie de son combat d’hier, elle avait d’ailleurs toujours un mal de crâne. En ouvrant les yeux, lentement, elle se demandait premièrement où elle était. Shizu était assise dos à un mur et s’était endormit à cet endroit. Sa tête était accoté sur l’épaule de Teruki qui lui aussi dormait toujours. En s’en rendant compte, embarrassée, elle se redressa rapidement.

Devant elle, Shizu pouvait voir Itomi et Fusazô. La première, endormit elle aussi au dos d’un mur et le second, recroquevillé sur lui-même dans un coin de mur, il semblait dormir. Tranquillement, Shizu se leva, prenant soin de ne pas réveiller Teruki et inspecta l’endroit… Elle se dirigea particulièrement vers le trou dans le mur, donnant à l’extérieur. Huit corps avaient été disposés sur le sol, devant. Six corps avaient été momifié avec du simple tissu et les deux autres, c’était la même chose, mais beaucoup plus soigné. Shizu avait compris que les six premiers corps devaient être les gardes. Fusazô les aurait achevés? Les deux autres corps, une inscription étaient marqué sur chacun… Ça étonna grandement Shizu quand elle lue. L’un avait d’écrit «Chen» et l’autre «Kureto»… En se retournant rapidement, elle vit deux des lits cryogéniques ouverts. Aucun doute, ils avaient été des victimes du plan de Reïtarô.

Shizu montra un sentiment de déception au vue de la mort de ses deux camarades, mais elle s’en releva. Le manteau qu’elle avait toujours sur le dos, celui que Teruki lui avait mis sur les épaules, comme si de rien était, elle l’enfila définitivement, les deux bras dans chaque manche et elle boutonna le tout…

En silence, elle regarda à nouveau les autres. Ils n’étaient pas dans le meilleur de leur état, mais visiblement, aucune autre attaque s’était produit durant le reste de cette nuit, ou du moins, pour les trois autres présents dans cette pièce, aucune garanti pour les autres…

Shizu sortit l’une de ses mains hors de sa manche et la regardait de plus près. Lentement elle en fit sortir un os. Elle n’en fit que peu surpris, puis après un moment, elle fit un mouvement vers le bas avec le bras pour complètement en sortir une épée… Ça ne fit que l’intriguer. Une douleur dans le même bras lui pris… La régénération d’os n’était pas instantané, Shizu sentait une faiblesse éphémère quand elle sortait l’un de ses os… Elle frappa son épée d’os sur l’un des murs, du plus fort qu’elle le pouvait… L’épée restait intacte, elle était hautement plus résistante que des os normaux. Elle rangea son épée dans son manteau.

Elle décida ensuite de s’approcher d’Itomi, celle la plus près, pour la réveillé tranquillement. Elle ne fit que la prendre par l’épaule et secoua légèrement. Ça fonctionna. Itomi ouvrit les yeux tranquillement, mais quand elle vit qui la réveillait, son regard s’ouvrit en un instant. Elle hésita dans ses actions…]


Itomi : Qui est le compagnon de Mifuyi et Kumiko?

Shizu : Sasari…

Itomi : Tu as retrouvé la mémoire? Quand?

Shizu : En me réveillant, je ne sais pas… J’ai toujours autant la migraine, mais je me souviens de tout…

Itomi : * Soupir de soulagement * Tout est revenu à la normal alors, ç’aurait été triste d’arrivé jusqu’ici sans que tu puisses être là en étant toi… T’imagine si tu avais retrouvé la mémoire par mégarde en continuant à suivre Reïtarô et les autres…

Shizu : C’est ce qui m’est arrivé. Lorsque Takeru nous as attrapé, moi et Mifuyi, j’ai retrouvé la mémoire à un moment et j’ai continué à jouer le jeu pour que Takeru me mène à Reïtarô. J’aurais pu arrêter ses expériences, mais j’ai échoué. Il a vu que je jouais le jeu et j’ai rien pu faire ensuite, Takeru m’a lavé le cerveau une autre fois. Voilà ce qui en résulte…

Itomi : Ç’aurait pu être pire. Il ne s’en est certainement pas sorti indemne, il sera ralentit pour la suite des choses. Voyons le positif, non?

Shizu (Sourit) : Oui, c’est vrai.

Itomi : On devrait aller voir les autres, ils sont à l’étage des chambres.

[Ceci dit, ceci fait. Shizu et Itomi avait transporté les corps encore endormit de Teruki et Fusazô jusqu’au haut de la tour. Elles ne trouvèrent pratiquement personne à l’étage des chambres, elles trouvèrent tout le monde à l’étage de Reïtarô, le dernier, où la grande porte était complètement défoncée encore.

Seul Hirosuke était éveillé, il se montra bien heureux de voir Shizu revenu à la normal. Fusazô et Teruki furent déposé sur des lits vacants.]


Hirosuke : J’ai préféré mettre tous les matelas ici, c’était plus facile pour moi d’aider les autres… J’ai pas dormis de la nuit…

Itomi : Il manque les trois, non? C’est pratiquement impossible qu’ils soient déjà éveillés, ils sont où?

Hirosuke : À l’infirmerie, plus bas. Ils avaient besoin de soin un peu plus important et de meilleurs lits que ceux-ci. Mitsumi est aussi avec eux… Elle est encore trop en état de choc, tout ça l’a terriblement affecté, plus qu’on le pense. Kumiko a veillé sur eux, c’était elle qui était encore le mieux en forme, grâce au combat qu’elle a pu s’éviter contre Sasari. Selon-moi, les deux autres, surtout Sasari, en ont pour deux jours, voire trois, à dormir. L’utilisation du Susanô à plusieurs reprises et du Mangekyo Sharingan a eu raison d’eux hier.

Shizu : Je descends prendre la relève de Kumiko dans ce cas. Ça aidera peut-être Mitsumi à se convaincre qu’elle a fait le bon choix si elle me voit.

Hirosuke : De mon côté, si tu me le permets Itomi, je vais récupérer un peu aussi… Les autres n’ont besoin que de sommeil… comme moi. Ça devrait aller.

____________________________________________________________________________________________________

Dans un lieu inconnu

[Alors qu’une lumière agréable avait emplie la froide tour qu’était la Canopée, un tout autre endroit, encore inconnu, ne fit rien de cette lumière. Il s’agissait d’un drôle de repaire. Dans l’une des pièces de ce repaire, on put voir une personne assit sur un lit et où plusieurs bandage de tout types avec des inscriptions sur le dessus. Devant ce corps, une jeune fille attendait patiemment, ayant de la difficulté à rester complètement éveillé. Elle avait le regard bas et sans vie.

Une ombre apparut derrière cette jeune fille…]


Kokage, premier : Je prends la relève pour Ruito, Takumi. Tu peux y aller.

Takumi : Je vais m’occuper du maitre dans ce cas.

Kokage, premier : Takeru est déjà avec lui. Le maitre n’a besoin que de repos pour le moment. Il n’y a plus de crainte à y avoir.

Takumi : Et pour Tomo et Rui…

Kokage, premier : Takumi… Plus on tire sur une feuille accroché à un arbre, plus la feuille s’effrite et les risques qu’elle tombe augmente aussi. Parfois, il faut laisser les choses comme elles-sont et simplement observer.

* Silence *

[Trop tard, Takumi s’était endormit sur sa chaise. Elle fut transportée sur un lit à l’intérieur du repaire sombre.

Dans une autre pièce, Takeru lisait tranquillement un livre qu’il avait, assit lui aussi sur une chaise, prenant soin d’attendre le réveille de son maitre, non loin de lui. Tout l’habitat avait été emménagé pour ça. C’était quelque chose qui n’avait forcément pas été construit à l’improviste durant la nuit. Le lit dans lequel dormait Reïtarô était grand et en apparence très confortable. Il paraissait si jeune, alors qu’il n’y avait que quelques heures de cela, il était si faible et vieux.

Sur une table, non loin dans la même chambre, la carte du ciel, celle où tout était indiqué, était posée sur un présentoir bien esthétisé. Tout le reste, dans cette pièce, ne paraissait pas aussi important que cet objet, à croire qu’il s’agissait d’un objet important pour la suite des choses.]

Fin du chapitre 161


____________________________________________________________________________________________________

Hello!


How are you today? Moi qui croyais qu'on était jeudi et bien non, on est vendredi, ce qui n'est pas pour me déplaire, mais en même temps, les dates de remises approches plus rapidement que je pensais :( . Sinon, la vie suit son cours, j'ai pas grand chose à vous dire de particulier :gene: (Encore une fois) À part que le mur entre le Mexique et les USA ne devrait tardé à commencer à être construit... Trump est enfin en fonction :triste1:

Chapitre 161, suite des événements. Reïtarô a enfin disparût du paysage... Ce qui est plutôt un gros tournant mine de rien, ça fait depuis le chapitre 62 (Environ 100 chapitres) qu'ils étaient coincé avec lui... Et encore, ils sont encore à la tour de la Canopée ces jeunes. J'en dis pas plus, je vous laisse lire ce chapitre. En espérant qu'il vous plaise!


@Mayel Sasuke Haha, malheureusement, le seul questionnement au quel je peux te répondre est : «Pourquoi Reïtarô n'a pas pris Kumiko dans son organisation?» Tout simplement car Kumiko n'était pas encore sous la tutelle de Hide, mais sous celle d'Orochimaru. Ce dernier n'avait aucune idée que les yeux qu'elle avait reçu était ceux d'un Uchiwa et probablement que dans le futur, Reïtarô l'aurait prise comme il avait pu prendre Hirosuke. Disons que Reïtarô a pu être très chanceux que Kumiko soit retourné, par accident, vers lui, car il n'avait certainement pas prévu que Kumiko échappe aux mains d'Orochimaru d'elle-même.
Je relis rapidement ton commentaire, j'hésite à dire ceci, mais étant donné que c'est dit dans mes chapitres ce sera pas tant du spoil. Donc, il y a un moment où Reïtarô certifie les paroles d'Hirosuke disant que l'oeil qu'il a retrouvé est bien le sien, tant dit que celui qui a pu remonter le temps, celui du Yasakani, est une copie de celui de Sasari. Visuellement, les deux Mangekyo sont différents et l'un d'eux a un symbole identique à celui de Sasari, vue que c'est une copie.
Voilà, en espérant avoir pu t'éclairer sans trop t'en révéler non plus... mais je crois que ça va aller :cote: .
Merci du commentaire!


Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- Lecture d'un texte
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Mayel Sasuke » 31 Jan 2017, 23:17

T'es perplexe à propos de Trump ? Pourtant le Canada est l'un des pays où son entré en fonction est la bienvenue, mais enfin bref...

Sasari a écrit: Reïtarô a enfin disparût du paysage... Ce qui est plutôt un gros tournant mine de rien, ça fait depuis le chapitre 62 (Environ 100 chapitres) qu'ils étaient coincé avec lui... Et encore, ils sont encore à la tour de la Canopée ces jeunes.


Ça tu l'as dit !! Cet Arc aura carrément pris le presque 2/3 de l'histoire et il n'est même pas encore finis.

Sasari a écrit:Tout simplement car Kumiko n'était pas encore sous la tutelle de Hide, mais sous celle d'Orochimaru. Ce dernier n'avait aucune idée que les yeux qu'elle avait reçu était ceux d'un Uchiwa et probablement que dans le futur, Reïtarô l'aurait prise comme il avait pu prendre Hirosuke.


Hirosuke était un cobaye propre à Orochimaru ( C'est ce que l'histoire laisse transparaître en tout cas) donc c'est plutôt normal que Reïtaro aie dû faire des efforts pour l'avoir mais j'ai quand même beaucoup de mal à comprendre en ce qui concerne Kumiko car c'est bien Reïtaro ou Takeru qui l'ont enlevé (Je déduis ça du fait que Kumiko connaissait Reïtaro avant de rejoindre la Canopée et aussi à cause des cauchemars que cette dernière faisait de Takeru) donc Reïtaro n'aurai pas pu juste la garder pour lui ? Pourquoi la remettre à Oro ?

Et admettons que je confondes les choses et que ça soit Orochimaru qui avait les choses en main. Reïtaro serait suffisamment stupide pour confier les précieux yeux de son père à quelqu'un (Kumiko) dont il n'est pas certain d'avoir l'emprise dessus plus tard (à cause de Oro) ? Et s'il en est arrivé là ça voudrai dire que Orochimaru savait pour son identité ?

Bref, il y a un tas de question qui me passe par la tête. Je vais revoir les anciens chapitre pour fixer un peu les choses dans ma tête, il semblerai que toutes ces poses m'aie fait perdre des bribes important de l'histoire. Et concernant les yeux de Reïtaro je comprend mieux.

Concernant le chapitre de cette semaine je n'ai pas très grand chose à dire. Teruki remonte dans mon estime pour ce qu'il a fait. Au moment où il s'est approché de Shizu pour tenter de lui montrer le truc dans son sac je craignais déjà en bougeant la tête qu'il nous sorte un truc complètement timbré comme à son habitude (du genre le vêtement qu'il voulait faire enfiler à Shizu lors de leur parie durant la mission vers Iwa :perv: ) je suis fière qu'il m'aie donné tort :) Pour le reste le chapitre parle de lui même. Par contre, ce que j'ai trouvé un peu bizarre c'est la partie où Itomi et Shizu "portent" Teruki et Fusa pendant que ces derniers dorment, c'est pas rien ça :| ! Les femmes de cette organisation ont une force colossale.

Lors des prochains chapitre il faudra maintenant redéfinir les objectifs de tout un chacun, décider de la direction que prendra l'organisation (si elle n'est pas dissoute) et consolider la cohésion du groupe. J'ai hâte de voir ça d'ici là Merci une fois de plus pour le chapitre et bonne soirée.
Image
Toute la sagesse de notre credo est transcrit dans ces paroles. Nous agissons dans l'ombre pour éclaircir le monde. Nous sommes des Assassins. Rien n'est vrai, tout est permis.
Avatar de l’utilisateur
Mayel Sasuke
Sennin
 
Messages: 3794
Inscription: 07 Juil 2012, 14:02
Localisation: A la recherche de la vérité universel
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: [Spoil] Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 04 Fév 2017, 04:54

Chapitre 162 : Le sourire d’avant
Spoiler :
Grande tour

[Comme Hirosuke dû le dire, il fallut au moins deux jours pour que Mifuyi et Kumiko puissent complètement s’en remettre et Sasari n’en avait toujours pas fini, il était toujours cloué au lit, complètement inconscient.

Durant les deux jours où les trois étaient en répit, tous les autres avaient eu assez de temps pour reprendre leur force. Fusazô avait fait enterrer les corps de Chen et de Kureto. Des funérailles avaient été préparées en leur nom. Fusazô ne s’entendait plus autant avec son ancien camarade durant les derniers temps, mais il restait tout de même un vieil ami à lui avec qui il avait pu parcourir un long chemin et un long rêve. Chen, ainsi que Kureto, restaient également des membres à part entière de l’organisation. Malgré qu’ils étaient du genre à rester à l’intérieur pour servir les repas, chaque membre les voyait au moins une fois par jour, pendant près de 180 jours… Difficile pour les ninjas présents de se dire qu’ils n’auront plus l’occasion de les revoir.

La seule qui avait été absente en cette journée, hormis les trois Uchiwa, ce fut Mitusmi. Cette dernière refusa de quitter sa petite infirmerie. Elle acceptait d’aider Sasari, Mifuyi et Kumiko, mais elle s’était convaincu qu’elle resterait pour toujours dans cet endroit. Souvent les autres tentaient de lui parler pour lui faire entendre raison, mais Mitsumi ne répondait pas. Elle ne s’occupait même pas de manger, c’était les autres qui lui apportaient. La plus part du temps, les autres la voyaient soit en train d’observer les Uchiwa pour prendre soin d’eux, soit en train de dormir. Elle disait qu’à un moment, elle arriverait certainement à se réveiller au bon endroit… comme tout était.

Le jour où Mifuyi et Kumiko se réveillèrent, les ninjas éveillés parcoururent tous les racoins de la tour, particulièrement les lits cryogéniques. Comme ils le pensaient, il y avait plus d’une centaine de ces machines et presque toutes étaient occupées. Aucun survivant. Il pouvait s’agir de simples passants comme de ninjas, mais heureusement, aucun enfant en bas de dix ans. Aucune personne âgée d’ailleurs. Hirosuke remarqua que les premiers lits, ceux le plus au fond, contenait des corps de n’importe quel type, et que plus ils se rapprochaient du trône, plus les corps étaient mieux choisis. Comme si Reïtarô s’étaient rendu compte que les victimes qu’il devait choisir devaient au minimum avoir un bon potentiel de chakra. Que faire de tous ces corps?

Une équipe formée d’Itomi, Fusazô, d’Akino et de Mifuyi fut envoyé sur le dessus du lac. Le but était de vérifier si la grande murène était toujours présente. Après de bonne inspection, ils se rendirent compte tous que non, la voie était libre. En parcourant les profondeurs un peu mieux, Itomi vit au fond du lac qu’il y avait des hélices. Les courants créés par les rivières qui entraient dans le lac les faisaient tournées et probablement que la murène aidait à accentuer cet effet. C’est ce qui produisait l’électricité nécessaire pour alimenter la tour.

Les ninjas décidèrent d’emmener les corps et de les mettre au fond du lac… C’était inutile de faire un effort supplémentaire pour eux. Certains étaient potentiellement disparut depuis plus d’une dizaine d’année.

Le reste du temps, les ninjas s’occupaient à se rééquiper du mieux qu’ils le pouvaient. Akino, qui avait perdu tous ces parchemins d’invocations, dû en réécrire de nouveaux, un simple glaive ne suffisait certainement pas. Fusazô avait invoqué de nouveau Machi pour voir comment elle allait et heureusement, elle n’avait rien de grave, elle pourrait facilement reprendre le combat bientôt s’il le fallait. Mifuyi avait passé une bonne partit de son temps à réparer des masques qu’elle avait épuisés. Kisa avait démontré de bonnes aptitudes en couture et pris de vieux uniformes de la Canopée et autre morceau de tissu pour faire de vrai manteau, comme Sanshô avait pu faire. Les manteaux en cartes n’étaient plus aussi solides et s’effritaient. Puis, finalement, Shizu testait encore ses capacités à contrôler ses os.

Au début troisième jours, en tout début de journée, Sasari repris enfin connaissance. Il n’eut pas de difficulté à reprendre conscience, il se leva même de par lui-même. Personne autour de lui, enfin, jusqu’à ce qu’il voit Mitsumi dans le lit à ces côtés. Elle dormait sur le côté, peu probable qu’elle soit blessée en ce moment. Sasari en vint à la conclusion qu’il faisait nuit et qu’elle avait dû s’occuper de lui durant tout ce temps. Ça le soulagea d’apprendre qu’elle n’avait pas suivi Reïtarô. Il s’agissait maintenant de savoir qui était où dans tout ça.

Son manteau était sur l’une des chaises devant les écrans des appareils médicaux. Sur l’un des moniteurs, l’heure y était affichée et pourtant, il était 9h42… c’était bien le matin. En se retournant, Mitsumi se levait enfin elle aussi. Celle-ci, étant dos à Sasari, se dévirant, vit immédiatement le jeune garçon debout, avec son manteau sur les épaules.]


Mitsumi : … * Sourit du mieux qu’elle peut * Il ne manquait plus que vous, Sasari-san. Je crois que Reïtarô-sama vous attends en haut…

Sasari (Furieux) : * Active son sharingan * Quoi!?

[Même pas le temps de voir si Sasari était en bon état, il fonça directement sur la porte pour sortir et foncer.]

Mitsumi : Oh non… je suis encore dans ce rêve…

[Ça suffit à mettre une confusion dans l’esprit de Sasari et il referma la porte qu’il avait entre-ouverte. En se retournant vers Mitsumi, il vit mieux son visage qui montrait de grands signes de fatigue.]

Sasari (Doute) : Reïtarô, il est partit, n’est-ce pas?

Mitsumi : Ça dépend… j’aime croire que non, si possible.

Sasari : Combien de temps j’ai passé dans cette état?

Mitsumi : Oh… Je… je ne me souviens plus trop… Longtemps je crois. Si tu en cherches d’autres, ils sont à l’extérieur, je crois qu’ils doivent trainer près de la grande salle.

Sasari : Et vous? Que faites-vous?

Mitsumi : Je compte me réveillé de ce… de ce genjutsu… ce ne peut pas être ça la réalité. La Canopée doit être uni, il manque beaucoup trop de membres dans ce rêve.

Sasari : C’est moi qui suit dans un rêve… pas vous. Je n’y crois pas.

Mitsumi : Qu’est-ce que vous dites, je suis bien réelle moi.

Sasari : * S’approche de Mitsumi * Alors, vous n’êtes pas Mitsumi, c’est impossible. Qui es-tu?

Mitsumi : Pourquoi doutez-vous de mon identité? J’étais allongé à vos côté durant tout ce temps, je prenais soin de vous et de Mifuyi… et de Kumiko.

Sasari : C’était peut-être qu’une ruse pour m’y faire croire. La vrai Mitsumi n’est pas comme vous, vous jouez très mal le jeu.

Mitsumi : Puisque je vous le dit, Sasari-san! Je suis la vrai Mitsumi, je peux vous faire un test d’ADN si vous le souhaitez, ces machines sont fonctionnelles encore.

Sasari : Ce n’est pas suffisant. Prouvez moi autrement que vous êtes la vraie.

Mitsumi : Je peux vous montrer mes talents en soins si vous le désirez… Je peux même dire des choses sur mon passé.

Sasari : Des choses où j’y étais, je veux que vous m’en disiez.

Mitsumi : Bien, c’est moi qui vous suivais lors de votre épreuve contre Mifuyi et Kumiko.

Sasari : Reïtarô ne lui aurait pas effacé la mémoire sur ce moment? C’est juste, mais tous ceux de l’organisation le savaient. * Sasari prit une chaise pour s’asseoir face à Mitsumi * Qu’avez-vous fait?

Mitsumi : Lors de votre combat contre Kumiko, celui que vous avez malheureusement perdu, je suis venu vous portez secours ensuite.

Sasari : Il y a quelque chose que je vous ai dit normalement, sur vous… Malgré que vous ayez été dans cette tour durant tout ce temps, je n’arrivais pas à comprendre comment vous pouviez garder…

Mitsumi : Le sourire…

Sasari : La première fois que je vous ai vue, c’était lorsque j’avais une altercation avec Akino, notre premier jour en équipe… Vous avez donné le nom de cette équipe, Futari. Même si moi et Akino on se disputait, vous aviez gardé le sourire tout au long alors que personne ne vous l’avais demandé. La vrai Mitsumi, je ne l’ai jamais aussi désemparée que vous pouvez l’être. Une personne comme elle, qui sourit peu importe les situations, c’est si rare dans ce monde de tristesses… Je refuse de croire qu’une personne comme vous arrive à être aussi démolie alors que ce qu’il y a de pire est terminé…

Mitsumi, la tête basse : * Les larmes lui coulent, mais elle se retient de pleurer * C’est très apprécier ce que vous dites, Sasari-san, mais vous avez tort. Rien ne sera jamais pareil. Tout s’est brisé, ma famille s’est brisée… Ils étaient ma famille, comment je suis censé sourire dans ce genre de moment…

[Ça laissa un silence où Mitsumi avait encore beaucoup trop de difficulté à vivre un si gros changement autour d’elle. Être enfermé ici, être l’infirmière en chef, celle qui côtoyait tout le monde depuis le tout début, tout ça avait fait en sorte que Mitsumi avait un si fort attachement envers toute la Canopée, elle n’avait que ça.]

Sasari : C’est arrivé car Reïtarô l’a voulu ainsi. Il a voulu cette séparation le jour où il a créé cette organisation. Jamais il n’avait eu l’intention de faire tout ceci pour que ça perdure, il vous manipulait tous. Si ses plans auraient fonctionné comme il l’a dit, certains d’entre nous serions mort… à jamais.

Mitsumi : Ça ne m’aide pas…

Sasari : Mitsumi-san, vous n’êtes certainement pas la seule à être affecté par ce changement soudain. Maintenant que l’organisation est séparée, maintenant que votre famille s’est séparé, ceux qui sont ici, présent, jamais ils auront plus besoin de vous autant. Vous devez les soutenir eux aussi, qui sait ce qui peut encore arrivé!?

* Étonnement de Mitsumi *

Sasari : Vous êtes important pour eux et ils sont importants pour vous… Vous le savez très bien que tout ne reviendra pas comme avant, mais vous pouvez faire en sorte d’améliorer le présent, le maintenant. J’ai vu les blessures que vous aviez et comment Reïtarô vous terrorisait. Vous ne voulez pas vous l’admettre, mais il n’est pas quelqu’un de bien, il est néfaste pour vous et vos intérêts. Si nous réussissons à l’arrêté, ce sera certainement ce qu’il y a de mieux pour que ceux que vous considérez comme votre famille. Faite en sorte qu’ils ne soient plus jamais séparés comme on l’a été. Vous êtes l’infirmière chef, je crois que vous êtes la personne la mieux qualifiée pour guérir et prévenir de la souffrance présente et futur.

Mitsumi (Ébahie) : …Je… je…

[Sasari se leva de sa chaise et ne fit que tendre la main à Mitsumi. Cette dernière restait avec un regard ahuri devant cette main, elle tremblait presque.]

Sasari : Venez. Je vais vous montrer la vraie Mitsumi que je connais, elle est forcément avec sa famille, en haut, pour veillé sur eux. * Sourit *

[Comme si elle était hypnotisée, Mitsumi pris un moment d’hésitation avant de lever sa main, puis un autre avant de complètement la déposé sur celle de Sasari. Même au moment où sa main était sur celle du jeune garçon, on aurait dit qu’elle ne le constatait pas encore… puis elle se mit à sourire.]

Mitsumi (Rougie, Sourit) : Vous avez raison, Sasari-san. J’ai hâte de la rencontrer.

[Malgré que l’infirmière montre des signes de fatigues, elle réussit, avec l’aide de Sasari, à se lever de son lit. Sasari la laissa marcher d’elle-même et c’est elle qui ouvrit la porte. Elle avait hésité à faire le premier pas, mais elle réussit, même que le deuxième et le troisième étaient des pas de confiances.

Tous les deux se rendirent au haut de la tour. Du point de vue des escaliers, Mitsumi pu voir les autres par la grande porte qui était toujours ouverte et que personne avait arrangé. Elle voyait déjà Akino et Teruki se disputer au loin, Kumiko qui aidait Kisa, Fusazô en compagnie d’un des quatre chats qu’il avait amené lors de la mission… Elle voyait une famille vivante. Le sourire lui repris et elle s’en alla vers la grand pièce. Tous furent étonnés de la voir là.]


Hirosuke : Mitsumi-sensei? Vous avez quitté l’infirmerie? Vous allez bien?!

Mifuyi : Et Sasari? Il est réveillé?

Mitsumi (Sourit) : J’ai décidé de venir vous aider. Il se porte bien, c’est lui qui m’a aidé à voir ce que je devais vraiment faire.

[Tranquillement, derrière, Sasari fit son apparition lui aussi… Tous étaient enfin réunis dans cette grande pièce, il ne manquait personne d’autres. Mitsumi continuait à observer les gens autour d’elle avec un sourire, puis quand elle aperçut Shizu, d’une manière un peu ridicule, elle courra vers elle pour l’enlacer.]

Shizu (Embarrassée, étonnée) : Qu’est-ce qui vous prend Mitsumi?

Mitsumi : Oooh! Ne vous en faites pas Shizu-san, nous allons vous venir en aide et vous retrouverez la mémoire sur vos anciens camarades? Est-ce que vous allez bien, comment vont vos migraines!? Le Shikotsumyaku vous fait-il souffrir!?

Shizu (Confuse) : Mais je suis venu remplacer Kumiko il y a quelques jours, vous…

Mitsumi : Oooh! Je suis si contente que vous ayez décidé de ne pas suivre Reïtarô, vous auriez été un manque ici!

Shizu : * Tente de se déprendre en douceur * Ça va, je suis contente de vous voir aussi, Mitsumi-san.

Akino, à Sasari : Comment t’as réussi à la faire sortir?

Sasari : J’ai dit ce que je pensais, simplement.

Kisa : Tenez Mitsumi-san. Ça n’a pas été simple, j’ai eu de la difficulté à prendre vos mesures, j’espère qu’il vous ira.

Mitsumi : Qu’est-ce que c’est, un nouvel uniforme?

Sasari (Embarrassé) : Écoutez… pour les manteaux, je ne vous oblige pas à vouloir le porter… C’était à la base pour vous différencier de mes alliés et de ceux toujours avec Reïtarô…

Teruki : Hors de questions que je remette l’autre tenu, c’est fini ce temps.

Kisa : Au vue du temps où j’ai mis à les faire. Il reste plus rien de tissu, on a été plutôt chanceux. Hors de questions de porter autre chose.

Itomi : De toute manière, on fait partie Furûtsu, non?

Mitsumi : Il est un peu plus serré à la taille que les autres j’ai l’impression, mais ça me plait comme ça, j’achète. * Sourit *

Fusazô : Moi aussi ce manteau me plaît bien… Comme Teruki l’a dit, c’est ce qui a marqué la séparation avec Reïtarô. Je ne fais plus partit de la Canopée désormais.

Akino : Définitivement. Je veux faire partit de Furûtsu maintenant.

Hirosuke : Ça fait trois jours qu’on porte ce manteau maintenant… Dit toi bien qu’on l’aurait enlevé avant si on en voulait pas.

Mifuyi (Sourit) : Même après t’être réveillé d’un combat où l’on a pu apprendre que Reïtarô était un Uchiwa et qu’il avait pratiquement tout planifier depuis que tu es né, la première expression que je vois sur ton visage en arrivant dans cette pièce, c’est un sourire niais.

Sasari (Sourit) : Ça fait tellement longtemps que j’ai eu cette sensation. C’est ça que je voulais voir en arrivant ici, une organisation où tout le monde ce comprend, tout le monde est égaux, où on est tous amis. C’est comme à l’époque de l’organisation que j’avais intégré.

Mifuyi : C’est vrai que même avec ce qu’il s’est passé, ça fait du bien de pouvoir se reposer un peu. Mais ce type n’en a certainement pas fini avec nous, je refuse d’être un quelconque instrument qui assouvie ses désirs irréalistes.

Kisa : Qu’est-ce qu’on devient maintenant? Où on va?

Akino : Il y a plusieurs objectifs sur lesquels se concentré. Évidemment, il y a Reïtarô… mais il y a aussi ce qu’il veut. Vous vous souvenez de cette liste avec les Nakajima dessus?

Kumiko : Sanshô, Nekobaa, Toriba et Inuji Nakajima. C’est les noms qui étaient écrit, je me rappelle trop bien.

Akino : Apparemment, lorsque nous somme aller voir Sanshô, elle disait que Toriba serait morte depuis un moment, il ne resterait d’après elle, que Nekobaa et Inuji. On peut tenter de les trouver et de leur poser des questions sur Reïtarô, ça aidera peut-être.

Hirosuke : Il y a aussi Makura… Personne ne l’a revu depuis que je me suis séparé de lui… Il est soit aux côtés de Reïtarô, soit il est partit laissant tout le monde derrière.

Itomi : Je ne le connaissais pas, mais je ne crois pas qu’il soit avec Reïtarô. Par deux fois, il m’a protégé contre Takeru.

Teruki : Il est beaucoup trop silencieux ce type.

Mitsumi : Je sais qu’il savait. Makura connaissait les intentions de Reïtarô avec les lits cryogéniques. Reïtarô lui faisait confiance puisqu’il remplissait bien les missions qu’il lui demandait. Par contre, Reïtarô n’a jamais appris à Makura comment utiliser le Ranton, il l’a de naissance.

Sasari : Appris, mais c’est une capacité héréditaire, non? Il ne pouvait pas le lui apprendre de toute manière.

Shizu : Détrompe-toi… Le Kekkei Genkai du clan Kaguya, c’est lui qui me l’a donné, n’est-ce pas? Vous le saviez?

Mitsumi : Je ne connais pas les détails, mais je crois que oui. Reïtarô à la capacité d’apprendre n’importe quelle technique, mais sa capacité lui permet aussi d’apprendre n’importe quelle technique à une autre personne.

* Étonnement des autres *

Kumiko : C’est pour ça qu’il a dit qu’il t’avait créé.

Mifuyi : Il a dit qu’il t’avait créé pour rivaliser avec nous, les Uchiwa.

Sasari : Il avait raison. La combinaison du Byakugan et du Shikotsumyaku avait suffi à me défaire de mon Susanô…

Akino : À qui d’autres a-t-il appris des techniques, Mitsumi?

Mitsumi : Reïtarô a beaucoup entraîné Takumi plus petite, mais je ne crois pas qu’elle ait eu ce privilège. Peut-être Reon je crois. D’ailleurs…

Teruki (Illuminé) : Mais oui, Reon, j’allais oublier!

Kisa : Je ne pensais pas qu’il serait du côté de Reïtarô…

Teruki : Vous n’avez pas remarqué lorsque Takumi l’avait sur son épaule!? Si on comparait rapidement. Reon ressemblait à une version plus jeune de Reïtarô, vous ne trouvez pas!?

Hirosuke (Étonné) : Maintenant que tu le dis, c’est vrai qu’ils avaient beaucoup de similitude lorsque Reïtarô est redevenu jeune, il y avait quelques différences seulement…!

Mitsumi : Reïtarô a toujours dit qu’il s’agissait de sa solution de rechange.

Fusazô : Ils ne sont quand même pas frère…

Kumiko : Reon aurait le Sharingan aussi dans ce cas.

Sasari : Mitsumi, il va falloir nous dire ce que vous savez….

Mitsumi : J’étais au courant du plan aussi… Comment procéder. Je n’étais beaucoup au courant de sa technique à faire oublier les mémoires, j’en ai peut-être été victime après tout. Je savais que le but des Kokage était d’aller chercher des victimes. Ils devaient prendre des gens qui devait être préférablement pas trop connu de leur village, de sorte d’atténué les risques que quelqu’un veuille venir ici pour découvrir ce qui s’y trame. À la fin, il a ordonné qu’ils aillent prendre n’importe qui. Je n’ai pas toutes les informations en tête, posez moi vos questions et je saurais peut-être ce que vous voulez savoir.

Fusazô : Vous saviez pour Chen et Kureto…

Mitsumi : … Je n’ai rien pu faire… Même Takumi s’était opposé à ça, mais on a vite été ignoré et mise de côté… J’en suis vraiment désolé…

Kisa : D’où vient Takumi?

Mitsumi : Il l’a prise très jeune, avant même que je ne sois là il me semble… C’est une fille forte.

Hirosuke : Vous savez si j’étais réellement avec Orochimaru autrefois?

Mitsumi : Hum… Oui… Orochimaru faisait affaire avec Reïtarô dans le passé, souvent. Orochimaru semblait l’apprécier, Reïtarô aussi, en apparence, mais je crois que Reïtarô avait mieux à faire et il s’est délaissé de lui. Tu es le produit d’un échange Hirosuke…

* Silence *

Hirosuke : Ces pertes de mémoires, elle me ronge. J’ai le sentiment que nous délivrer de l’amnésie que nous avons pourrait nous éclairer encore plus sur qui il est.

Sasari : Dernière chose… Pourquoi prétend-t-il être un Nakajima?

Mitsumi : Ça mère en était une… Lors d’une conversation entre Takeru et Reïtarô, j’ai entendu son nom, j’en suis certaine. Elle s’appelait Shibaa Nakajima.

Fin du chapitre 162


____________________________________________________________________________________________________

Salut, salut!

J'espère que vous allez pas trop mal encore cette semaine! Moi, ça va plutôt bien, pas trop de soucis à vivre, haha. Je sais que la plus part d'entre vous n'êtes pas sur le même continent que le miens et surtout pas au Québec, mais ici en ce moment, c'est la semaine de la poutine qui s'en vient! C'est loin d'être une fête national, ni provincial, mais tous les vrais qui aime la poutine se donne à coeur joie d'aller en manger minimum une durant cette semaine.
Pour ceux qui ne connaisse pas trop la poutine, je vous laisse chercher sur Google (Vous avez qu'à écrire Poutine Québec et non pas Poutine Vladimir). En gros, c'est un repas type non-gastronomique, qui est seulement composé de frite, de fromage cheddar (Habituellement) et d'une sauce "brune". Comme dit plus haut, c'est pas la référence en terme de repas gastronomique, il y a rien de bien remarquable, il y a rien de particulièrement goutteux, c'est lourd dans l'estomac, mais c'est vraiment très aimé ici. Durant la semaine de la poutine, plusieurs restaurants aiment faire des variantes en rajoutant ou en changeant des ingrédients de bases et c'est plutôt intéressant à découvrir.
Bref, si ça vous tente, durant le Superbowl (Ouais, à part en Amérique, personne regarde, haha), faites vous une poutine au moins une fois dans votre vie, durant la semaine de la poutine :D !

Chapitre 162. Bon, c'est pas un chapitre où il se passe beaucoup, beaucoup de chose. Il a une bonne longueur, mais vous attendez pas à beaucoup de rebondissement :gene: . On est en transition, les choses se calmes, on se relève tranquillement des drames, c'est certain qu'on pourrait aller voir ailleurs ce qui se passe de plus intéressant, mais bon, soyez patient, l'action reviendra dans peu de temps! J'espère que ce chapitre vous plaira autant que les précédents et sur ce, bonne lecture!


@Mayel Je ne suis pas beaucoup ce qui se passe autour de Trump et de comment le monde autour de lui réagisse à qui il est. C'est fort possible qu'y ait des Canadiens qui l'ait bien reçu, la majorité par contre, je serais surpris, haha. Je crois qu'un des gros problème en ce moment, c'est les médias. Les chaînes de télé disent quelque chose, les journaux en disent d'autres, des animateurs radio disent carrément leur point de vue et du coup, il y a un phénomène étrange qui se produit. Soit certain média disent que Trump est mauvais donc certain croient à ce qui se disent, soit certain se font dire que les médias les manipules et que ce qui se dit ne doit pas être vrai donc, Trump est potentiellement un bon président. Il y a un réel problème autour des informations qui sont diffusé et les médias ont tellement une mauvaise image d'eux que ça créer le chaos sur le sujet.

Ce qui est sûr, selon mon opinion personnelle, soit ça apportera beaucoup de mal, soit ça pourra apporter beaucoup de bien... je m'explique :gene: . C'est comme dans Naruto avec l'Akatsuki (Un peu). Il y avait des guerre oui, mais à un moment, t'as une organisations qui à pointé le bout de son nez avec son point de vue sur ce que devrait être le monde et elle s'est imposé pour mettre en oeuvre leurs idéologie. L'Akatsuki est allé tellement loin avec Madara et tout ça, que ça réveillé une conscience dans le monde à l'entoure sur si le monde est en paix où non. Les gens ont pris un décision envers ce qui se passait et une bonne masse de population on repousser les "mauvaises" idées de l'Akatsuki. L'organisation a été détruite et la population, après les réalisations qu'ils ont fait ont voulu poursuivre leurs idées, leurs points de vue pour changer le monde du mieux qu'ils le voulaient.
C'est la même chose qui pourrait se passer avec Trump. Si une majorité de gens est en désaccord avec lui, les gens motivé pourrait le renverser en proposant des idées avec un impact aussi forte que les siennes et qui aient plus de bénéfices que les siennes. Trump pourrait réveillé un mouvement fort, Anti-Trump pour que ce dernier puisse faire tout l'inverse de ce que lui veut... En espérant que ça ne vire pas en guerre (Ce qui est peu probable(Si ça arrive))...
Bref, personnellement, je joue le "con" qui regard comment les choses agissent. J'pourrais agir aussi, mais je crois être encore trop de ceux qui ont peur des gros changements... Comme dans Naruto :mrgreen: .

Pour en revenir avec Kumiko, je peux faire un petit récapitulatif. En gros, très jeune, Kumiko a été enlevé par Danzô puis donné à Orochimaru comme corps sur lequel expérimenté ou autre. Les deux savaient qu'elle était Uzumaki. Pendant son enlèvement, elle perd ses yeux. Après quelque temps, Orochimaru voit qu'elle mérite des yeux, mais il n'en a pas à disposition (Oui, c'est bête pour un scientifique comme lui, à un moment pareil :] ) Il décide d'aller voir son ami (Reïtarô), qui est aussi "scientifique", du moins, ils ont les mêmes champs d'intérêts apparemment, pour lui demander s'il a des yeux pour la jeune fille. Reïtarô voit forcément qu'elle est Uzumaki, limite, Orochimaru lui a dit, et Reïtarô décide de lui donner les yeux de son père sans dire qu'il s'agisse de yeux d'Uchiwa. C'était probablement un gage risqué, mais il espérait probablement que Kumiko, avec un potentielle égalent ceux des Uchiwa, puisse lui revenir un jour où l'autre pour lui reprendre ce qui lui appartient. (Note, par rapport à ton message, Takeru n'est pas encore là à ce moment). Malheureusement (ou heureusement), une explosion survient dans le repaire d'Orochimaru et Kumiko réussi à s'évader, cher Hide.
Je vais pas aller plus loin pour le moment, mais en gros voilà ce qui s'est passé. Après, est-ce que Reïtarô a eu de la chance ou pas pour la retrouver... Vous le saurez peut-être un jour :langue3: .

Merci du commentaire!


Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- Lecture d'un texte
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Mayel Sasuke » 09 Fév 2017, 23:45

En ce qui me concerne, je ne pète pas la forme mais étant donné que je sors de l’hôpital demain après près d'une semaine et demi, rien ne me met plus d’aplomb. Sinon, Bonne semaine de Poutine :D Et merci pour tes éclaircissement !


Ah ! Toute cette gentillesse... A peine parti Reïtaro me manquent déjà, sans lui les choses sont incomplètes... Le changement d'humeur de Mitsumi était un peu abusé, on croirai presque qu'elle a quitté l'enfer pour le ciel en une fraction de seconde. Je veux bien qu'elle se ressaisisse mais là, elle respire la joie et la bonne humeur encore plus que ceux qui se sont battus pour cette liberté dont elle ne voulait pas. Sinon Chen est mort ? C'est bien celui qui était en conflit avec Fusa dans la cafétéria ? Il est mort lors de l’exécution du plan de Reïtaro cryogénisé ou s'est il fait tué :0 ? Il va falloir que je relise les deux derniers chapitres. La fin du chapitre était tout de bonnement stupide déjà que je suis malade ça m'a rajouté de la migraine en plus. Bon, le gars il n'aime pas la famille de son père donc il prend le nom de sa mère ça passe encore alors pourquoi causer la mort de cette dernière ? Sa mère c'est quand même sa mère ! Pourquoi il aurai pris le nom de Nakajima si au final il veut les buter aussi ? Et bien sûr il a fallu que sa mère soit celle qui a élevé Sasari ça par contre c'est beau.
Image
Toute la sagesse de notre credo est transcrit dans ces paroles. Nous agissons dans l'ombre pour éclaircir le monde. Nous sommes des Assassins. Rien n'est vrai, tout est permis.
Avatar de l’utilisateur
Mayel Sasuke
Sennin
 
Messages: 3794
Inscription: 07 Juil 2012, 14:02
Localisation: A la recherche de la vérité universel
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 11 Fév 2017, 06:52

Chapitre 163 : Enquête du passer, en quête du futur

Spoiler :
[La nouvelle qu’avait apportée Mitsumi à propos de la mère de Reïtarô vint donner un choc à Sasari. Jamais il n’avait su que Shibaa avait pu avoir un mari et un fils, pire, tous deux Uchiwa comme lui. Sasari comprenait mieux comment il aurait pu savoir sur le plan qu’organisait les Uchiwa pour l’envoie d’enfants vers d’autres nations…

Reïtarô était le coupable de l’incendie majeur à Nendo, son village d’enfance. Shibaa était morte de par sa faute et probablement que si Konan, Nagato et Yahiko n’étaient pas intervenu, il serait mort depuis un moment. Qu’avait cet homme en tête?]

Sasari : Je suis certain qu’à cet époque, il savait que Shibaa était ma tuteure et… ce n’est que supposition, mais c’était peut-être lui qui aurait dû m’enlever au dernier moment… Je ne remercierai jamais assez l’organisation de Konan-sensei de m’avoir sauvé cette nuit-là.

Mifuyi : Dès qu’il a su pour ta grand-mère, il dû trouver des sources lui indiquant l’emplacement des autres Uchiwa, dont moi.

Fusazô : Pourquoi il en voudrait aux autres Nakajima? Je croyais que c’était les Uchiwa qu’il visait?

Kumiko : Les Nakajima sont une famille plutôt fidèle aux Uchiwa à ce qu’on a entendu dire. Reïtarô voit peut-être cette fidélité comme une trahison.

Mifuyi : Mais pourquoi il fait tout ça!? C’est ce que j’aimerais d’abord comprendre. Qu’on fait les Uchiwa par le passer pour qu’ils veuillent tant se venger. Si au moins on savait…

Kumiko: La chapelle. Il a parlé que la stèle était là autrefois, peut-être qu’il y a des indices à voir là-bas.

Mifuyi : Oui, il faut trouver quelque chose là-bas!

Akino : Je vous accompagne là-bas. Je veux aussi savoir de ce qu’il en retourne de toute cette histoire. Peut-être que ça nous aidera à mieux savoir ce qu’il veut.

Hirosuke : J’aimerais venir aussi. Ces lieux pourraient effectivement nous en dire long… Je dois savoir.

Shizu : Moi aussi.

[Les autres décidèrent de rester au haut de la tour. Inutile d’envoyer trop de gens là-bas. Teruki semblait agacer de devoir chercher quelque chose à nouveau, comme la dernière fois, à l’endroit caché de Shizu.

À six, même si Sasari était levé depuis moins d’une heure, ils partirent pour les fondations de la petite chapelle. Maintenant que Reïtarô et ses sbires n’étaient plus dans les lieux, une tension dans la tour et dans la forêt avait disparu. Sasari avait l’impression d’être complètement libre de mouvement. En un rien de temps ils parcoururent la distance nécessaire pour arriver aux fondations.

Comme dans la tour, la rosée s’était posée partout autour. Il y avait quelques nuages, mais pas de vent à cette altitude. Tout était calme, il n’y avait que des oiseaux aux alentours pour donner l’ambiance. Sasari mit le premier pas sur la roche des fondations.

Au centre de celle-ci se trouvait un motif en forme de spiral, style mandala. Le tout ne signifiait pas grand-chose, ce cercle intégrait plusieurs motifs, mais ce n’est pas ce qui interpelait les ninjas en tout premier. Il n’y avait aucun banc, aucun mur d’ailleurs. Seul des pierres étaient quelques peu surélevé au fond de ce reste de chapelle. Les ninjas pouvaient, en se fiant à ce mur démoli, connaitre où les fenêtres, à l’époque, étaient. Certaines pierres avaient des incrustations de motifs Uchiwa, c’était bien discret, mais au moins, Reïtarô disait vrai, ça appartenait bien aux Uchiwa anciennement.

Près du mur du fond, se trouvait un chevalet fait de la même pierre. Il servait probablement à y mettre un livre. Il n’était pas tout à fait centré dans la chapelle, il était mis presqu’au fond à droite. Les seules autres choses que purent voir les ninjas en un seul coup d’œil, c’était des plantes qui poussaient entre les pierres et des fleurs fanées, déposé depuis un moment suite aux funérailles qu’il y avait eut.]


Hirosuke : D’après ce que disait Reïtarô, cette stèle devait se trouver ici anciennement. Elle est grande cette stèle?

Mifuyi : Pas tellement. Elle nous arrive un peu plus haut qu’à nos hanches et elle est très peu large.

Hirosuke : Si on se fie à l’architecture assez simpliste pour l’époque, la stèle était soit au centre ou à l’opposé du chevalet.

Akino : Il la priait vous croyez?

Mifuyi : C’est possible…

Sasari : Elle est maintenant à Konoha. S’ils l’ont emmené avec eux, c’est qu’elle a son importance. Je suis certain que ç’a pu en intrigué plus d’un pendant un bon moment. Je suis convaincu que certains l’idolâtraient et gravait ce qu’il avait pu lire.

Kumiko : Logiquement, ils l’auraient fait dans des livres…

Hirosuke : Le chevalet peut-être! Je m’occupe de l’inspecter!

Sasari : On a plus qu’à chercher en détail partout alors. Si vous voyez quelque chose de louche dit le.

[Chacun allait dans un coin pour examiner attentivement chaque détail suspect qu’ils pourraient trouver. Comme il le dit, Hirosuke s’accapara le chevalet de pierre et ses alentours, même si pour le moment, en surface, il paraissait encore neuf. Kumiko alla à l’opposer, enlevé les fleurs pour voir s’il n’y aurait pas un emplacement où la stèle avait pu être déposé tout ce temps. Sasari regardait les autres coins, Mifuyi inspectait les symboles qu’elle trouvait un peu partout, y compris le motif circulaire au sol, Akino longeait l’extérieur étant donné que le plancher de la chapelle était surélevé par rapport au sol, et Shizu s’assit, dos à un arbre et activa son byakugan. Elle cherchait non seulement des indices sur les fondations elle-même, comme tous les autres, mais aussi sur les alentours, peut-être que l’indice ne se trouvait pas sur place.]

____________________________________________________________________________________________________

Cafétéria

[Quelques autres ninjas, qui n’avaient pas été à la capelle, avaient descendus vers l’étage de la cafétéria. Depuis trois jours, tous avaient pu bien manger jusqu’à maintenant, mais ça ne pouvait durer éternellement. En plus d’être limité, certaines nourritures ne pouvaient être conservées trop longtemps au risque que la moisissure ne prenne.

Mitsumi, Kisa et Teruki se chargeaient de faire cet inventaire de nourriture.]


Kisa : Vous savez cuisiner Mitsumi-san?

Mitsumi (Sourit) : Pas pour le moins du monde. C’est une science qui m’échappe encore je dois dire.

Kisa : Durant les trois jours où vous avez dormis, c’était moi et Kumiko, par après, qui faisions à manger… Je ne sais pas où j’aie pu apprendre, mais j’ai toujours su cuisiner.

* Mitsumi répond par un sourire *

Teruki, transportant une caisse : * Dépose la caisse * C’est la dernière comme ça, il reste plus rien au fond.

Kisa : Dites… Vous comptez faire quoi après tout ça?

Teruki : Après la nourriture? Je ne sais pas, prendre l’air probablement, il fait beau aujourd’hui.

Kisa : Pas ça! Triple idiot! Je veux dire… Après ici. On ne restera pas indéfiniment ici et j’ai du mal à croire que nous resterons tous groupé… Ce serait bien inefficace d’ailleurs…

Mitsumi : J’aimerais trouver un nouvel endroit plutôt que cette tour. Un endroit où l’on pourrait se réunir à chaque fois. Ce serait notre maison. * Sourit *

* Silence *

Mitsumi : Vous avez des inquiétudes, Kisa-san?

Kisa : Je devrais m’entraîner… J’ai tellement été inutile lors d’il y a trois jours. Il n’y a qu’à voir tous les autres. En un rien de temps, ce Sasari m’avait capturé en haut de la tour. Lorsque j’étais en bas, face à un Uchiwa, face à Akino et face à Itomi… J’avais peur…

* Étonnement de Mitsumi *

Kisa : Je n’ai rien pu faire d’autre que d’écouter ce qu’elles voulaient et acquiescer à leurs requêtes… Je n’imagine même pas si elles avaient eu de mauvaises intentions à ce moment… Contre l’un d’entre eux, je serais probablement morte… * Soupir * Il faut le dire, je suis probablement le maillon faible du groupe. Je n’arrive pas à la cheville de personne d’autres ici.

Teruki : Crois-moi, contre Hirosuke, en duel, tu gagnerais, n’en soit pas inquiète!

Kisa : Au contraire. Hirosuke a pu démontrer qu’il était fort utile pour l’organisation, c’est lui qui a pris soin de tout le monde après le départ de Reïtarô. C’est un mauvais ninja combattant, mais un très bon ninja de soutient. Vous êtes tous de niveau chunnin, de bons chunnin d’ailleurs, alors que moi, je ne dois même pas pouvoir passer l’examen pour le devenir.

Mitsumi : Comme pour Hirosuke-san, vous devriez trouver ce qu’est votre force et vous concentrer sur celle-ci, c’est comme ça que vous vous démarquerez et que vous aurez se sentiment d’importance au près des autres. * Sourit *

Kisa : Vous avez raison… J’y avais songé il y a quelques jours, mais cette fois, j’en suis plus certaine… *Silence* J’abandonne la voie de ninja.

* Étonnement de Mitsumi et Teruki *

Kisa : Je crois être plutôt habile de mes mains… Je devrais peut-être me concentrer sur ça.

Teruki (Étonné) : Mais Kisa, tu maitrises le doton, non? Entraine-toi à le maitriser et tu deviendras un chunnin comme nous!

Kisa : Je ne le maitrise pas aussi bien que tu le prétends et puis, le doton n’est pas l’élément le plus prestigieux… Même si sur la roue des cinq éléments, il est considéré comme au-dessus du Suiton, il n’y a qu’à voir comment Itomi a de la facilité à trancher les rocher avec des jets d’eau pour se rendre compte qu’il n’en est rien… Jamais je ne me suis sentit plus utile en cousant ces manteaux et en préparant ces repas.

Teruki (Étonné) : …

Mitsumi : C’est une sage décision Kisa-san. Souvent, les ninjas au front sont ceux qui récoltent souvent la gloire. Ils sont les acteurs principaux, mais ces acteurs ne sont rien sans un bon soutient. Il ne faut pas que des ninjas pour constituer un monde, il y a plusieurs métiers tout aussi honorable, mais malheureusement pas autant mis de l’avant. Si vous êtes prête à faire ce pas, les autres ne pourront qu’accepter vos choix, j’en suis certaine. * Sourit *

Kisa (Sourit) : Merci, Mitsumi-san!

* Silence *

Kisa : Et toi Teruki? Que comptes-tu faire?

Teruki : M’entrainer. Pour moi cette fois. Je veux me concentrer sur un entraînement propre à moi. J’aimerais aussi accompagner Hirosuke… J’en apprends à tous les jours avec lui, il m’est très utile…

Kisa (Moqueuse) : Eh bien ça m’étonne que tu ne veuilles pas suivre Shizu ou une autre belle jeune fille comme moi!

Teruki : Viens avec nous Kisa.

* Étonnement de Kisa *

Teruki : Je suis curieux de savoir ce que tu deviendras. * Sourit *

Kisa (Étonnée) : … Je… Hum, hum, je verrai bien…

Mitsumi : Je vous accompagnerai aussi alors! * Fait un grimace souriante *

____________________________________________________________________________________________________

Fondation de la petite chapelle

[Plusieurs heures s’étaient écoulées depuis que les six ninjas étaient partis inspecté les lieux de la chapelle Uchiwa pour tenter de trouver un quelconque indice. Même après de nombreuses heures, rien n’avaient été trouvé réellement, tous cherchaient encore ici et là quelque chose de suspect pouvant faire penser à un indice sur une cachette ou autre.

Quelques-uns venaient à penser que Reïtarô ne s’était moqué que d’eux en leur faisant perdre leur temps à faire une chose bien inutile, mais pourtant, certains indices montraient clairement que cet endroit appartenait au clan du Sharingan et que la stèle Uchiwa avait pu être ici autrefois. Si Reïtarô avait pu trouver cet indice qui lui aurait fait découvrir la vérité sur ce clan, pourquoi six ninjas ne sauraient pas la trouver?]


Akino : Je commence à avoir faim et à perdre patience. Je ne sais même plus combien de temps on ici à chercher, c’est vraiment si important à savoir? Qu’est-ce que ça change?

Hirosuke : Eh ben… Et c’était toi ce matin qui voulait venir ici pour trouver des indices pour chercher Reïtarô…

Sasari : Je veux comprendre tout ce qui a pu le pousser à venir à la conclusion qu’il veuille prendre une vengeance envers notre clan. C’est vrai que j’ai su que les Nakajima avaient longtemps été fidèle aux Uchiwa, ça sûrement instauré une sorte de hiérarchie entre les deux clans, mais de là à vouloir une telle vengeance, j’ai dû mal à comprendre.

Kumiko : Il en parlait comme si ça datait depuis longtemps en plus, au tout début…

Akino : * Soupir * Bon, j’en ai marre. Que l’on soit six ou vingt à chercher, on y arrivera pas. J’ai épuisé ma patiente pour aujourd’hui, je m’en vais.

Hirosuke : Désolé, mais je crois rentrer aussi. Peu importe ce qu’on découvrira, Reïtarô reste un homme qu’on doit arrêter avant que cela ne prennent trop d’ampleur, il faut l’empêcher d’aller trop loin avec ou sans cette information.

Akino : Toi, tu restes, Shizu?

Shizu : Savoir ce qui est écrit sur cette stèle nous indiquera peut-être ces intentions et nous fera gagner du temps plus tard donc, oui, je reste… Depuis que j’ai ces nouvelles capacités, toutes ces histoires m’intriguent de plus en plus…

Mifuyi : Je… J’ai peut-être trouvé quelque chose.

Akino (Exaspérée) : * Soupir * Faite que ce soit la bonne, s’il vous plait.

[Mifuyi, qui inspectait les motifs au sol, rassembla tout le monde à sa position pour leur montré quelque chose en rapport avec plusieurs des symboles.]

Mifuyi : Je croyais au départ que la plus part des symboles au sol n’étaient que des symboles abstraits, pour faire jolie, mais il y a un d’eux qui m’interrogeait plus que les autres, je l’avais déjà vue quelque part… et je crois que c’était bien le cas. * Pointe un symbole * Ce symbole, lors de notre passage à Konoha, j’ai vu ce symbole dans un des livres d’histoire à la bibliothèque. Avant que les nations soient formées, les clans avaient leurs symboles et certain ont changé avec le temps. Celui-là, c’était celui des Sarutobi de l’époque.

Hirosuke : Donc ce sont tous des symboles de clan, c’est ça?

Mifuyi : Si ma théorie est bonne et que ma mémoire aussi… ça peut aller plus loin. Me souvenir du symbole des Sarutobi m’a fait penser à un symbole qui est celui-ci *Pointe un autre symbole*… que j’aurais dû interpréter autrement.

Akino : C’est un Shuriken.

Hirosuke : Le clan Fuma.

Mifuyi : Selon l’histoire des Sarutobi, ces deux clans ont eu un fort différent à une époque donc… * Prend un kunai et trace un trait droit qui lie les deux symboles*

Sasari : Et ensuite?

Mifuyi : Il y a notre symbole, celui du clan Uchiwa, là. Normalement, nos plus grands rivaux étaient les Senju, mais je ne trouve pas leur symbole…

Shizu : Là, il y a un symbole Hyuga.

Akino : Un « X »?

Shizu : Ce n’est pas l’emblème du clan, mais c’est symbole plutôt important, tous les membres qui ne sont pas issu de la branche principale on se symbole en guise de sceau sur leur front.

Mifuyi (Surprise) : Le clan Hagoromo! Les Uchiwa s’étaient lié à eux pour s’opposer au Senju. Mais il n’y avait pas qu’eux, entre autre, les Hyuga et les Kaguya. Si j’avais à choisir entre les symboles restant au sol pour le moment, je dirais que celui-ci est celui qui m’inspire le plus pour le clan Hagoromo.

[Mifuyi traça un second trait au sol qui lia le symbole Hyuga à celui qu’elle prétendait être l’emblème des Hagoromo à l’époque. Les deux traient s’entrecroisèrent en un endroit de la chapelle.]

Akino : Ce serait là?

Hirosuke : Ce serait trop facile, il manque des symboles à liés entre eux et si l’on prend le symbole des Uchiwa avec n’importe quel autre symbole restant, ça ne passe pas par le même point.

Kumiko : Donc les traits doivent délimiter une zone sur le planché.

Hirosuke : Pour le coup, je ne crois pas être d’une très grande aide, je n’ai pas ces connaissances sur les clans.

Mifuyi : Tant pis, il faut faire des tests, on pourra peut-être savoir quelles dalles sont celles qui ont un lien avec ce que l’on cherche. Si l’on déduit la signification des symboles, peut-être que ça nous permettra de l’assigner à certain clan et … * Continue de parler *

Sasari : Eh, tournez-vous, je crois avoir trouvé…

Mifuyi : …À l’académie il nous enseigné un peu d’histoire, je dois me rappeler de tous d’eux et … * Continue de parler *

Sasari : Hum, hum… J’ai trouvé quelque chose, il y a plus besoin de…

Mifuyi (Stupéfaite) : Attendez, il y a quelque chose qui me revient sur ce symbole là-bas, il…

Sasari (Impatient) : Hé!

[Alors que tous étaient concentrés par Mifuyi qui commençait à être drôlement affolé par tout ce qu’elle avait en tête, tous furent interpelés par Sasari, accroupis devant une dalle qui semblait moins bien fixé que les autres.]

Sasari : C’est mince, mais j’ai l’impression qu’elle bouge beaucoup plus que les autres et…

[Sasari réussi carrément à le surélevé, mais ça ressembla à un simple couvercle sur le coup.]

Akino : Aaah, enfin! Ça me semblait tellement compliqué… il était temps!

Mifuyi (Déçue, niant la vérité) : Non… non, ça ne peut pas être ça, c’est beaucoup trop simple… Y’a forcément une énigme plus complexe que ça…

Sasari : Je n’arrive pas à la soulever complètement, elle n’est pourtant pas si lourde.

Kumiko : Regarde, on dirait que tu peux la tournée sur elle-même!

Mifuyi (Toujours déçue) : * Complètement ignorée des autres * Attendez… non, ne partez pas… et les symboles, tout ça? * Regarde tout le monde s’approcher de Sasari, devient blasée * Raaah, laissez tombé… pff. C’est pas marrant.

[Comme le suggéra Kumiko, Sasari pris la dalle et la tourna dans le sens des aiguilles d’une montre et à un moment, un ‘’clic’’ se fit entendre, comme s’il avait déverrouillé quelque chose… Il put enfin l’enlever complètement.]

Akino : Comme on a pas pu voir ça depuis tout ce temps…

Hirosuke : Qu’est-ce qu’il y a alors, je suis le seul à ne pas bien voir ce qui a au fond? On dirait que c’est profond…

Sasari : Ce l’est effectivement… c’est complètement noir.

Kumiko : Et avec le Byakugan?

Shizu : Je ne vois rien… étrangement.

[Hirosuke pris l’un de ses kunai dans son sac arrière et le jeta dans le trou. Dès que le kunai eut atteint le trou, tous le perdirent rapidement de vue, puis même, après bon moment d’attente, aucun son ne se fit entendre.]

Kumiko : C’est un passage assez mystérieux je dois dire, on descend?

Sasari : J’aimerais y aller d’abord.

[Personne ne s’y opposa. Certainement un peu douteux sur la chose, Sasari se releva pour contemplé ce passage de plus haut et prendre un temps de réflexion avant de se lancer dans cet inconnu. Il prit une grande respiration pour se donner du courage et il sauta dans ce trou.

Comme avec le kunai, dès que Sasari avait complètement intégré le trou, on ne le vit déjà plus, ce qui surprit et inquiéta légèrement les autres! Du côté de Sasari, par contre, il se rendu rapidement compte que ce n’était pas si profond que cela finalement, trois mètre à peine.

De l’autre côté, ça restait obscure comme endroit, il ne distinguait pas tout parfaitement bien, mais au-dessus de lui, il pouvait très bien voir les visages de ses amis fixer le trou avec un air des plus inquiet. Ça l’amusa sur le coup, il trouva ce tour de passe-passe très amusant, mais quand il tenta de crier aux autres qu’il allait bien, il n’arriva pas à parler… Même qu’il n’arrivait qu’à respirer que très faiblement!]


Sasari (Angoissé) : Cette pièce… c’est un piège? Reïtarô nous aurait conduits directement dans un piège!? Ils ne doivent pas sauter… mais je n’arrive même pas à faire sortir un seul son de ma bouche…

[La première idée qui vint en tête de Sasari fut de déployer ces ailes pour s’élever vers le trou, mais il se retient de le faire, il ne pourrait pas voler sans air. Ça seconde idée fut d’invoquer un geyser pour l’aider à atteindre la sortit. Il fit sa série de mudra… mais rien … Il tenta à plusieurs reprises de la refaire, il essaya même d’autres techniques, mais aucune ne fonctionnait.]

Sasari (Étonné) : Cet endroit… Je ne peux rien faire, je n’arrive pas à utiliser mon chakra..! Comment j’ai pu être aussi bête de croire en Reïtarô, il m’a dupé avec cette simple salle… juste avec cette histoire de clan et de vérité… Quel idiot…

[Tout à coup, Sasari se souvenu du kunai qu’avait laissé tomber Hirosuke, il devait tenter de le lancer vers le trou pour interagir avec ses amis. Dès qu’il pencha la tête vers le sol pour chercher le kunai, la première chose qu’il l’interpela ne fut pas le kunai, mais un nombre plutôt impressionnant d’ossement humains qui gisaient au sol! Ça donna un choc sur la gravité de la situation à Sasari, mais il se concentra à nouveau sur le kunai et le pris. Il eut ensuite l’idée de prendre l’une de ses cartes et d’inscrire, avec son sang, les mots : «Vite! Sortez-moi de là!». Il réussit à attacher la carte au kunai et lança ce dernier dans les airs.

Heureusement, ça fonctionna! Il réussit à faire passer le kunai de l’autre côté. Évidemment les autres le virent. Sasari les voyait discuter entre eux, probablement sur la signification de ce kunai… mais personne ne semblait jeter un coup d’œil sur le kunai. Sasari tentait pratiquement d’envoyer des messages télépathiques à ses amis pour qu’ils lisent la carte sur le kunai… mais…]


Sasari (Découragé) : Non, ne saute pas!

[Shizu sauta dans le trou elle aussi. En arrivant au sol, l’Hyuga pu constater elle aussi de ce qu’avait pu voir Sasari en arrivant dans l’endroit et elle vit aussi, Sasari, la main sur le front, complètement exaspérer. Elle tenta de s’exprimer face à son expression, mais elle se rendit rapidement compte que l’endroit la limitait à ce niveau. Sasari pris une carte et inscrit les mots : «C’est un piège…», puis : «Chakra inutile, on doit sortir, vite.».
Un peu sur le choc, le premier réflexe de Shizu fut d’activer son Byakugan…]


Sasari (Étonné) : Elle a réussi à l’activer!?

[Il vit Shizu regarder autour d’elle dans la pièce et soudainement, son regard se posa sur quelque chose, elle le pointa du doigt. Sasari se tenta lui aussi et activa son Sharingan! Ça fonctionna! Il arrivait clairement à voir le flux de chakra à l’intérieur de l’Hyuga.
Rapidement par contre, il dévia son regard en direction du mur que pointait Shizu. Ça le surprit.

Des inscriptions étaient écrites au mur, Sasari pouvait y lire : «Le premier des neufs se souvient de tout. Le début du nouveau monde, il est le seul, parmi ses frères, à avoir tout retenu de ce passé.».]

Fin du chapitre 163


____________________________________________________________________________________________________

Bonjour, bonsoir

Légèrement en retard sur ce vendredi, j'espère que vous ne m'en voudrez pas trop :gene: . Mine de rien, je tiens bien la cadence en ce moment. Les chapitres où j'en suis en ce moment ne sont pas aussi avancé que je voudrais, mais je m'en sort encore faut croire, haha.
D'un autre côté, j'ai avancé de nouveau dans mon marathon Naruto! J'ai terminé la première génération et passé l'arc sur Gaara. Ce que j'aie surtout appris, en observant mieux tout ce qui se déroule durant ce premier Arc, c'est que Kishimoto a beaucoup plus tendance à mettre de l'avant le sens du spectacle au détriment d'une certaine logique je trouve. Clairement, Chiyo aurait dû être la Yondaime Kazekage! Elle était conseillère, ce qui est un poste assez proche, certes, mais alors qu'elle doit avoir l'âge de Sarutobi, la vieille dame a énormément d'atouts dans son sac, mais en même temps, elle part de Suna vers l'Akatsuki avec pratiquement rien sur elle, si ce n'est que deux marionnettes.
Elle a une maîtrise de l'art des marionnettes d'un niveau très similaire à celui de Sasori, elle bouge comme si elle avait encore vingts ans (Alors qu'Onoki se casse le dos à chaque fois), elle maîtrise des techniques de soin, elle maîtrise des techniques de Fuinjutsu, même après être empoisonné, elle arrive à parcourir toute la distance que Naruto et Kakashi ont parcourus contre Deidara, sans être paralysé et elle ressuscite Gaara peu de temps après ça... Alors que Kankuro, lui, c'était presque évanouie directement après avoir été empoisonné alors qu'il n'avait pas fait grand chose. Je trouve que Kishi s'est très mal pris pour nous la présenté, c'est loin d'être une simple conseillère comme peut l'être celle de Konoha par exemple...
Puis Sasori, un membre de l'Akatsuki, considéré plus fort que Deidara, a agit de manière tellement absurde. L'ironie est qu'à la fin du combat, il insulte Chiyo et Sakura d'être des femmes qui ne font que des gestes absurdes. Il invente un poison qu'aucun ninja de Suna ne pourrait soigner, mais il se fait défoncer sa plus puissante marionnette (Le Sandaime, pas lui-même*) avec tellement d’aisance... alors que plutôt, il esquivait toutes les attaques de Kankuro sans devoir regarder.
Puis finalement, la technique contre laquelle l'équipe Gaï se bat, qui est à mon goût probablement, ce que je pense depuis la première fois que je l'ai vue, l'une des techniques les plus puissantes de cet univers, elle est démonté aussi d'une manière très difficile à admettre.

Beaucoup de spectacle plutôt que de s'efforcer à faire quelque chose de rationnel. Je ne me souviens plus trop si c'est beaucoup le cas par la suite, les effets secondaire du Mangekyo sharingan pourrait être un bon exemple... Itachi nous présente la perte de lumière comme étant méga dramatique, mais Obito arrive à voir parfaitement alors qu'il abuse de son dojutsu. Ça me fait poser la question si je devrais plus faire ça moi aussi. Est-ce que je devrais scénarisé des événements pour qu'ils y aient des moments mémorables, mais en y insérant des éléments un peu douteux, ou je devrais essayer le mieux possible de rester très fidèle et censé sur certains choix pour que peut-être finalement, ça ne donne rien de bien spectaculaire?

Bref, en ce moment, je m'efforce beaucoup a mettre des explications pour rationaliser tous ce qui pourrait être prétendu comme vraiment exagérer ou irréaliste et ça me fait peur d'arriver dans une impasse où je vais devoir mettre des scènes dénués d'intérêts où à l'inverse, des scènes complètement perchés et que ça brise la crédibilité de l'histoire...

...Chapitre 163, en espérant que vous l'aimerez, bonne lecture à vous :) !


@Mayel Sasuke Pour Chen et Kureto, ceux qui travaillaient comme cuistot, oui, ils sont mort. Reïtarô s'est servit d'eux pour augmenter au maximum la quantité de chakra qu'il aurait besoin. On n'y réfléchie peut-être pas assez, mais Reïtarô a quand même tué quelques centaines de personnes durant cette nuit, c'est un peu regrettable quand on pense que c'est que pour une cure jeunesse :gene: .
Prompt rétablissement sinon! Profite de ta première journée à l'extérieur de l’hôpital! J'espère seulement que tu n'avais rien de trop grave :triste1:
Merci du commentaire!


Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- Lecture d'un texte
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Mayel Sasuke » 17 Fév 2017, 19:23

Déjà vendredi ? Je prend la mauvaise habitude d'arriver tard ces temps-ci et ma rechute à l’hôpital n'aide pas sorry :gene: C'est qui est sûre ce que ça fait mal. Si c'est grave comme maladie je ne sais pas, le médecin a pour consigne de ne jamais me dire de quoi je souffre directement j'ai HORREUR de tout ce qui vient de l'hôpital j'estime que moins j'en sais mieux c'est ça m'évite l'angoisse d'une mort proche :mrgreen: . J'ai les symptômes de quelque chose on me donne de quoi m'en débarrasser et on me dit quoi faire pour que ça ne revienne plus ça me suffit le reste des formalités je laisse ça aux médecins et à la famille.

Concernant la révision de Naruto ayant commencé il y a déjà un certain temps j'en suis déjà au sommet des 5 Kages. Et si peux me permettre un commentaire, au début c'est vrai qu'il y avait des trucs pas très logique dans le sens propre, même si certains diront que Sasori était déstabilise de devoir combattre "Papa" et "Maman" (qu'il aimait beaucoup il faut le dire) en plus de sa Grande mère alors qu'avec Kankuro c'était plus facile puisque c'était juste un petit merdeux de copieur, ça reste quand même pas très crédible pour quelqu'un prétendant rivaliser avec Oro ou voulant même le tuer.

Concernant Chiyo, c'était plus porté sur le spectaculaire qu'autre chose mais il y a quand même eu un autre cas similaire pour démystifier cela avec Danzo qui lui aussi était "conseiller" mais de loin en bien meilleur forme que son pote Sarutobi, donc le cas Chiyo reste acceptable et excusable, on a beau être plus fort et avoir plus d’expérience on ne devient pas forcement Kage. Pour ce qui est du Sharingan il ne faut pas chercher bien loin les yeux d'Obito étaient plus ou moins spéciaux il est l'exception qui confirme la règle et ne devrait pas être considéré comme référence puisque sur 4 échantillons d'yeux les siens sont la seule exception (si on peut appeler ça comme cela).

Bien revenons-en à notre propre histoire :

Pauvre Fusa, il a été séparé de ses anciens amis en des mauvaises termes et ces derniers tués par celui à qui il avait fait allégeance et pour des raisons bien déplorable :-| Enfin bref...

Chapitre 163 : Chapitre plutôt moyen mais le titre, il est bien choisi. Pour commencer j'ai trouvé que Sasari n'était pas assez démoli par la nouvelle comparé à lui quand Tobi avait dit la vérité à son frère sur la cause de la mort de sa famille c'est le ciel et l'enfer remarque c'était déjà le cas dans le chapitre 12-13 avec Itachi je crois. Le gars connaît ceux qui ont bousillés sa vie mais il ne peut pas s'empêcher de montrer un sourire niais dans ce cas-ci les paroles de Mifuyi prennent tout leur sens parce que là c'est quand même énorme, mais enfin bref...

Dans la suite, Kisa est l'un des persos que je connais le moins, (l'image de Nikku est même beaucoup plus claire dans mon esprit que la tienne pour vous dire à quelle point) à part le fait qu'elle soit une demoiselle, je ne me souviens pas de grand chose d'elle j'ai même oublié dans quelle équipe elle était mais j'ai trouvé cela grave déprimant et injuste qu'elle décide d’abandonner comme cela. Elle a perdu contre Sasari et alors ?? Sasari n'est pas vraiment un étalon de valeur correcte, 80 % des membres de l'organisation se ferait démonter sans difficulté qui plus est, le reste des gens n'ont peut-être pas été plus utile qu'elle mais bon...

Mifuyi qui fait les savantes il faut le voir pour le croire, j'ai trouvé cela intriguant dommage que personne ne l'aie laissé aller jusqu'au bout. Quant à la pièce qui annule le ninjustu j'ai vraiment aimé au début, l'idée d'un dernier cadeau bien aiguisé de Reïtaro laissait présager un bel avenir mais finalement ce n'était pas le cas. Bon, maintenant qu'ils ont trouvé ce qu'ils cherchaient reste plus qu'à connaître les motivations réelle de Reïtaro. Mais en passant, c'est moi ou Shizu a été capable de lire le truc sur la stèle ??
Image
Toute la sagesse de notre credo est transcrit dans ces paroles. Nous agissons dans l'ombre pour éclaircir le monde. Nous sommes des Assassins. Rien n'est vrai, tout est permis.
Avatar de l’utilisateur
Mayel Sasuke
Sennin
 
Messages: 3794
Inscription: 07 Juil 2012, 14:02
Localisation: A la recherche de la vérité universel
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 18 Fév 2017, 02:08

Chapitre 164 : Un nouveau départ

Spoiler :
À la petite chapelle

[Sasari et tous les autres avaient enfin trouvé le passage menant à l’indice que Reïtarô avait mentionné avant qu’il ne disparaisse. En apparence d’un piège, à prima bord, Shizu, en rejoignant Sasari au fond de ce trou, fit découvrir des inscriptions cachées qui ne se révèleraient que pour les possesseurs d’un Dojutsu, vraisemblablement.

La phrase faisait mention d’un premier des neufs gardant en mémoire les tous débuts. Qu’est-ce que Sasari en avait déduis? Rien. Bien que l’information fût importante, l’air commençait franchement à manquer, ils devaient rapidement sortir de cette cachette avant qu’ils ne perdent connaissance pour très probablement en mourir par après…

Ils devaient se dépêcher avant que les autres ne se décident à tous descendre inutilement. Rapidement et simplement, Sasari attira l’attention de Shizu vers lui. Il s’était déjà mis en position pour faire la courte échelle, le plafond n’était pas très haut. Avec une simple poussée, l’Hyuga arriverait facilement à s’agripper au trou. La jeune fille compris rapidement et ils s’exécutèrent sans trop de difficultés comme prévue ; Shizu était déjà à l’extérieur, il ne manquait plus que Sasari.]


Hirosuke : Tu es déjà de retour et Sasari? On peut y aller nous aussi, c’est bon?

Shizu : Non, Aidez-moi à le sortir. Prenez-moi par les pieds et dès que vous me voyez en bouger un, remontez-moi.

[À la renverse, Shizu se pendu par les jambes pour revenir dans la petite pièce et agripper Sasari qui, lui, commençait à montrer des signes d’empressement maintenant. Tout ce déroula correctement, tous réussir à faire sortir Sasari sans trop de mal. Ce dernier remontait à la surface comme s’il sortait des profondeurs d’un lac, il reprenait son air et ses sens tranquillement.]

Kumiko : Qu’est-ce qui s’est passé? Il y a quoi là-dessous?

Mifuyi : Je suis curieuse, moi, de savoir ce qu’il y a là-dessous, je m’apprêtais à descendre moi!

Sasari : Quelqu’un a construit cette pièce et pour des gens spécifiques… Vaut mieux ne pas y redescendre pour rien, il y a un enchantement qui empêche toutes entrées d’air dans cette pièce et le chakra est inutilisable sauf pour nos Dojutsu.

Shizu : Cette pièce n’a d’utilité que pour ça, ce n’est qu’un piège pour les autres. Les ossements de plusieurs victimes croulent au sol en bas.

Mifuyi : Et l’indice alors? Ce n’est quand même pas qu’une pièce vide?

Sasari : Il y avait d’écrit quelque chose, une sorte d’énigme… En gros, le premier des neufs connaîtrait tous du commencement.

Shizu : Reïtarô a probablement dû trouver cette personne et c’est à ce moment qu’il a sû la vérité sur votre clan.

Akino : Et… qui est cette personne?

Kumiko : C’est forcément quelqu’un qui vit depuis longtemps si le texte dit qu’il se souvient du commencement.

Hirosuke : Reste à savoir combien d’années il s’agit… Ce doit être quelqu’un de très vieux, si vous voulez mon avis. Vous vous souvenez ce que Reïtarô disait : la chapelle existe depuis même avant la création des villages. Ce type doit avoir plus d’un siècle d’existence, même plus si l’on parle des tous débuts. Je ne connais personne qui puisse être aussi vieux.

Akino : Peut-être a-t-il été ressuscité par Reïtarô à l’aide de la technique d’Orochimaru… ou quelque chose dans le genre. Lui et Reïtarô étaient de bonnes connaissances à un moment à ce qu’on dit, il a peut-être trouvé un moyen d’entrer en contact avec ce type même dans l’au-delà.

Mifuyi : Non, je sais qui ça peut-être… Non, ce ne peut être que lui en fait… Ichibi, le démon à une queue! Il est le premier de neuf démons et à ce qu’on dit, ces monstres n’ont probablement jamais cessés d’exister, qui sait ce qu’ils ont pu voir pendant toutes ces années, ils sont forcément là depuis très longtemps!

Sasari (Étonné) : C’est vrai, ça semble complétement plausible et ils sont loin d’être impossible à trouver de nos jours, même qu’il est fort possible que Reïtarô ait pu trouver le précédent Jinchuriki d’Ichibi et qu’il ait pu lui soutier tout ce qu’il voulait savoir dans sa mémoire. Le Mangekyo Sharingan a bien la capacité de dompter Kyubi, j’ai peu de difficulté à croire qu’il ait pu le faire sur Ichibi.

Akino : Ouais, mais si c’est vraiment ça, ça nous aide aucunement à retrouver Reïtaro… Trouver Ichibi pour le convaincre de répondre à nos questions reviendrais à dire de devoir tuer le Kazekage actuel pour libérer ce démon… Ces bêtes tuent tous ce qu’elles voient, difficile de sympathiser avec elles. Ça n’a aucun sens, chercher Reïtarô de n’importe quelle autre manière est plus rapide que cette méthode.

Hirosuke : Elle n’a pas tout à fait tort, ça irait beaucoup trop loin pour possiblement pas grand-chose… Mais je n’ai pas trop d’idées de par où commencer d’autres. Vous avez des idées de quoi faire?

Shizu : On pourrait commencer par rentrer pour en parler aux autres aussi… Reïtarô n’est pas ma priorité pour le moment.

Sasari : Je suis d’accord, j’aimerais ne plus trop penser à Reïtarô pour le moment... J’en ai plus qu’assez. J’ai l’impression qu’on n’entendra pas parler de lui pendant un bon moment…

[Le trou fût boucher à nouveau, autant bien dissimuler que la dernière fois et tous ceux sur place quittèrent ces lieux mystérieux pour retourner vers la grande tour.

Tous se réunir dans la cafétéria ou un autre repas, préparé par Kisa, les attendait. Même si la nuit du malheur était encore dans l’esprit de beaucoup d’entres eux, une ambiance chaleureuse régnait autour de la table. Pratiquement tous avaient un sourire au visage, même s’il ne s’agissait que d’un petit.]


Kisa : Profiter bien de ce repas, car les réserves qu’ils nous restent ne sont pas nombreuses. J’ai pris ce qu’il y avait de meilleurs dans ce qu’on avait. J’ai tout préparé avec une aide de Kumiko.

Fusazô : Ça beaucoup de chance d’être bien meilleur que ce que Chen… * regrette ses paroles, silence, prend une bouchée de sa nourriture * … C’est quoi l’étape suivante? C’est vrai que j’aime bien être ici à bien manger en bonne compagnie, mais maintenant que je sais qu’un nouveau monde s’ouvre à moi dehors, j’ai qu’une seule hâte, c’est d’enfin quitter cette tour maudite et de parcourir ce monde avec vous.

Akino : On a l’embarras du choix… On peut faire plein de chose maintenant, mais la prioritaire, je…

Shizu : J’ai envie de retrouver Kenshin et Ayuki.

Akino : Vraiment? Mais on ne sait même ce qui est advenu de ces types. Ils sont peut-être mort ou à l’autre bout de la planète en train de penser à plein d’autres choses plutôt qu’à nous. On en a vraiment quelque chose à faire?

Shizu : Peut-être aussi qu’ils sont à notre recherche et espère nous trouver. Je ne savais pas ce que j’avais en tête en invitant Itomi dans l’organisation, ce n’était pas ma meilleure proposition… Je n’ai pas envie que deux autres personnes aient d’autres soucis à cause de moi… Ils pourraient faire de bons alliés aussi.

Sasari : C’est ce que j’ai envie de faire aussi en ce moment, aller retrouver… ou plutôt sauver quelqu’un…

Mifuyi : Avec tout ça, j’en allais presque oublier Sasuke, haha…

Sasari : Sasuke peut attendre je crois… Si Reïtarô disait vrai sur le temps restant avant qu’Orochimaru ne change de corps, nous avons encore du temps devant nous pour d’autres personnes… D’autres qui n’ont peut-être plus beaucoup de temps.

Mifuyi : Alors qui?

Sasari : Azuko Uzumaki.

* Étonnement de Kumiko et Mifuyi *

Mifuyi (Illuminée) : Mais c’est vrai, Azuko! Il faut vite aller la sauver, pourquoi tu ne l’as pas dit plus tôt, andouille!

Hirosuke : Shizu veut retrouver les deux anciens membres de l’organisation d’Ôgai et Sasari, Mifuyi et Kumiko, vous voulez aller sauver Azuko… On doit se séparer des tâches, trouver des indices sur Reïtarô, c’est ce que j’aurais envie de faire.

Sasari : Hirosuke, si tu veux une première piste pour retrouver Reïtarô, il y a une certaine femme nommée Nekobaa Nakajima.

Hirosuke : Nekobaa Nakajima? Un membre de la famille de Reïtarô? Tu es certain? D’où vient cette information?

Sasari : Avant de revenir à la Canopée pour combattre Reïtarô, nous sommes passés par Konoha pour rencontrer une certain Sansho Nakajima. On lui a posé des questions au sujet des cibles du parchemin que Takeru avait remis à Kumiko et son équipe. D’après ce qu’elle nous a dit, Toribaa serait morte et il ne resterait que les deux autres Nakajima sur la liste qui soient en vie : Inuji et Nekobaa. Inuji est introuvable à ce qu’elle disait, mais Nekobaa est celle la plus connu du clan des Nakajima. Elle habiterait dans un village abandonné… mais on ne sait pas lequel. C’est probablement celle qui pourra te dire le plus d’informations à son sujet.

Hirosuke : Parfait. Ça me va comme mission.

Teruki : Je t’accompagne Hirosuke. Tu seras le cerveau de l’équipe et moi les bras.

Hirosuke : Ce n’est pas de refus.

Kisa : Je viens avec vous aussi!

Teruki : Gnihi, je savais que tu ne pourrais pas résister à nous rejoindre.

Hirosuke (Confus) : Quoi, mais de quoi vous parlez?

Teruki : Rien, on t’expliquera plus tard, héhé.

Kisa : On doit savoir aussi où est allé Makura! Il sait forcément des choses et je suis certaine qu’il n’a pas suivi Reïtarô.

Hirosuke : C’est vrai que Makura reste un élément des plus mystérieux dans toute cette affaire… c’est aussi une bonne piste de par où commencer.

Fusazô : Je vais vos accompagner aussi dans ce cas. J’aimerais repartir à la recherche de mes parchemins, mais je crois que c’est plus important de trouver des pistes sur cette Nekobaa et sur Makura. Je suis votre homme pour pister des gens.

Hirosuke : J’allais te le proposer de toute manière.

Itomi (Gênée) : Je… Dans ce cas, moi aussi je…

Shizu : Non, toi tu viens avec moi. Tu es celle qui a le mieux connu Kenshin et Ayuki. De plus, tu sais comment te rendre sur l’île Mizzukôdo, ça sera notre première destination. J’ai besoin de toi Itomi.

Itomi : Tu veux vraiment y aller à seulement nous deux? C’est vrai qu’Ôgai est peut-être mort, mais certaines personnes ont dû faire perdurer l’organisation même après que leur chef soit mort.

Shizu : Ne t’inquiète pas pour ça, Akino vient avec nous. Ce sera bien suffisant.

Akino : Pff, moi, t’accompagner!? Tu rêves ma grande!

Shizu : Cesse de faire l’enfant pendant deux secondes…

Mitsumi : Je peux vous accompagner si vous le souhaitez, Shizu-san. Je pourrai vous être d’une bonne aide avec mes soins.

Shizu : Sans vouloir vous vexez Mitsumi-san, j’ai peur que vous puissiez nous ralentir. Vos soins sont les meilleurs, mais vous n’êtes pas tout à fait une ninja. À être resté trop longtemps enfermé ici, vous n’avez pas pu faire beaucoup d’expériences sur le terrain.

Hirosuke : Et qu’est-ce que t’en sais? Vous n’avez pas de ninja médecin dans votre équipe, elle pourrait s’avérer plus utile qu’inutile!

Mitsumi : Non. Elle n’a peut-être pas tort, je n’ai pas envie de ralentir personne ou être le fardeau de qui que ce soit.

Shizu : Être avec Hirosuke et les autres est probablement mieux pour vous, Mistumi… Désolé.

Mitsumi : J’avais dans l’idée de nous trouver un nouveau chez-soi, une nouvelle demeure où l’on pourrait tous se rejoindre d’ici un mois. Quelque chose comme ici, mais de plus chaleureux… * Sourit *

Mifuyi : C’est une excellente idée, j’approuve entièrement! Ça va être la demeure des Furûtsu, notre repaire caché! Les autres organisations auront du respect ou de la crainte pour ce que nous serons. On va devenir important dans ce monde, Reïtarô regrettera de ne pas être resté du bon côté.

Mitsumi (Souriante) : Oui, bien dit!

* Silence *

Sasari : À bien y réfléchir, je crois qu’on oublie rien… * Regarde les autres * Trois équipes… Ça me fait presque mal d’être séparé de vous. Je ne m’attendais à rien en intégrant la Canopée, on avait qu’un objectif, ce n’était que d’avoir de nouveaux yeux. À bien y penser, c’est complètement inutile à présent.

* Étonnement des autres *

Sasari : Même s’il y a Reïtarô dans cette histoire, je ne regrette rien de ma venue dans la Canopée, j’en suis sorti que plus riche… Riche en expériences et en force, mais aussi en amitié. C’est cette amitié qui arrivera à vaincre tout : Orochimaru, l’Akatsuki, Reïtarô et tous les autres problèmes qu’on aura. * Silence, devient embarrassé * Merci de nous avoir fait confiance.

Teruki : * Lève son verre * C’est vous aussi qui vous nous avez un peu sauvé. À l’heure qu’il est, probablement que la moitié d’entre nous aurais pris aussi une place dans les lits bizarre. On serait tous tomber dans le panneau et Reïtarô aurait pu avoir le champ encore plus libre pour ces futurs plans. Allez, je lève mon verre à nous tous!

[Tous prirent leurs verres également, avec un regard des plus sincères et un sourire aux lèvres, ils burent à leur propre santé.

Le reste de la soirée fût un peu plus émotif pour certaine personne, telle que Mitsumi qui avait encore du mal avec cette séparation qui allait y avoir. Ils parlèrent également des bons moments qu’ils ont pu passer ensemble, durant les missions, l’entrainement et ailleurs, des côtés amusant comme des côtés tristes et dramatiques aussi.

Lors de l’arrivé de Sasari, Mifuyi et Kumiko dans l’organisation, un grand repas avait été préparé pour les accueillir comme il se devait… il s’agissait des premières heures dans la Canopée. L’ambiance qu’il y avait à cette époque était froide et plein de méfiance. Maintenant, c’est tout le contraire. Ce dernier repas en ces lieux signifiait leur départ de la Canopée et l’ambiance autour de la table chaleureuse et plein de confiance.

Le lendemain matin, tous se réunir au dernier étage, la grande pièce de Reïtarô. Tous étaient équipées et prêt à partir. Trois équipes avaient été formées. Sasari, Mifuyi et Kumiko avaient pour but d’aller sauver Azuko. L’aide que l’Uzumaki avait apporté à Mifuyi et son équipe avait sûrement dû lui apporter des ennuis, il était hors de question que cette femme soit encore entre les mains de Danzô dans ces terres vides.
Hirosuke, Teruki, Fusazô, Kisa et Mitsumi, eux, allaient parcourir le monde tentant de trouver des indices pour retracer Reïtarô. Certains d’entre eux avaient aussi pour ambition de s’entraîner sérieusement pour être à la hauteur la prochaine fois.
Finalement, Shizu, Itomi et Akino firent équipe pour trouver la trace d’Ayuki et Kenshin qui sont toujours manquant.]


Itomi, à Akino : Alors, alors! Tu nous suis à ce que je vois, tout compte fait!

Akino : J’aurais bien aimé revoir Makura pour comprendre, mais ils sont déjà assez dans leur équipe comme ça. Ça en sera que plus facile pour vous!

Itomi (Souriante) : Je suis contente que tu aies décidé de venir avec nous!

Akino (Embarrassée) : Ce n’est pas comme si j’avais le choix de toute manière.

Hirosuke : Quel direction vous prenez alors?

Mifuyi : On se dirige directement vers Taki puis vers la maison d’Azuko. Si tout se passe bien, quoique j’en doute, on partira nous aussi la recherche de Nekobaa.

Mitsumi : J’avais dans l’idée que nous pourrions nous installé en Taki, justement, pour notre nouvelle demeure.

Akino : Taki? Pourquoi là?

Kumiko : C’est moi qui lui ait conseillé cette idée. Avec de la chance, je connais des quartiers un peu abandonné, si je me fie à ce que j’ai entendu. C’est tranquille généralement par là-bas.

Hirosuke : On va se diriger vers Konoha, je crois. Sortir d’Iwa fera du bien et comme Konoha a un grand territoire, il doit y avoir un bon nombre de villages abandonnés.

Fusazô : Si on trouve la piste de Makura, bien sûr, on suivra cette piste aussi… Et toi alors, Shizu?

Shizu : Je me fie à Itomi pour se rendre au lac Mizzukôdo, puis selon les informations recueillit là-bas, qui sait où on ira.

Akino (Arrogante) : Sans phacochère, ça va être bien difficile de s’y rendre, tu ne penses pas?

Shizu : On a qu’à demander l’un des parchemins à Fusazô et on l’aura… C’est pas si compliqué… Fusazô.

Fusazô : * Pointe du doigt Akino * Regarde.

[Shizu se retourna en direction d’Akino qui elle sortait un parchemin de ces poches pour le lui montrer, le sourire moqueur.]

Shizu : Pourquoi tu dis tout ça alors que tu l’as déjà sur toi!

Akino : Qu’est-ce que vous feriez sans moi, ha! Tu l’aurais complètement oublié si je n’y avais pas pensé

Itomi : Hum, probablement que je…

Shizu : Mais quelle gamine… Tu vas être pénible à supporter durant un mois.

Akino : C’est toi qui joue trop la grosse tête, avec cet air hautain! Arrête de faire semblant que tu sais tout!

Shizu : C’est moi qui joue les « madame je sais tout »? Tu t’es vue à vouloir contrôler tout autour de toi..?

Akino : Ce parchemin prouve que j’aie les compétences pour le faire!

Shizu : Ton immaturité prouve le contraire…

[Itomi, insupporter par la querelle de ses deux compagnons, empoigna le parchemin qu’Akino avait dans les mains et lui arracha brusquement, avec de la confiance dans son regard. Les deux autres filles coupèrent nette la conversation en dévisageant, d’un air des plus outré, Itomi.]

Itomi : Sans moi, vous ne pourrez aller nulle part, que ce soit au lac Mizzukôdo ou partout ailleurs, si vous continuez à vous disputez comme ça! Alors fermez-là! Vous allez suivre ce que je vais vous dire et c’est tout!

Akino (Scandalisée) : Quoi!?

Sasari (Sourit) : * Pose sa main sur l’épaule d’Itomi * Bonne chance.

Itomi : Tu ne voudrais pas qu’on échange? Mifuyi et Kumiko paraissent beaucoup plus… tolérable.

Sasari : Pff, jamais de la vie! Cinq jours avec elles ont été amplement suffisants, j’ai besoin d’une petite pause.

Itomi : Mais c’est un mois cette fois! Pendant un mois!

Akino : Mais oui, ne vous gênez surtout pas, faites comme si on n’était pas là!

* Silence *

Sasari : Bon… J’imagine que c’est l’heure des au revoir…

Tous les autres : …

Akino : Écoute… * Embarrassée * Merci de nous avoir enduré tout ce temps. Je sais ce que tu as dit hier, mais je suis désolé que vous n’ayez pas pu avoir ce que vous souhaitiez en venant ici… Finalement, c’est plus vous qui nous êtes venu en aide… C’était soudain sur le moment, il y avait mes émotions qui parlait probablement à ma place à ce moment, mais avoir intégré Furûtsu, et d’avoir quitté la Canopée par la même occasion, ç’a été mon meilleur choix à vie. Si je pouvais remonter le temps comme tu le fais, j’irais dans le passer réveiller la Akino que j’étais pour qu’elle voit plus claire devant et qu’elle vous sauve avant que tout ce qui vient de passer n’arrive.

Kumiko : On a tous perdu ou gagner quelque chose dans cette histoire. Reïtarô n’avait peut-être pas tort sur une chose. À un certain niveau, on doit juste faire abstraction du passé et vivre le moment présent avec ceux qui nous entourent.

Sasari : * Tend la main à Akino * …Je suis plus que fière que tu aies été la 4e membre de Furûtsu, je n’aurais pas espérer mieux comme camarade… Comme vous tous d’ailleurs.

[Complètement rouge et gênée, Akino accepta sans hésitation la poignée de main de son ami… Akino affichait souvent un sourire moqueur, un sourire hautain ou un sourire en coin, mais cette fois, pour une première fois, Sasari et tous les autres purent voir un sourire rayonnant de la part d’Akino. C’était étrange de la voir ainsi, loin d’être son habitude, mais ce fut contagieux pour tous les autres membres.

Quelque instant après, Sasari et son équipe avait quitté les lieux pour se diriger vers la maison d’Azuko Uzumaki. Il ne restait que les autres membres qui se préparaient également pour leur départ.]


Mitsumi, un peu à l’écart des autres, à Shizu : Shizu-san, je voudrais vous parler avant que vous ne partiez, venez.

Shizu, s’écartant du groupe avec Mitsumi : C’est à propos de Shikotsumyaku.

Mitsumi : Oui… Durant votre parcours. Évitez d’attraper une quelconque maladie ou d’être empoisonné. Avoir cette capacité ne peut malheureusement pas être acquise sans conséquence. Vos organes internet n’ont pas exactement les mêmes emplacements, ni les mêmes formes que les autres humains normaux, ils bougent différemment. Reïtarô, c’est lui qui vous a transmis cette capacité, lorsqu’il vous avait trouvé à Nendo.

* Étonnement de Shizu *

Mitsumi : Lorsque Reïtarô vous a transmis ces gênes, votre corps c’est peu à peu modifier en conséquence. Vous n’arriverez pas être soigner par les médecins « normaux », il faut de longue étude sur le sujet pour pouvoir et même encore, ça reste très différent.

Shizu : Vous êtes la seule à pouvoir me soigner, n’est-ce pas?

Mitsumi : C’est exacte. Reïtarô m’a forcé à étudier attentivement l’anatomie de ceux qui possède ces gênes… et encore en ce moment, s’il vous arrivait quelque chose, je ne suis pas certaine de pouvoir vous sauver…

Shizu : Reïtarô a toujours cette capacité?! S’il ne vous a pas, il ne pourra pas se soigner, ce serait un avantage.

Mitsumi : Malheureusement, quand il s’est rendu compte que les porteurs des gênes étaient plus à risque, il a effacé ce gêne de son corps à l’aide de sa technique… Mais il n’y a pas que vous qui ayez cette capacité…

* Étonnement de Shizu *

Mitsumi : Reon aussi la possède.

Shizu : Mitsumi… qui est Reon?

Mitsumi : Je n’en suis pas certaine… mais avec les événements récents du rajeunissement de Reïtarô… je crois pouvoir dire que Reon est en quelque sorte… le clone de Reïtarô.

Fin du chapitre 164


____________________________________________________________________________________________________

Salut!

17 Février aujourd'hui, ça tombe pile un vendredi. C'est une journée génial quand même, c'est le jour où on souligne ma 23e année d’existence :D ... J'aurais pu souligner ça avec un double chapitre, mais j'ai peur de me tirer une balle dans le pied plus qu'autre chose donc... désolé :gene:

Je dois m'excuser d'avance pour ce que je vais dire. Récemment, avec mon visionnage des épisodes de naruto, je me suis amuser à recalculer où j'en suis environ dans ma timeline et je crois que j'avais fait une bourde dans mes premiers calcule au tout début de mon histoire. Il y a eu un léger changement, rien qui n'affecte l'histoire vraiment. Pour ceux qui ont de la mémoire, lors de mes premiers chapitres, j'ai mentionné que Sasari et Mifuyi avait déserté dans Iwa pendant près d'une demi année (6 mois)... Changer le 6 mois par un 1 an... Voilà, c'est tout :) Tout devrait être plus cohérent et moins questionnant pour tout le monde je crois, ça plus de sens.

Sinon, j'ai pas spécialement plus à vous dire, sinon qu'y a le nouveau chapitre :o. Le titre est assez révélateur de son contenu donc... voilà, voilà, vous savez un peu à quoi vous pourrez vous attendre :gene: . En espérant qu'il vous plaise :)


@Mayel Sasuke Bon, alors tu peux choisir la maladie que t'as dans ce cas, tu pourrais même t'en inventer une! Quand tu vois tes amis tu fais le mec qui a la maladie la plus rare au monde et tout, haha :langue3: . Ce pourrait être styler, mais en même temps, c'est plus styler d'être en santé donc, encore une fois, en espérant que tu puisses guérir :cote:

Au point où j'en suis, que ce soit Chiyo, Sasori ou les yeux d'Obito, tout ce genre de phénomène sert quant à moi beaucoup plus à montrer un beau spectacle au spectateur. Le combat Obito contre Konan n'aurait pas été le même si Kishi s'était tenu à 100% dans les règles qu'il a construite. Si Obito est une exception, Kishi se devait de dire qu'il pouvait exister des exceptions. Si Sasori était resté fort comme il l'était contre Kankuro, il aurait tué Chiyo et Sakura et ç'aurait été vraiment compliqué pour lui pour la suite. Je dis ça car je dois faire les mêmes genre de choix aussi, je dois faire des sacrifices pour que les idées que j'ai pour plus tard arrive à leur terme du mieux qu'elles devraient.

Pour le chapitre, je suis malheureusement, totalement d'accord avec toi pour ce qui est de la réaction de Sasari. J'ai eu la même sensation à un moment, je crois que j'ai voulu passer tout ce passage de la transition, entre l'Arc avec Reïtarô et la suite, rapidement. Je crois que le moment de faire dire que la mère de Reïtarô est Shibaa, n'était pas le meilleur moment... Il y a trop de chose à faire et pas assez de temps pour Sasari de bien visualiser tout ce que ça signifie et de comment il aurait dû réagir. Le moment était mal choisis aussi car Mitsumi vient tout juste de sortir de déprime et celui qui l'a sortit de la, ce serait le type qui y entre après, ç'aurait été très peu crédible ça aussi. J'assume cette faiblesse sur ce passage, je crois que je vais apprendre de cette erreur et faire quelque chose avec plus tard, ça peut me donner des idées... même, je peux dire que ça m'en donne. Mais oui, pour le coup, ça fait étrange.

Pour ce qui est de la fin du chapitre précédent, en fait, ce que vois Sasari et Shizu n'est pas la stèle, mais plutôt des inscriptions au mur dans cette petite salle. La stèle dont il parle c'est la stèle que lit Sasuke pour apprendre la vérité sur le Mangekyo Sharingan, au cas où tu penserais que c'en est une autre.

Merci de tes commentaires Mayel!



Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- Lecture d'un texte
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Mayel Sasuke » 20 Fév 2017, 02:27

D'entrée de matière un Joyeux Anniversaire à toi :D même si, heure d'Allemagne ça me fait 3 jours de retard :gene: . Ayant eu la main droite plutôt paralyser à cause des perfusions, j'ai pas pu commenter plus tôt mais la bonne nouvelle ce que ça va mieux maintenant même si quand je pense au bazar que j'aurais comme travail à faire lundi à mon retour aux cours me donne envie de rester malade quoi que non finalement.

M'enfin bref, parlons un peu de ce chapitre. Le meilleur constitué intégralement en conversation qu'on aie eu depuis longtemps. Au final, ils n’apprennent pas grand chose dans la chapelle, ce qui n'est pas plus mal comme ça puisque ça aurai été trop facile. Par contre, le peu de chose qu'ils y ont appris était plutôt inattendu, en supposant que les 9 fassent bien référence aux 9 Bijûs et que le premier fasse référence aux nombres de queux et non de puissance, les écrits pointeraient bien évidemment sur Shukaku mais pourquoi seulement lui ? Tout les autres étaient aussi pourtant là dès le commencement. Mais en supposant que c'est vraiment Ichibi c'est plausible que Reïtaro aie eu accès à ce dernier puisque Oro avait peut-être voir même probablement déjà commencer à nouer des liens avec Suna mais on doit supposer que ça s'est passé avant Gaara donc avec le vieux ou avec Gaara ? Mais bon, pour l'instant ça n'a pas grand importance.

Dans la suite, c'était très bien de recadrer un peu les choses, dans le chapitre précédent j'allais le mentionner mais je ne l'avais apparemment pas fait même si dans ma tête je pensais l'avoir écrit quelque part. Il était temps qu'on parle un peu de Sasuke car à proprement parler c'est lui la base de tout ça, mais Reïtaro a tellement embrigadé tout le monde qu'on en a oublié le sujet principale.

Avec le départ de Reïtaro il fallait renforcer la cohésion du groupe et redéfinir les objectifs, choses faites et conclu dans ce chapitre. J’espérais vraiment qu'on reparlerai d'Azuko dans le futur et c'est chose faite elle était trop importante pour que l'on laisse comme ça et l'autre bonne nouvelle c'est qu'on aura aussi des nouvelles de Danzo. Concernant les recherches sur Reïtaro je pensais que ça aurai été Mifuyi et les autres qui s'en occupe mais ça été confié à un autre groupe bien qu'à mon avais il aurai été plus intéressant si les Uchiwas se présentais devant la dame. Par contre, j'ai pas bien compris pourquoi Shizu va à la recherche de Kenshin et Ayaki, les deux n'étaient pas mort avec l'attaque de Konan/Pain dans le repère de Ogaï ?

Concernant Reon à la fin du chapitre, je ne suis qu'à moitié surpris. Le fait qu'il soit un clône m'avait déjà traverser l'esprit après les paroles de Reïtaro lorsqu'il demandait à Reon d'entrer dans la machine par contre dire que la technique des os lui aurai permis de devenir immortel ça c'est surprenant ça veut dire que Shizu le serai aussi à présent ?

Concernant la nouvelle configuration des choses je viens de constater un truc assez inattendu, avec le depart de Reïtaro, Takeru, Makura, Tomo et les autres, ce sont les filles qui dominent la canopé et pas seulement en nombre mais en puissance aussi ! Mis à part Kisa et Mitsumi qui sont inférieur à certains garçons le reste des filles sont au dessus de la mêlé et mis à part Sasari il ne reste plus aucun autre homme de véritablement valide. Teruki est toujours là mais il est relativement moyen comparé à Itomi et la nouvelle Shizu et c'est inutile même de comparer avec Kumiko ou Mifuyi.

En conclusion c'était un très bon chapitre et pour cause, Furutsu quittent enfin Iwa et la Canopé en étant de nouveau unis tous ensemble et dans la même équipe. ça nous aura pris près de 103 chapitre depuis le chapitre 61 où Takeru les a récupérés. C'est un sacré bout de chemin et plus encore si on remonte dès le début. Je me suis amusé à feuilleter les différentes pages du sujet depuis les tout début et il y a même certains commentaire dont j'ai vraiment beaucoup de mal à croire que c'est moi qui les aient écrits. Comme quoi t'es pas le seul à avoir évolué avec l'histoire au cours du temps Sasari.
Image
Toute la sagesse de notre credo est transcrit dans ces paroles. Nous agissons dans l'ombre pour éclaircir le monde. Nous sommes des Assassins. Rien n'est vrai, tout est permis.
Avatar de l’utilisateur
Mayel Sasuke
Sennin
 
Messages: 3794
Inscription: 07 Juil 2012, 14:02
Localisation: A la recherche de la vérité universel
Je lis les scans: Oui
Sexe:

Re: Fan Fiction : Sasari Uchiwa

Messagepar Sasari » 25 Fév 2017, 04:25

Chapitre 165 : Sauvetage de la prisonnière

Spoiler :
Iwa – 20 juillet

Mifuyi : Lève-toi, Sasari, faut se mettre en route au plus vite.

[Une journée entière avait suffi à l’équipe de Sasari, Mifuyi et Kumiko pour traverser en large tout Iwa. Ils s’étaient arrêté dans les forêts qui longeaient les frontières entre Iwa et Taki. Rien de trop compliqué, ils avaient dormis à la belle étoile avec un feu à proximité seulement.

Depuis leur départ, un sentiment étrange se faisait sentir. Ça faisait un bon moment qu’ils ne s’étaient retrouvés qu’eux trois, comme à la bonne vieille époque. On aurait dit qu’ils ne savaient plus comment agir entre eux… Mais avec les heures qui passent, cette gêne s’en alla et peu à peu, les trois retrouvèrent, plutôt rapidement, leur bonne complicité d’antan.]


Sasari : À peine deux heures seulement… j’ai le sentiment que cette journée va être lourde.

Mifuyi : Qui sait ce qu’Azuko est en train de vivre là-bas… il faut se dépêcher!

Kumiko : En espérant qu’elle y soit toujours.

[Sasari fut rapidement tiré de son sommeil, à peine quelques minutes pour se préparer, et déjà ils étaient tous partit en direction de la maison d’Azuko. Plusieurs mois s’était écoulé entre le moment où Mifuyi l’avait rentré et celui-ci. Cela valait-il vraiment la peine de courir?

Déjà très près des frontières, ils les passèrent comme dans du beurre et d’un rien, ils entrèrent dans les terres de Taki sans qu’on ne les dérange. Plus la bande s’approchait de leur objectif, plus l’énervement ne se faisait sentir dans leur cœur, particulièrement pour Mifuyi et Kumiko. Cette dernière était restée assez silencieuse en général, comme si elle n’avait que ça en tête et que ça hâte l’empêchait de se concentrer sur autre chose.]


Sasari : Si je me souviens, lorsque vous êtes passé là-bas, ce sont des membres de l’Anbu qui vous ont attaqué? C’est marrant mais j’ai le fort sentiment qu’on aura à faire à eux… Ça n’augure rien de bon tout ça.

Mifuyi : C’est possible qu’avec notre départ, Danzô ait rapproché une unité de cet endroit pour qu’elle agisse rapidement en cas d’intrusion… même qu’il est possible qu’ils soient avec elle.

Sasari : En plus de six mois, c’est possible qu’ils aient tout délaissé aussi. C’est long d’attendre inutilement pendant six mois.

Mifuyi : On établit un plan. Le périmètre autour de la maison est d’environ un kilomètre. Ça fait un moment que j’y suis allé, je ne saurais pas trop dire à quel moment on aura entré dans la zone de ce un kilomètre. Si Shizu avait été encore dans notre équipe, ç’aurait probablement plus simple de chercher sa maison.

Kumiko : Ou Fusazô. Il doit y avoir des tonnes d’animaux qui entre dans cette zone. Avec l’une de ses invocations, ç’aurait pu le faire aussi.

Sasari : Des airs? Sa maison sera peut-être plus simple à voir de là-haut.

Mifuyi : Si tu peux nous faire planer à plus d’un kilomètre d’hauteur, on peut, mais de toute manière, sa maison est couverte d’arbre, ce sera aussi difficile et on sera trop visible dans le ciel.

Sasari : J’ai le sentiment qu’avec tout ce temps passé dans cette maudite tour mon ramollie le cerveau… On fait comme on fait souvent et on fonce dans ce cas, c’est la seule idée qui me vienne.

Kumiko : Mettons à profit notre entraînement… * Sourit *

[Il n’y avait dix milles solutions, le seul moyen de trouver la maison d’Azuko, c’était de chercher à la loyal, tant pis pour les membres de l’Anbu qu’il pourrait y avoir.

Taki étant beaucoup plus mince que son pays voisin, les trois ninjas arrivèrent rapidement près des frontières avec le territoire du cimetière des montagnes. Ils firent escale pour rapidement manger et à peine le temps de digérer qu’ils reprirent la route. Il n’y avait pas une seconde à perdre.

La grande forêt était déjà arpentée par les trois ninjas avec une vitesse raisonnable. Il fallait aller vite, mais pas trop pour ne rien manquer comme indice. Mifuyi était la guide du groupe, malgré qu’après tout ce temps, voir autant d’arbres ne l’aidait aucunement.]


Kumiko : Si on se fie au plan que tu as fait, on serait entré par ici. On vient de franchir environ déjà une dizaine de kilomètre.

Mifuyi : Je me souviens que la maison était adossée à une falaise rocheuse, on en avait pas vue le début lorsqu’on est arrivé à sa maison.

Kumiko : Ce n’est pas les montages qui manque ici, je comprends mieux le nom de la région.
Mifuyi : J’aime bien cet endroit… on a le sentiment d’être complètement dans un autre univers. Je me promène sans aucune crainte de croisé quelqu’un sans me soucier de s’il sera un allié ou un ennemi. Tout est calme, vieux et l’atmosphère est… pesante sans vraiment l’être à la fois.

Kumiko : Moi ça me fait peur… qui sait ce qu’on va croiser? J’ai pas envie de voir quelque chose que j’ai pas du tout envie de voir… Pour moi, c’est que l’approche de la vérité… Espérons que ce qui se passera sera « facile ».

Sasari : Je crois apercevoir quelque chose entre les arbres, là-bas… Ça ne ressemble ni a une maison, ni à d’autres arbres.

Mifuyi : Hmm… Ah, oui, je vois aussi… Tu parles bien des trucs blancs qui sortent du sol? C’est des ossements. Il y en a plusieurs dans la région. Cela provient d’anciennes bêtes qu’il y avait autres fois, à ce que j’ai pu apprendre.

Kumiko : Étrange qu’il n’y en ait que dans cette région, je n’ai jamais vue une telle chose.

[Bien évidement, plus les trois ninjas approchèrent des ossements, plus ils purent voir clairement à quoi ça ressemblait. C’était hors du commun de voir une taille d’ossature aussi gigantesque, mais ce n’était guère assez impressionnant pour distraire Sasari, Mifuyi et Kumiko dans leur recherche. Ils s’arrêtèrent un moment pour contempler, les environ, puis rapidement repartir… Mais tout juste avant de quitter l’endroit, Sasari vit au fond des ossements, dans un genre de cratère, un trou qui avait de fortes allures d’une grotte.]

Sasari : Il y a quelque chose près des ossements… un passage souterrain on dirait.

Kumiko : Désolé, mais on n’a pas vraiment le temps de s’attarder pour des grottes, je doute que ce soit sa maison.

Mifuyi : Attendez, une grotte!?

Kumiko : Danzô ne l’aurait tout de même pas mise dans une grotte, non?

Mifuyi : C’est une chance qu’on ait pu trouver cette grotte. Lorsqu’avec Asatsuyu on devait quitter, Azuko m’a déconseillé d’aller vers une grotte qui se situait… au Sud ou quelque chose comme ça. C’est fort possible que ce soit cette grotte, il ne nous reste que quelques kilomètres seulement!

Kumiko : Il faut aller vers le Nord dans ce cas, vite!

[Avec chance, Mifuyi avait gardé cette information à propos d’une grotte. Était-ce la bonne dont Azuko avait fait mention? Elle se souvenait que deux kilomètres seulement la séparait de cette endroit supposément dangereux, il ne restait donc rien pour que les trois ninjas trouvent la maison de celle qu’ils désirent sauver.

Ils étaient bientôt près du kilomètre, Sasari avait bien fait attention à calculer cette distance. Ils entrèrent enfin dans le fameux cercle d’un kilomètre, censé être la zone de détection pour les intrus… la cadence s’accéléra dans les pas des ninjas.

Au bout d’un moment, à leur gauche, ils virent enfin la fameuse falaise de pierre dont avait parlé Mifuyi plutôt, celle adossée à la maison d’Azuko! C’était donc bien la bonne grotte tout à l’heure, la chance les avait sourient! Les arbres étaient encore trop nombreux pour distinguer quoique ce soit d’autres.

Kumiko avait le cœur qui s’accélérait, elle avait toute sa concentration sur ce qu’elle verrait devant elle et sur la vitesse pour arriver le plus rapidement que possible à cette maison.

Alors que le feuillage commençait à s’épaissirent au-dessus des têtes des trois ninjas, ils n’eurent qu’à contourné que quelques arbres pour enfin voir, grâce des reflets de lumière qui réussissaient enfin à entrer dans la forêt à cette endroit, une maison. Celle-ci correspondait à ce que Mifuyi avait pu décrire, avec cet arbre qui pousse en son centre.

Une cinquantaine de mètres s’éparaient Furûtsu de la maison d’Azuko, ils s’arrêtèrent directement. L’expression dans le visage des trois jeunes ne changea pas. Ni de l’enthousiasme, ni de la colère, leurs regards étaient tout simplement fixe et leur visage n’échappait aucun émotion autre qu’une grande concentration.

Aucun bruit, ni même le vent, ni même d’animaux. Depuis le sol, les trois firent une légère inspection, rapidement, des alentours pour voir si personne n’arrivait. Même avec le Sharingan, rien n’était visible… le chemin était libre.

Kumiko était la première à reprendre le pas pour se diriger vers la demeure, mais elle se fit arrêter par Mifuyi, qui l’arrêta avec son bras. Elle ne dit pas un mot et invitait Kumiko à observer un moment… Plus de deux minutes passèrent. L’Uzumaki ne comprenait pas trop et devenait légèrement impatiente, elle qui ne comprenait pas pourquoi ils continuaient d’attendre.]


Kumiko, chucotant : Qu’est-ce que tu fais Mifuyi, on y va maintenant…

Mifuyi : Il y a quelque chose qui cloche.

Kumiko (Étonnée) : Quoi? Qu’est-ce qu’il y a, tu as vue quelque chose?

Mifuyi : La dernière fois, Azuko nous avait repérés depuis longtemps et c’était elle qui était venu à notre rencontre dehors, nous invitant à prendre le thé. Elle aurait dû nous avoir sentir arriver depuis longtemps déjà… Je suis certaine qu’elle serait déjà devant nous un plateau dans les mains n’attendant que de nous inviter. Nos natures de chakra ne devraient pas l’indifférer, elle serait sortie assurément.

Kumiko (De mauvaise humeur) : Il l’a emprisonné à l’intérieur, c’est certain…

Sasari : Ou elle n’y est plus…

Kumiko : Je m’en fiche dans ce cas, on doit aller voir à l’intérieur.

[Kumiko se leva, déterminé, et avança d’un pied ferme en direction de la maison. Cinquante, quarante, trente, vingt mètres, il ne restait plus rien en distance. Un peu derrière, un peu plus sur leur garde, mais sans trop de méfiance et de peur, ils suivirent Kumiko dans son empressement. Alors que Kumiko était toujours dans la partit ombragé de la forêt, lorsqu’elle mit le pied sur le gazon éclairé, d’une forte puissance, la maison devant eux explosa de feu! C’était d’une violence et d’une grande envergure. Kumiko fut propulsé vers l’arrière, les flammes l’avaient même atteint!
Des dizaines de milliers de morceaux avaient été projetés dans tous les sens, l’arbre au centre de la maison était d’abord en pleine vie et finalement en cendre sur place. Le feuillage et le gazon tout autour avait pris feu… Il y avait devant les yeux consternés des trois ninjas, une vision infernale, un feu puissant consumait tout de la maison!]


Mifuyi (Choquée) : Azuko!

[Ne prenant pas plus son temps pour prendre conscience de ce qui se produisait, Mifuyi fonça sans gêne vers les flammes pour aller là où était la maison. Sasari se dépêcha d’aider Kumiko, toujours renversée, à se remettre sur pied et elle aussi se dépêcha d’aller voir à l’intérieur des flammes.

Non pas moins choqué que ces camarades, Sasari se contenta de rester à l’extérieur du feu pour tenter de l’atténué à l’aide d’une technique de Suiton qui aiderait sûrement les filles.

Mifuyi, se moquant complètement des flammes autour d’elle, cherchait, affolée, dans les débris de l’explosion si Azuko n’avait pas été prise dans cette dernière. Aidé de Kumiko, les deux poussaient tout ce qu’il y avait à pousser pour voir si le l’Uzumaki ni serait pas.
Après un bon moment, après que les techniques de Sasari aient pu venir à bout des flammes et que les dernières fumées avaient fini de s’envoler vers le ciel, le sol était beaucoup plus visible pour tous.

Tous ce qu’il y avait dans le cercle de l’explosion étaient complètement calcinés. Néanmoins, d’une manière réjouissante et d’une autre, complètement frustrante, Azuko ne faisait pas partit de ce qui avait brulé.]


Mifuyi : Tu avais raison Sasari, ils ont dû l’emmener ailleurs.

Sasari : Ils savaient qu’on reviendrait… il n’y a plus une trace d’un quelconque indice. Cette explosion était probablement à la fois pour détruire les indices, mais aussi un message pour ceux qui tenterait de la sauver à nouveau.

Mifuyi : Qu’est-ce qu’on fait maintenant, merde! On ne peut pas simplement s’arrêter là, il y a forcément un indice ou quelque chose, quel intérêt il aurait à la garder. Danzô doit forcément savoir qu’elle n’a plus la carte avec elle.

Kumiko : Danzô veut forcément la carte et il a préparé ce piège car il se doutait probablement qu’on reviendrait ici… Il sait que nous sommes ici.

Mifuyi : On va avoir de la visite dans peu de temps… qu’est-ce qu’on fait?

Sasari : La dernière fois que vous êtes venu, c’était à quatre, il a probablement dû affecter une équipe pour capturer ce nombre de personnes. Ils seront nombreux.

Mifuyi : Je veux bien, mais Konoha est loin, on a largement le temps de fuir le temps qu’ils arrivent ici. Ou alors, il a affecté une équipe qui est toute proche pour agir rapidement.

Kumiko : Pendant six mois? Personne n’affecterait autant de membre de l’Anbu pendant six mois, loin de Konoha, que pour attraper des ninjas trop curieux.

Mifuyi : C’est quand même la carte qu’il désire depuis longtemps.

Sasari : On n’a pas beaucoup de choix. Soit on attend ici leur arrivé et on les affronte…

Mifuyi : Ce qui va mener à une embuscade de leur part et ils auront l’avantage…

Sasari : Soit…

Kumiko : On va directement vers Danzô.

Sasari : Je crois aussi que c’est la meilleure solution. Avec une vitesse raisonnable et un chemin simple, soit nous croiserons les ninjas qu’il pourrait avoir envoyé, soit ils nous rattrapent et on fait ce qu’on peut contre eux… Rester ici est une mauvaise idée.

Mifuyi : Il fallait s’y attendre qu’elle ne soit plus ici, c’était ce qui avait de plus logique après tout… Nous venons tous juste d’arriver qu’il nous faut déjà repartir… Allons-y, vite! On ne peut pas la laisser entre les mains de ce sale type!

Kumiko : Oui!

[Ils laissèrent les débris de la maison là, un peu de fumée s’élevait encore vers le ciel. Tout n’était que spéculation. Peut-être était-ce l’œuvre d’autres individus qui avait réussi à délivrer Azuko ou encore, c’était peut-être elle-même qui réussit à se délivrer de cette endroit et en posant un piège pour les ninjas de Danzô lorsqu’ils reviendraient. Peu importe ce que c’était vraiment, le plus logique pour eux était d’aller voir le plus concerner dans cette histoire pour trouver des indices de ce qu’il en retourne.

Trouver Konoha allait être beaucoup plus simple pour les ninjas que cette maison. Ils gardèrent la même vigueur dans leur fuite que lors de leur arriver. Après kilomètre, toujours aucune présence pour les intercepter. Ils étaient dans la hâte, cependant, la vigilance devait être gardée. C’était possible que des membres de l’Anbu puissent les prendre en embuscade et si le désavantage du nombre se présentait à eux, le combat serait probablement inutile.

Dans leur cours, le moindre pas d’animal les faisait réagir en un instant, le sharingan ouvert, c’était un moment très tendu pour eux et potentiellement très dangereux. Mais, dans leur chemin, à environ deux kilomètres seulement, ce fut tout autre chose qui surpris les trois ninjas. Devant eux, clairement, ils pouvaient voir entre les arbres trois corps ninjas au sol, portant un masque assez distinctif : ceux de l’Anbu… Puis finalement un quatrième dans les bras d’un autre homme aux apparences mystique.

Cet homme portait des habits sombres et un masque en forme de spiral de couleur orangé. Il était seul et les quatre autres étaient morts. Trop précipité, Sasari, Mifuyi et Kumiko auraient voulu dissimuler leur présence, mais l’homme devant eux avaient regardé dans leur direction un peu trop rapidement.]


Mifuyi : Il a éliminé quatre membres de l’Anbu à lui seul et il n’a pas une blessure. Si vous voulez mon avis, je ne crois pas qu’on ait beaucoup de chance…

Kumiko : Il nous faut les corps de ces gardes de l’Anbu… Il faut tenter une conversation.

Mifuyi : Azuko m’avait parlé qu’un homme habitait la grotte que nous avons croisé tout à l’heure et qu’il nous fallait l’éviter… Si elle a dit ça, c’est qu’il y a forcément une raison, on devrait le semer, moi je dis.

Kumiko : Tu fuis devant un combat, toi, maintenant? Je suis persuadé que ce que tu dis est vrai, mais…

Sasari (Étonné) : Il vient de disparaître!

Mifuyi : Si on prend les corps, téléporte les ici à l’aide de tes kunai et faisons vite, sinon c’est peut-être lui qui nous fera une embuscade!

Kumiko : …Entendu.

[Telle que proposé par Mifuyi, Kumiko lança, sur chaque corps de ninja au sol, des kunai. Elle était à une bonne distance d’eux et réussi à tous les toucher. Elle les emmena tout près d’eux… Ils étaient bel et bien morts. Ils inspectèrent les cadavres pour voir si ce n’étaient pas des imitations pour les piéger pour finalement vraiment conclure que l’homme les avait tués.]

Kumiko : Je ne croyais pas que Danzô recrutait si jeune… Ils ont à peine quelques années de plus que nous seulement, les pauvres… Je propose que l’on prenne leurs masques et leurs habits. Ils ont presque notre taille, ça pourrait peut-être servir pour plus tard pour approcher Danzô ou quelque chose du genre.

[Personne ne refusa l’idée. Bien que l’idée de dépouiller des cadavres les déplaisait hautement, ils prirent ce dont ils avaient besoin et se préparèrent à repartir rapidement avant qu’autre chose ne leur tombe dessus.]

Sasari : Ce sont peut-être des membres l’Anbu, mais ils sont quand même humain, non? Il ne faisait qu’obéir aux ordres…

Kumiko : Je veux bien, mais je refuse d’en trimbaler un pour le rapporter sur les terre de Konoha, en plus, ça ne ferait que nous attirer que des problèmes.

Mifuyi : Ça fait partit des risques… de mourir de la main de l’ennemi. Ils sont bel et bien mort, je propose de bruler leurs corps pour que personne ne les trouve.

Kumiko : Dans ce cas, on te laisse faire.

Mifuyi : Katon – Gokakyu no jutsu!

[Dans une certaine forme de respect, ils brulèrent les corps des quatre membres de l’Anbu pour effacer le plus que possible les traces, ou du moins, que personne ne puisse faire d’étude sur eux.

Au milieu des flammes, pas très hautes, les trois ninjas commençaient avoir des difformassions comme lorsque la chaleur fait onduler l’air, mais rapidement, plus ils regardaient, plus c’était bien trop anormal. Ça devait une sorte de spiral sur place et * pouf * d’un coup, un homme ne sortit! C’était l’homme de tout à l’heure, à leur surprise! Ils étaient devant eux, diriger particulièrement vers Mifuyi.]


Tobi (Loufoque) : Gokakyu no jutsu, hein…! Ho, oh oh, mais quelle technique intéressante que voilà… où l’as-tu apprise!?

Fin du chapitre 165

____________________________________________________________________________________________________

Salut à tous!


J'espère que vous allez bien à nouveau cette semaine. Pas si mal de mon côté, il y a bientôt les quelques examen de mi-session qui approche pour moi et après, une semaine de vacance et j'ai plutôt bien hâte pour le coup.

Chapitre 165. Tout le monde est partit de la grande tour de la Canopée et tout le monde à sa propre mission. Je n'ai pas particulièrement grand chose à dire sur ce chapitre, j'aime dire qu'il est bien :gene: . J'espère qu'il vous plaira à vous aussi et sur ce, bonne lecture!


@Mayel Merci de l'attention pour mon annif :cote: . Pour ta "question" sur le Shikotsumyaku, la technique ne rend pas immortel, même qu'à la fin, Mitsumi met en garde Shizu à propos de sa santé. Ce qui est suggéré par contre, c'est que potentiellement, si Reïtarô a pu transmettre les gênes du clan Kaguya autant à Shizu qu'à Reon, on peut peut-être déduire que Reïtarô n'a pas seulement transmit que ces gênes à Reon, mais d'autres aussi, ce qui commence à expliquer pourquoi il est aussi résistant.

C'est vrai sinon que maintenant qu'on regarde, l'équipe Furûtsu est majoritairement féminine ; alors que la Canopée était assez partagé entre les deux sexes. C'est assez volontaire de ma part depuis le début. J'en avais déjà glissé un mot à une époque, à propos du fait que Sasari fasse équipe avec deux filles. Je trouve que Kishi met assez à l'écart les femmes dans son manga. Si on regarde le nombre de personnages masculin vs féminin, c'est dernières sont assez en sous nombre. Je devrai revérifier, mais je crois qu'il y a que l'équipe de Samui, Karui et Omoi, de Kumo, qui soit une équipe majoritairement féminine, toutes les autres équipes, c'est soit 2 garçons/1 fille, soit 3 garçons (Sans le sensei, bien sûr). L'Akatsuki, où on a pu voir 12 membres au total, il n'y a eu que Konan comme femme. Les Jinchuriki, sept garçons, deux filles. Les filles sont très rarement mise de l'avant, elles servent majoritairement comme support et non pas comme personnage principal d'un moment.
Je ne sais pas si c'est volontaire de la part de Kishi, mais c'est navrant je trouve, comme s'il n'y avait que les hommes pour rendre les choses intéressantes et que les femmes ne pouvaient être là que pour soigner/aider, faire les belles qui tentent de séduire les garçons ou faire du fan service. Je ne sais pas pourquoi, mais les personnages féminins, (Voir même les filles dans la vrai vie, par moment) ne transmettent pas du tout les mêmes émotions quand elle agisse. J'ai cette impression qu'elles ont plus de volonté de stratégie et prennent les choses beaucoup plus à cœur et au sérieux... J'aime bien voir un personnage féminin fort ou qui devient fort par elle-même.
Bref, oui, il y a plus de filles et elles ne sont pas là pour faire qu'un harem :mrgreen: Elles sont là pour rehausser le manque de Kishi :o .

Sinon, merci des commentaires :cote:



Légende de lecture :
- [Narrateur]
- *Émotions, gestes*
- Pensées
- Personnages:
- Lecture d'un texte
- (Émotions)
- Techniques, combat
Image
Avatar de l’utilisateur
Sasari
Chûnin
 
Messages: 691
Inscription: 05 Sep 2013, 15:57
Je lis les scans: Oui
Sexe:

PrécédenteSuivante

Retourner vers Discussion Générale

Fatal: Not able to open ./cache/data_global.php